Jardin Exotique de Monaco : 7.000 espèces

 

C’est dans la Principauté de Monaco… le Jardin des Merveilles. Histoire et plantes du Jardin Exotique, désigné par l’UNESCO comme “site du patrimoine mondial”. 7 000 espèces de plantes et 550 000 visiteurs par an. Pour éviter les pourritures racinaires, la plupart des cactus poussent dans des pots creusés dans la roche.

 

jpg_jardin1.jpg

jpg_jardin2.jpg

jpg_jardin3.jpg

jpg_jardin4.jpg

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

C’est dans la Principauté de Monaco… le Jardin des Merveilles. Histoire et plantes du Jardin Exotique, désigné par l’UNESCO comme “site du patrimoine mondial”. 7 000 espèces de plantes et 550 000 visiteurs par an. Pour éviter les pourritures racinaires, la plupart des cactus poussent dans des pots creusés dans la roche.

Les plus gros cactus d’Europe poussent à Monte-Carlo, ou plutôt dans la Principauté de Monaco, parce que, si on utilise souvent la partie pour nommer le tout, Monte-Carlo n’est que le nom d’un quartier, celui qui abrite le Casino.

Depuis la suppression d’un majestueux Cereus peruvianus de la Belle époque, au milieu des célèbres jardins donnant sur les salles de jeux, les cactus géants, les majestueuses euphorbes en candélabres et les aloès arborescents sont presque tous concentrés à la frontière occidentale de ce petit État, ce rocher surplombant la mer : le Jardin Exotique.

A peine un hectare, mais au moins deux fois plus en “surface développée”, parce que de nombreuses plantes poussent sur des sols inclinés à 45 °, et parce que le jardin s’étend à l’infini, avec ses ponts, ses escaliers et ses passerelles, qui dégringolent les uns après les autres vers la mer.

Un hectare pour les gourmets, pour les connaisseurs, avec ses grottes naturelles, d’importants vestiges préhistoriques et 7 000 espèces de plantes ; un hectare récemment désigné par l’UNESCO “site du patrimoine mondial”.

Comme une passionnée des fleurs qui aligne d’abord ses pots sur une petite terrasse, puis en suspend côté intérieur et côté extérieur de la rambarde, et ensuite en accroche encore sur les volets, ainsi, lors de la création du Jardin exotique, les Monégasques ont exploité chaque faille, chaque niche du rocher, pour créer, entre les terrasses et les voûtes, des poches de terre cachées qui s’insèrent si bien dans le paysage qu’elles semblent avoir toujours été là.

Marcel Kroenlein, directeur du jardin depuis 35 ans, m’explique que les plus grandes sont au moins cinquante, créées pratiquement ensemble, au début du siècle, après vingt ans de travail patient.

Elles mesurent environ un mètre de diamètre et deux de profondeur. En pratique, il s’agit de gros pots, avec une couche de matériaux poreux au fond, puis un mélange composé de 1/3 de terre de jardin, 1/3 de gravier, 1/6 de terreau de feuilles, et 1/6 d’engrais.

Bien que les Cactaceae, et les succulentes en général, soient des plantes d’une frugalité légendaire, la terre doit en effet être relativement riche pour leur permettre de croître après la plantation parfois  jusqu’à 12 m de hauteur.

Certains sujets vivent ici depuis l’inauguration de 1933, et on se borne, à la fin de l’hiver, à une fertilisation par engrais chimiques ; mais en général, tous les 30 ans, on change la terre de ces gigantesques pots.

Un labeur “épineux”, par des jardiniers alpinistes hautement qualifiés, qui travaillent souvent dans des conditions impossibles, suspendus entre des plantes imposantes empilées les unes à côté des autres.

Immédiatement après l’entrée, après le premier belvédère d’où, par temps clair, on savoure avec l’œil d’un aigle la vue sur toute la Principauté jusqu’en Corse, on rencontre une forêt de cactus en colonnes et en tuyaux d’orgue (Cereus, Pachycereus, Stenocereus, Trichocereus, Marginatocereus, Oreocereus, Neobuxbaumia et Myrtillocactus) qui s’entremêlent entre des touffes d’aloès et d’agaves avec de spectaculaires euphorbes en candélabres (Euphorbia erythraeae). Singulière convergence évolutive de plantes qui ont résolu de manière similaire, dans des régions différentes (euphorbes et aloès en Afrique, cactus et agaves en Amérique), le même défi de la survie dans les déserts.

Feuilles charnues à réserve d’eau ; feuilles transformées en épines ; tiges ressemblant aux feuilles ; tiges “accordéon”, qui gonflent comme des éponges en absorbant l’eau, et se contractent en période de sécheresse… Des astuces perfectionnées durant des millénaires d’évolution, dans des contrées éloignées, par ces espèces qui poussent maintenant côte à côte, en Europe, dans le fantastique microclimat du Jardin Exotique.

2300 à 2400 heures de soleil par an (6,5 par jour), avec seulement 818 mm de pluie et une température moyenne hivernale enviable de 10,8 °C, grâce à la mer, au Mont Agel (un massif culminant à 1148 m d’altitude à seulement 4,5 km à l’est) et à la Tête de Chien (556 m, à seulement 1 km à l’ouest), qui abritent la Principauté des vents.

A ces conditions déjà favorables aux plantes succulentes s’ajoute l’effet de la paroi rocheuse, orientée vers le sud-ouest, avec son drainage parfait et une excellente insolation hivernale. Durant le jour, elle absorbe la chaleur qu’elle renvoie la nuit vers les plantes voisines, lorsque la température pourrait devenir critique.

Cependant, Marcel Kroenlein me confirme que les cactus et les plantes grasses en général tolèrent aussi les températures négatives : “Lors de mes voyages sur la Cordillère des Andes, j’en ai récolté jusqu’à 4800 m d’altitude, mais le sol doit être sec et les gelées de courte durée. Avec les exceptionnelles chutes de neige de 1985 et 1986, nous avons perdu de nombreux spécimens, en particulier des euphorbes, mais nous sommes maintenant très organisés. Lors des périodes critiques, nous suivons les prévisions météorologiques en permanence et le personnel est toujours prêt à intervenir, jour et nuit, avec des bâches de protection en plastique, et à y insuffler de l’air chaud en cas de besoin”.

Mais généralement à Monte-Carlo, le mauvais temps ne dure pas longtemps et, en décembre-janvier, les aloès sont déjà en fleurs. A partir du mois de mai, les opuntia (Opuntia spp.), Lampranthus, Portulaca et des Cactaceae insolites avec des feuilles (Pereskia) créent de vives taches de couleurs. Les tiges épineuses se recouvrent soudainement de cascades de fleurs et même les très féroces coussins de belle-mère (Echinocactus grusonii) se parent de fleurs jaune vif, un peu paresseuses, qui s’ouvrent vers midi. Les incroyables corolles de Consolea rubescens, un curieux figuier d’Inde venu des Antilles, passent du jaune au rouge. Parfaitement acclimatée, cette Cactaceae forme d’incroyables voûtes sur les gradins et les allées du jardin.

De temps en temps, des agaves semblent défier le ciel avec des inflorescences gigantesques, dressées (Agave americana) ou retombantes (Agave attenuata). Elles durent des mois et puis, épuisée, la plante meurt.

Mais souvent, les fleurs des plantes succulentes sont éphémères et ne vivent que quelques heures. Les grandes corolles blanches des Hylocereus accrochés aux rochers, et du gigantesque Cereus péruvianus, s’épanouissent la nuit et dessèchent dès les premiers rayons du soleil. Pour les voir, il faut arriver très tôt le matin, dès l’ouverture des portes, ou faire une visite nocturne, après 23 heures, avec le directeur ou le gardien.

13 jardiniers et 32 employés composent le personnel du jardin. Chaque jour, ils auscultent toutes les plantes, prêts à intervenir s’il vient à l’esprit d’un champignon malin, d’une moisissure ou d’un insecte, de vouloir les perturber. Et une équipe de surveillants hautement organisée dissuade les amoureux de les “décorer” avec de tendres incisions, et les “collectionneurs” de collecter des “boutures souvenirs” à rapporter à la maison.

Elles sont chanceuses, ces plantes monégasques chouchoutées, regardées et photographiées, vedettes de 550.000 visiteurs par an, avec des pics de 7 000 personnes et 70 bus par jour ; et chanceux aussi, le 16.000.000ème visiteur qui, cet été, simplement en payant son billet d’entrée, se verra offrir par la Principauté une hospitalité de nabab !

Toujours pour le Jardin Exotique, septembre est le mois des fruits, souvent comestibles : les grandes “pommes” du Cereus, les “figues” de l’Opuntia ou du Carpobrotus, et les très savoureuses “myrtilles” du Myrtillocactus.

Marcel me confesse qu’il a essayé d’en faire des confitures, que Son Altesse Sérénissime et la Princesse Grace ont appréciées. Mais la plupart se retrouvent dans des sachets rigoureusement étiquetés pour l’échange de semences entre jardins botaniques.

“Nos graines, commente-t-il avec une pointe de fierté, sont très recherchés, car ils proviennent de plantes beaucoup plus rustiques que les formes originaires, car elle sont nées en culture, dans nos serres, depuis plusieurs générations”.

En effet, à côté du jardin ouvert au public, il existe depuis 1955, grâce à l’initiative de Son Altesse Sérénissime le Prince Rainier III et de la Municipalité de Monaco, propriétaire du terrain, un Centre Botanique avec plus de 3000 m² de serres et d’abris pour les espèces qui hivernent à l’extérieur. 20.000 conteneurs, avec de très riches collections de Mammillaria, Rebutia, Copiapoa, Echinocereus, Matucana, Lithops, Conophytum et de nombreuses plantes rares, aujourd’hui presque éteintes en nature.

Une “banque de gènes” d’une valeur inestimable pour d’éventuelles découvertes pharmaceutiques et scientifiques, à la disposition des étudiants et des chercheurs du monde entier.

 

GARDENIA  – 1989

error: Content is protected !!