Iochroma cyaneum

Famille : Solanaceae


Texto © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est native de Bolivie, Colombie, Equateur et Perou, où elle vit dans les forêts des montagnes entre 1800 et 2700 m d’altitude.

Le nom du genre vient de la combinaison entre le substantif grec “ἴον” (ἴon) = violet et “χρῶμα” (chrõma) = couleur ; l’épithète spécifique est l’adjectif latin “cyaneus, a, um” = céruléen, turquoise, en référence à la couleur des fleurs.

Noms communs : blue cestrum, violer bush, violet churcu, violet tubeflower (anglais) ; cestro blu (italien) ; churur violeta, iocroma, iocroma azul (espagnol) ; Royalblau glänzend (allemand).

Iochroma cyaneum (Lindl.) G.H.M. Lawr. & J.M. Tucker (1955) est un arbuste à feuillage persistant, caduc sous climats moins favorables, haut de 1,2 à 3 m, très ramifié, avec des tiges brun clair et de fines branches herbacées. Sur un pétiole cannelé long de 1,5 à 6 cm, les feuilles sont simples, alternes, ovoïde à oblongues-lancéolées, à l’apex aigu à obtus et marge entière à sinueuse, de couleur vert clair, légèrement pubescentes sur la face supérieure, recouvertes d’un tomentum brun clair sur la face inférieure pendant la phase initiale de croissance, puis légèrement pubescentes, longues de 8 à 18 cm et larges de 5 à 10 cm.

Sur un pédicelle de 1 à 2,5 cm de long, les inflorescences fasciculées sont axillaires ou terminales avec de nombreuses fleurs pendantes. Le calice est tubulaire, long de 0,5 à 0,8 cm, renflé à la base, avec 5 dents minuscules et inégales, persistantes dans les fruits. La corolle tubulaire est légèrement incurvée, de couleur violet pâle à bleu-violet foncé, longue de 3,5 à 4 cm, avec 5 à 10 lobes presque triangulaires longs de 1 à 2 mm, 5 étamines et un ovaire supère. Les fleurs dégagent un parfum intense en fin d’après-midi et en soirée et sont pollinisées par les colibris.

Le fruit est une baie ovoïde partiellement fermée par le calice, d’environ 2 cm de longueur et 1,5 cm de diamètre, de couleur jaune verdâtre, contenant de nombreuses graines discoïdes d’environ 1 mm de diamètre.

Iochroma cyaneum, Solanaceae

Iochroma cyaneum est un arbuste ramifié de Bolivie, Colombie, Equateur et Pérou aux vertus médicinales. Les colibris pollinisent les fleurs bleu-violet, odorantes en soirée © Giuseppe Mazza

De nombreuses variétés avec des intensités de couleur différentes ont été sélectionnées.

On sème les graines, qui germent en 1-3 semaines quand elles sont fraîches, dans un sol organique drainant et légèrement humide, en évitant la stagnation qui peut provoquer des pourritures, à la température de 20 à 24 °C. On peut aussi, facilement, procéder au bouturage semi-ligneux et utiliser les drageons en été.

Cette espèce à croissance rapide est facile à cultiver, sa floraison est presque continue, avec un maximum au printemps et en automne. On peut l’utiliser comme sujet isolé, en bordures et en haies dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes plus douces, où elle peut supporter pendant très peu de temps jusqu’à -4 °C environ, avec perte possible de la partie aérienne mais redémarrage printanier à partir du pied. Elle a besoin du plein soleil, ou d’un ombrage léger l’après-midi sous les climats les plus chauds ; le sol doit être parfaitement drainé et aéré, fertile, maintenu presque constamment humide, même si, bien enracinée, les pieds peuvent supporter de courtes périodes de sécheresse. Une taille en fin d’hiver lui confère un port plus compact. Sous les climats moins favorables, on peut aussi la cultiver en pots pour pouvoir l’abriter en hiver dans un endroit très lumineux, avec des températures d’au moins 10 °C ; avec des valeurs plus élevées d’environ 18-20 °C, elle peut continuer à fleurir sporadiquement. Les arrosages doivent être réguliers en été, plus espacés en hiver de manière à permettre à la couche supérieure du sol de sécher ; enfin, du printemps à l’automne, une fertilisation mensuelle avec un produit spécifique pour les plantes à fleurs en pot est indiquée.

Toutes les parties de la plante sont toxiques par ingestion. Des analyses en laboratoire ont montré la présence dans diverses parties de la plante de composés bioactifs d’intérêt pharmaceutique potentiel.

Synonymes : Habrothamnus cyaneus Lindl. (1844) ; Meyenia cyanea (Lindl.) Heynh. (1846) ; Iochroma lanceolatum Miers (1848) ; Iochroma weberbaueri Dammer (1918).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des SOLANACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!