Malpighia glabra

Famille : Malpighiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

La Malpighia glabra est un arbuste de 3 à 5 m aux fruits de 1 à 2 cm, très riches en vitamine C © G. Mazza

La Malpighia glabra est un arbuste de 3 à 5 m aux fruits de 1 à 2 cm, très riches en vitamine C © G. Mazza

Cette espèce est originaire de l’Amérique du Nord (USA-Texas et Mexique), de l’Amérique centrale (Belize, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama et Salvador), de l’Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Guyane française, Pérou et Vénézuela) et des îles Caraïbes (anciennes Antilles néerlandaises, Cuba, Haïti, Jamaïque et République dominicaine) où elle pousse en bordure des forêts humides ou soumises au cycle des saisons depuis le niveau de la mer jusqu’ à 1.500 m d’altitude.

Le genre est dédié au médecin et physiologiste italien Marcello Malpighi (1629-1694). Le nom de l’espèce vient de l’adjectif latin « glaber » = glabre, lisse par allusion à la surface lisse des feuilles.

Noms communs : acerola, Antilles-cherry, Barbados-cherry, West-Indian-cherry, wild crape-myrtle (anglais), cerisier, cerise de St-Domingue (français), cerejeira (portugais), acerola, careza, careza colorada, escobillo, grosella (espagnol).

La Malpighia glabra L. (1753) est un arbuste ou un petit arbre à feuilles semi-caduques, haut de 3 à 5 m, au tronc d’un diamètre de 10 cm et à l’écorce de couleur gris marron. Les feuilles sont opposées, simples, au bord entier, ovées-lancéolées, longues de 2 à 8 cm et larges d’environ 2 cm, de couleur vert foncé et brillantes en partie supérieure, recouvertes à l’origine d’un duvet gris en partie basse.

Les fleurs sont groupées au nombre de 3 à 7 sous forme d’ombelles axillaires et ont 5 pétales arrondis s’amincissant à la base, rosés, aux bords ondulés et longs d’environ 6 mm.

Le fruit est une drupe sphérique, à trois lobes plus ou moins prononcés, de 1 à 2 cm de diamètre, qui mûrit au bout d’environ 3 semaines après la floraison en passant de la couleur verte au rouge puis au rouge jaunâtre et dont la pulpe est juteuse et de couleur orange. Il contient trois petites graines. Son goût est acide ou acidulé mais il existe des variétés à la saveur plutôt douce.

On reproduit cette espèce au moyen de ses graines ou, de manière aisée, par bouturage dans un terreau sableux maintenu humide. Les plantes peuvent commencer à faire des fruits à partir des graines après deux ou trois ans et à partir d’une bouture déjà après un an.

Cette espèce est bien connue pour le taux élevé de ses fruits en acide ascorbique (la vitamine C), soit 1,5 à 3,5 % de leur poids, et qui sont utilisés industriellement pour leur jus qui est ajouté à diverses boissons afin d’augmenter leur taux en vitamine C. Pour cela le fruit est récolté encore vert quand la présence de vitamine est maximale. Le fruit contient également des vitamines A et B, des flavonoïdes, des caroténoïdes et des minéraux.

Localement les fruits, outre leur utilisation sous forme de jus, sont consommés frais, auquel cas on ne peut les conserver plus de 2 ou 3 jours car ils sont rapidement périssables, ou employés pour faire des conserves ou des confitures.

C’est une espèce adaptée aux climats tropicaux et subtropicaux. Les plantes jeunes meurent déjà à la température de – 1 °C. Chez les plantes adultes le feuillage subit des dommages aux environs de – 3 °C. Le pied de la plante semble pouvoir résister jusqu’à – 5 °C.

L’exposition idéale est le plein soleil mais elle supporte aussi un léger ombrage bien qu’ elle fasse alors moins de fruits. Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol et peut pousser indifféremment dans ceux qui sont rocheux, sableux ou argileux, neutres ou alcalins, pourvu qu’ils soient bien drainés car elle ne supporte pas les rétentions d’eau qui peuvent lui être fatales.

Sa floraison dépend de la quantité d’eau dont elle dispose : si celle-ci ne manque pas la floraison peut s’étendre du printemps à l’automne. La plante peut dans tous les cas supporter, quand elle est bien enracinée, de longues périodes de sécheresse mais alors elle ne fleurit pas et il peut lui arriver de perdre ses feuilles.

Elle est aussi utilisée comme plante d’ornement sous forme de spécimen isolé ou pour des haies et des bordures et supporte les tailles. Les arrosages doivent être réguliers en été dans les climats chauds et secs.

Synonymes : Malpighia punicifolia L. (1762) ; Malpighia nitida Mill. (1768) ; Malpighia biflora Poir. (1787) ; Malpighia fallax Salisb. (1796) ; Malpighia lucida Pav. ex A. Juss. (1840) ; Malpighia semeruco A.Juss. (1840) ; Malpighia lucida Pav. ex Moric. (1841) ; Malpighia peruviana Moric. (1841) ; Malpighia undulata A. Juss. (1843) ; Malpighia neumanniana A. Juss. (1846) ; Bunchosia parvifolia S.Watson (1889) ; Malpighia myrtoides Moritz ex Nied. (1928)

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MALPIGHIACEAE cliquez ici.