Hippobroma longiflora

Famille : Campanulaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Hippobroma longiflora, Campanulaceae

Originaire de la Jamaïque, Hippobroma longiflora s’est naturalisée sous les tropiques en tant que plante ornementale © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de la Jamaïque, où elle vit dans des zones découvertes, souvent au bord de cours d’eau, mais elle est naturalisée dans divers pays tropicaux.

Le nom de genre, tel que spécifié par l’auteur, George Don (1798-1856), est la combinaison des substantifs grecs «ἵππος» (ippos) cheval et «βρομος» (bromos) poison, en référence à la haute toxicité de la plante, le nom d’espèce est la combinaison de l’adjectif latin “longus, a, um” = long et du substantif “flos, -oris” = fleur, faisant référence évidente à la morphologie de la plante.

Noms communs: frog’s flower, horse poison, madam fate, star-of-Bethlehem (en anglais) ; ma zui cao (chinois) ; étoile de Bethléem, herbe-poison, lastron blanc (français) ; arrebenta boi, arrebenta cavallos, cega-olho, jasmin de cachorro, jasmin de italia (portugais-brésilien) ; flor de San Juan, flor de sapo, lagres de María, lagras de San Diego, revienta cavallo, tibey, tibey blanco (espagnol) ; Stern von Bethlehem (allemand).

Hippobroma longiflora (L.) G.Don (1834) est une espèce herbacée vivace à tige dressée ou parfois retombante, peu ramifiée, de 20 à 60 cm de hauteur, avec des racines charnues blanchâtres et une sève laiteuse ayant une odeur assez désagréable. Les feuilles sont simples, alternes, sub-sessiles, elliptiques à ovales-lancéolées, à bords irrégulièrement dentés et à extrémité pointue, de 5-15 cm de long et de 1-3,5 cm de large, presque glabres au dessus, légèrement villeuses en dessous, avec des nervures saillantes. Les fleurs, à l’aisselle des feuilles supérieures, ont un pédoncule de 1,5 cm de long, elles sont solitaires, érigées, parfumées, avec un calice pentaradié, avec des segments ciliés et dentelés, de 0,8-2 cm de long, de couleur verte, la corolle blanche est hypocratériforme (à lobes étendus perpendiculaires à un long tube mince) avec un tube cylindrique, de 6-12 cm de long et de 0,4 cm de diamètre, villeuse et à 5 lobes elliptiques à lancéolés à sommet pointu, de 1,5-2,5 cm de long et 0,5 cm de large, le tube formé par les étamines fait saillie d’environ 0,5 cm hors de la corolle.

Hippobroma longiflora, Campanulaceae

Malheureusement, elle est hautement toxique, même au toucher, et peut devenir envahissante © Giuseppe Mazza

La pollinisation, déduite de la morphologie de la fleur, est réalisée par les papillons de la famille des Sphingidae (Latreille, 1802). Les fruits sont des capsules biloculaires ellipsoïdes ou ovoïdes, villeuses, de 1-1,5 cm de long et de 0,8-1,2 cm de diamètre, contenant plusieurs graines presque ovoïdes, de 0,7 mm de long, de couleur brun pâle. On peut reproduire facilement cette plante par germination.

C’est une espèce très ornementale grâce à ses fleurs blanches parfumées, mais aussi parmi les plus toxiques, donc à manipuler avec une extrême prudence en raison de la présence dans sa sève de substances très irritantes pour le contact, avec des effets immédiats sur les yeux pouvant provoquer la cécité et des réactions allergiques sérieuses sur la peau. Des cas mortels sont rapportés en raison d’un contact prolongé ; le port de gants est donc indispensable lors de sa manipulation. L’ingestion est hautement toxique en raison de la présence d’alcaloïdes cardio-actifs, comme la lobelanidine, pouvant rapidement entraîner la mort. Cette plante est rarement utilisée même à des doses minimes en médecine traditionnelle, avec des effets qui, dans certains cas, ont été fatals.

La plante pousse dans les zones à climat tropical et subtropical humide, où elle s’est naturalisée, fuyant les zones de culture mais devenant dans certains cas envahissante. Elle aime le plein soleil ainsi que les lieux partiellement ombragés, et tolère tous les sols, même s’ils sont pauvres.

On ne rapporte ici des détails que pour faciliter son identification, sa culture étant fortement déconseillée en raison de son caractère invasif et, notamment, de sa grande toxicité.

Synonymes : Lobelia longiflora L. (1753) ; Rapuntium longiflorum (L.) Mill. (1768) ; Isotoma longiflora (L.) C.Presl (1836) ; Laurentia longiflora (L.) Peterm. (1845) ; Isotoma runcinata Hassk. (1859) ; Laurentia longiflora var. runcinata (Hassk.) E.Wimm. (1948) ; Isotoma longiflora var. runcinata (Hassk.) Panigrahi, P.Daniel & M.V.Viswan. (1981) ; Solenopsis longiflora (L.) M.R.Almeida (2001).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CAMPANULACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!