Lepanthes matamorosii

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

L’espèce est originaire du Costa Rica, où elle pousse dans la forêt pluviale montagneuse à environ 2600 m d’altitude.

L’étymologie du nom du genre n’a pas été précisée par l’auteur ; selon certains, elle serait la combinaison des substantifs grecs “λεπίς” (lepis) = écaille et “άνθος” (anthos) = fleur, en référence à la forme des fleurs de beaucoup d’espèces. D’autres pensent que le nom vient de “λέπος” (lepos) = écorce et “άνθος” (anthos) = fleur, parce que ces plantes vivent sur l’écorce des arbres. L’épithète spécifique est dédiée à son découvreur, le costaricain Daniel Matamoros.

Lepanthes metamorosii, Orchidaceae

Décrite seulement en 2011, la Lepanthes matamorosii est une petite épiphyte des forêts pluviales du Costa Rica avec rhizome court et tiges dressées, minces, de 3-4 cm © Giuseppe Mazza

La Lepanthes matamorosii Pupulin & Bogarín (2011) est une espèce épiphyte à rhizome court et tiges érigées minces, hautes de 3-4 cm, recouvertes de gaines terminées par une expansion en forme d’entonnoir ovale-acuminée à marge ciliée. Les tiges sont pourvues à l’apex d’une feuille ovale-lancéolée à apex émarginé, de 2-3 cm de long et environ 1 cm de large, coriacée, de couleur vert intense sur la face supérieure, assombri de pourpre sur la face inférieure.

Les inflorescences racémeuses, sur un pédoncule de 2 cm de long, arquées, portant des fleurs, sur un pédicelle et un ovaire de 3-4 mm de long, s’ouvrent en succession.

Lepanthes metamorosii, Orchidaceae

Les fleurs, parmi les plus grandes du genre, ont immédiatement suscité l’intérêt des amateurs et collectionneurs © Giuseppe Mazza

Le sépale dorsal ovale-elliptique avec apex caudé et bords dentelés, d’environ 2 cm de long et 0,6 cm de large, uni à la base aux sépales latéraux sur une longueur de 1-2 mm, est semi-transparent, de couleur jaune pâle veiné de pourpre. Les sépales latéraux ovales-elliptiques avec apex caudé et bords dentelés, de 2-2,3 cm de long et environ 0,5 cm de large, unis à la base sur une longueur d’environ 3 mm, sont de couleur pourpre avec bords et appendices jaunâtres.

Les pétales sont obtriangulaires avec apex caudé, d’environ 6 mm de long et 2 mm de large, de couleur rouge pourpre. Le labelle est bilamellé, de 1-2 mm de long et environ 3 mm de large, de couleur rouge-pourpre.

La reproduction se fait par graines, in vitro, et par division, chaque section étant pourvue d’au moins 3-4 tiges. Espèce avec les plus grandes fleurs du genre, qui, quelques années après sa découverte, a suscité un intérêt remarquable chez les amateurs et les collectionneurs, elle a besoin d’une forte luminosité, mais pas de soleil direct, de températures intermédiaires ainsi que d’une légère ventilation continue. Ne possédant pas d’organes de réserve, elle nécessite une humidité constamment élevée, supérieure à 70%.

On peut la monter sur des morceaux d’écorce ou sur des radeaux de liège ou de racines de fougères arborescentes, avec des sphaignes à la base pour maintenir l’humidité aux racines. On peut aussi la cultiver dans de petits pots avec un compost drainant qui peut être constitué de fragments d’écorce finement broyés, de charbon végétal et matériaux inertes avec addition de sphaigne. Les arrosages doivent être réguliers de manière à maintenir le substrat constamment humide, mais sans stagnations en raison des risques de pourriture. Pour les plantes montées, l’arrosage est quotidien en utilisant de l’eau de pluie ou déminéralisée, ou encore obtenue par osmose inverse. L’environnement de culture idéal est une serre intermédiaire humide ou un terrarium où tous les paramètres environnementaux peuvent être ajustés de manière appropriée. En appartement, on peut la placer derrière une fenêtre orientée à l’est, avec un humidificateur pour maintenir un haut degré d’humidité ou en plaçant la plante sur une grande soucoupe remplie de pierre concassée ou d’argile expansée avec une couche d’eau sans contact direct avec le fond du pot.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!