Jatropha podagrica

Famille : Euphorbiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Inflorescence de Jatropha podagrica, sur un pédoncule à cyme terminale, avec des fruits en croissance © G. Mazza

Inflorescence de Jatropha podagrica, sur un pédoncule à cyme terminale, avec des fruits en croissance © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Honduras, du Guatemala et du Nicaragua, où elle vit dans des sols généralement pauvres dans des zones à forte saisonnalité et à faibles pluies.

Le nom de genre provient de la combinaison des mots grecs « iatrόs » = médecin et « trophé » = nourriture, en référence aux propriétés médicinales attribuées aux espèces appartenant au genre ; le nom spécifique est le mot latin « podagrica » = goutteux, en référence à la base renflée de la plante.

Noms communs : buddha belly plant, gout plant, gout stalk, goutystalk nettlespurge, guatema- lan rhubarb, purgingnut, white-rhubarb (anglais); batata-do-inferno, pinhão-bravo (portugais du Brésil); rubarbo, tártago (espagnol); flaschenpflanze (allemand).

Jatropha podagrica Crochet. (1848) est un arbuste à feuilles caduques peu ramifié, atteignant environ 1,5 m de hauteur, à tige plutôt succulente, considérablement renflée à la base, de couleur grisâtre, à cicatrices à peine visibles des bases foliaires, cicatrices beaucoup plus évidentes sur la partie la plus jeune des branches et aux stipules glandulaires fimbriées, sur les côtés de chacune d’elles, persistant pendant un certain temps après la chute des feuilles.

Les feuilles de couleur vert foncé, en petit nombre et réunies à l’apex des branches sur un long pétiole, sont voyantes, de 15-20 cm de diamètre et plus, de forme cordée-peltée à 2-5 lobes ovales à marge entière.

Les inflorescences sont des cymes terminales, sur un long pédoncule, portant une multitude de petites fleurs unisexuelles de couleur rouge-orangé, les femelles, en nombre réduit, à l’aisselle des bractées principales du pédoncule.

Les fruits sont des capsules globuleuses trilobées, déhiscentes (s’ouvrant spontanément à maturité), de 13-18 mm de longueur, de couleur vert pâle, tendant vers le brun foncé à maturité, contenant des graines de couleur brunâtres longues d’environ 12 mm.

Quand les fleurs sont tombées, les pédoncules évoquent des paysages marins avec des branches de coraux © Giuseppe Mazza

Quand les fleurs sont tombées, les pédoncules évoquent des paysages marins avec des branches de coraux © Giuseppe Mazza

La reproduction est facile au printemps par semis avec des graines qui germent en environ un mois à une température de 24-28 °C ; pour la collecte des graines, qui sont lancées à distance au moment de l’ouverture de la capsule, il convient d’enfermer l’inflorescence, lorsque les fruits sont mûrs, dans un filet ; la reproduction peut également se faire par bouturage.

Espèce très décorative par la conformation particulière de la tige, elle peut être cultivée en plein air dans les zones au climat tropical et subtropical à saisonnalité marquée et à faible pluviométrie, sur des sols sablonneux et particulièrement drainants, en plein soleil ou cependant à la plus grande luminosité possible ; elle ne supporte pas, sauf pour une période très courte et au sec, des températures tout juste inférieures à 0 °C.

Les arrosages doivent être modérés pendant la période végétative, en permettant au terrain de sécher avant d’arroser à nouveau, presque nuls en hiver, pendant la période de repos, l’excès d’humidité provoquant une pourriture létale.

En pot c’est une plante très appréciée des collectionneurs de plantes succulentes et caudiciformes, qui, en hiver, lorsque le climat ne permet pas le séjour en plein air, doit être placée dans un environnement très lumineux à une température d’au moins 12 °C, en respectant le repos végétatif.

Toutes les parties de la plante étant toxiques, en particulier les graines, dont l’ingestion peut provoquer une gastro-entérite hémorragique avec déshydratation et collapsus cardiovasculaire, par conséquent la présence dans des endroits fréquentés par les enfants et les animaux de compagnie doit être évitée ; le latex peut causer une irritation de la peau chez les personnes sensibles.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des EUPHORBIACEAE cliquez ici.