Issoria lathonia

Famille : Nymphalidae

GIANFRANCO.gif
Texte © Dr. Gianfranco Colombo

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

Issoria lathonia, Nymphalidae, Petit Nacré

Une femelle de Issoria lathonia. L’abdomen est plus court et plus trapu que celui du mâle et des nuances verdâtre foncé sont présentes dans la zone basale du miroir alaire supérieur © G. Mazza

Le Petit Nacré (Issoria lathonia Linnaeus, 1758), appartient à l’Ordre des Lepidoptera et à la Famille des Nymphalidae. Dans cette famille, considérée comme la plus abondante parmi celles qui regroupent les lépidoptères diurnes, sont habituellement incluses plus de 6.000 espèces de papillons dispersés dans le monde entier.

Ce papillon est largement répandu en Europe et connu pour sa présence constante dans tous types d’environnement ouvert. Bien que petit, il a un vol rapide et nerveux, mais se pose fréquemment après des déplacements hâtifs, en déployant ses ailes et en montrant la beauté de ses dessins.

C’est un papillon facilement repérable sur le terrain et qui n’échappe pas à l’œil attentif de ceux qui le recherchent.

Son nom scientifique “Issoria” fait référence au Mont Issorion, situé près de Sparte, où se trouvait le temple dédié à Artémis Issoria, lieu de vénération et de contemplation de cette déesse.

Lathonia, du grec Leto puis en latin Latona, était le nom de la mère d’Apollon et d’Artémis qui les avaient conçus avec Zeus. Il s’ensuit que les deux noms indiqués dans le binôme scientifique font référence à la déesse Artémis, c’est-à-dire notre Diane, chasseuse et en même temps protectrice des animaux.

Comme nous l’avons dit précédemment, ce papillon est plutôt petit, bien que dans la forme et les dessins, il soit très similaire aux grands Argynnis.

Cette caractéristique a donc été à la base de l’adoption, dans différents pays européens, de noms vernaculaires strictement liés aux dimensions de ce papillon, rappelant en même temps son appartenance à ce groupe. En effet, en allemand on l’appelle Kleine Perlmutterfalter, en néerlandais Kleine Parelmoervlinder, en italien Latonia, en anglais Queen of Spain Fritillary et en catalan Mirallets.

Zoogéographie

Son aire de répartition est extrêmement vaste couvrant toute l’Europe ainsi que toute la zone tempérée de l’Asie jusqu’en Chine et en Mongolie. Sa capacité d’adaptation aux climats les plus divers lui permet d’atteindre l’extrême nord du continent européen et de couvrir des zones allant du littoral marin jusqu’à 2700 m d’altitude. Sa présence a été occasionnellement signalée sur le Mont Cervin jusqu’à 3000 m d’altitude. Ce mouvement ascensionnel est caractéristique des périodes très chaudes qui voient le niveau des neiges éternelles s’élever considérablement jusqu’à des altitudes bien supérieures aux limites habituelles. En Afrique, il est généralement présent sur la côte mais jamais en grand nombre.

Issoria lathonia, Nymphalidae, Petit Nacré

Par ailleurs, le mâle est plus actif. Pendant que la femelle se repose, il prend continuellement son envol pour défendre son territoire, bloquant le passage d’autres papillons et revenant ensuite en un éclair à son point de départ © Giuseppe Mazza

Il vit principalement dans les clairières sèches et herbeuses, aussi bien dans les zones pierreuses que dans les zones humides. Il n’aime pas particulièrement les zones boisées, même si parfois il ne dédaigne pas leur fréquentation.

Dans l’ensemble de son aire de répartition, il n’est jamais présent en grands rassemblements mais ponctuellement dispersé dans toutes les zones fréquentées.

C’est un papillon migrateur et souvent les zones les plus au nord sont périodiquement atteintes et repeuplées avec la saison estivale.

En Angleterre, les zones de reproduction sont assez rares. Par conséquent, ce papillon est attentivement étudié et les fluctuations saisonnières de la faible population locale sont soigneusement suivies. Curieusement, des colonies stables ont été trouvées dans le sud de la Suède et de la Finlande ainsi que sur les côtes polonaises.

Morpho-physiologie

Le Petit Nacré est un papillon de taille moyenne bien que beaucoup plus petit que les Argynnis. Il a une envergure comprise entre 40 et 45 mm avec des ailes beaucoup plus pointues que celles des papillons de son groupe. Cette conformation alaire donne la possibilité à ce papillon d’effectuer des vols très rapides et évolués, à tel point qu’il semble souvent invisible dans ces déplacements rapides. Ce n’est pas un papillon craintif, au contraire, il est extrêmement curieux et souvent, en entrant par inadvertance sur son territoire, on le voit inspecter attentivement l’intrus en faisant des vols rapides tout autour de lui. Il aime se reposer directement sur le sol dans de petits espaces dépourvus de végétation et déployer ses ailes en s’aplatissant sur le sol.

Il y a un léger dimorphisme sexuel, la femelle étant légèrement plus grande que le mâle avec un abdomen nettement plus court et plus trapu et avec des nuances plus foncées et verdâtres dans la zone basale du miroir supérieur des ailes. De plus, le mâle a un comportement beaucoup plus actif que la femelle qui préfère habituellement rester immobile dans sa position de repos. En effet, pour défendre leur territoire, les mâles s’élèvent continuellement en vol bloquant le passage d’autres papillons et revenant ensuite rapidement au point de départ.

Issoria lathonia, Nymphalidae, Petit Nacré

Les miroirs et les lunules nacrés de la face inférieure de l’aile sont un élément d’identification important © Gianfranco Colombo

Les deux ailes du Petit Nacré portent, sur la face supérieure, de nombreuses taches arrondies de tailles diverses qui créent des lignes discales et post-discales bien évidentes.

La face inférieure de l’aile postérieure porte la caractéristique qui rend ce papillon unique : de grands miroirs argenté-nacré évidents sur toute la surface de l’aile et une série continue d’autres lunules blanc-nacré brillantes qui contournent tout le bord de l’aile.

Les antennes sont bien marquées, de couleur foncée avec un sommet aplati et arrondi.

Biologie reproductive

En Europe, ce papillon fait généralement trois générations annuelles. Certaines années, une quatrième génération peut naître à la fin de l’été.

Le Petit Nacré hiberne à n’importe quel stade. Il a donc une période de vol extrêmement longue, allant généralement de mars à fin octobre. Cette caractéristique permet de le voir huit mois par an, ce qui en fait l’un des papillons les plus présents sur notre territoire. Dans la majeure partie de son aire de répartition, il hiberne à l’état d’œuf, qui éclot aux premiers radoucissements de la fin du printemps, commençant ainsi le cycle trivoltin habituel. La chenille, d’environ 3 cm de long, est noirâtre avec des points rougeâtres sur les côtés, et des cuspides épineuses sur tout le corps. Ainsi que tous les Argynnis, Issoria lathonia compte lui aussi les pensées parmi ses plantes hôtes, avec une préférence pour Viola tricolor, Viola arvensis et Viola calcarata. Il apprécie également la violette Viola odorata. Ce papillon aime visiter une grande variété de fleurs, étant donné la longue période de vol qui le voit présent du début du printemps à la fin de l’automne.

Synonymes

Etant un papillon largement répandu et étudié depuis plusieurs siècles, il a recueilli une quantité remarquable de synonymes. Parmi ceux-ci, nous nous souvenons : Papilio lathonia Linnaeus, 1758 ; Argynnis lathonia Linnaeus, 1758; Papilio valdensis Esper, 1804 ; Issoria saturata Rober, 1896; Issoria ungarica Aigner-Abafi, 1906 ; Issoria florens Verità, 1916 ; Issoria sheljuzhkoi Stauder, 1923.

 

→ Pour des notions générales sur les Lepidoptera voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des PAPILLONS cliquez ici.

 

error: Content is protected !!