Melitaea athalia

Famille : Nymphalidae

GIANFRANCO.gif
Texte © Dr. Gianfranco Colombo

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Melitaea athalia, Nymphalidae, Damier Athalie

Melitaea athalia, très répandu en Europe, est identifié par la face inférieure des ailes © Giuseppe Mazza

Le Damier Athalie ou Mélitée du mélampyre (Melitaea athalia Rottemburg 1775), appartient à l’ordre des Lépidoptères et à la famille des Nymphalidae.

Comme il a déjà été dit, il y a dans cette famille plus de 6.000 espèces réparties dans le monde, et cette espèce est considérée comme la plus typique parmi celles classées comme lépidoptères diurnes.

C’est un papillon commun, largement répandu et plutôt variable dans le motif. Il est notoirement difficile d’identifier le damier Athale sur le terrain, en particulier dans la zone européenne où cohabitent de nombreuses espèces similaires ayant elles-mêmes des variations dans les caractères d’identification.

L’étymologie du nom scientifique Melitaea athalia est, comme toutes les dénominations données par les premiers naturalistes, sujette à diverses interprétations, en particulier le nom de genre Melitaea (vdr. Melitaea cinxia).

Le synonyme Mellicta Billberg, 1820 vient de la combinaison des termes grecs «meli» = miel et «liktés» = qui lèche, en référence aux habitudes de ces papillons. De même, en ce qui concerne le nom d’espèce, aucune raison particulière ne peut justifier ou expliquer la raison pour laquelle l’auteur a choisi une telle référence. Surtout, comme dans ce cas où le personnage nominé, en raison de ses caractéristiques historiques / politiques, ne mériterait pas l’honneur d’être dédié à un si bel être vivant qu’est un papillon.

Athalie était la fille du roi Achab et de la reine Jézabel d’Israël. Mariée à Jehoram, devenue plus tard roi d’Israël, elle a scellé un traité entre son peuple et celui du Royaume du Nord. Jehoram, descendant direct du roi David, a activement promu dans son royaume le culte du dieu hébreu Yahweh, mais a entre-temps toléré la présence du dieu païen Baal adoré par sa femme Athalie. Après la disparition de Joram, le fils Achazia est devenu le roi du Royaume du Nord, sous le contrôle direct de la reine mère Athalie. Au cours des périodes suivantes, les luttes entre les deux royaumes ont fortement augmenté avec des assassinats et des éliminations d’héritiers potentiels et après de longues et alternées vicissitudes, Athalie elle-même et sa progéniture ont succombé avec leur tentative d’établir le culte du dieu Baal comme religion dominante.

Une autre explication beaucoup plus simple et logique est que l’auteur Rottemburg a pensé initialement utiliser pour ce papillon le nom de Thalia, l’une des trois Grâces, dans la ligne d’autres naturalistes qui avaient déjà donné le nom d’autres Grâces à certains Nymphalidae (Argynnis aglaja et Boloria euphrosyne). En trouvant cette référence déjà attribuée par Linné à un papillon du genre Heliconia, il suffisait d’ajouter une lettre au nom qu’il avait choisi en le transformant en Athalie.

Les noms européens communs identifient principalement certaines caractéristiques de ce papillon. En anglais, heath fritillary ; en français, damier Athale ; en allemand Wachtelweizen-Scheckenfalter ; en néerlandais, Bosparelmoervlinder.

Melitaea athalia, Nymphalidae, Damier Athalie

De taille moyenne, il atteint 4-5 cm et compte souvent deux générations par an © Giuseppe Mazza

Zoogéographie

Melitaea athalia est largement représenté en Europe, à l’exception, dans la partie sud, des îles méditerranéennes, du sud de la péninsule ibérique et du sud de la Grèce, et dans la partie nord, des zones faisant face à la mer du Nord et à la mer Baltique. On le retrouve également dans toute l’Asie dans la ceinture tempérée allant de la Turquie et du Moyen-Orient jusqu’au Japon. En Angleterre, où il a pratiquement disparu dans les quelques zones autrefois habitées, de vastes programmes de réintroduction sont en cours. C’est une espèce hautement protégée au Royaume-Uni et en Allemagne tandis que dans les autres régions européennes, où elle est très diffuse et fréquente, elle n’a besoin d’aucune protection. Il fréquente également les prairies sèches ou humides, les clairières de montagne ou de plaine, les zones boisées ou les prairies humides, du niveau de la mer jusqu’à plus de 2500 m d’altitude. Dans les régions fraîches il aime énormément les bordures de taillis de sorte qu’en Angleterre il a mérité le surnom de Woodman’s follower (disciple de Woodman).

Morpho-physiologie

Melitaea athalia est un papillon de taille moyenne, facile à confondre avec tous ses congénères Nymphalidae présents dans la même zone. En fait, sa zone chevauche celle de nombreuses autres espèces et, malheureusement, il ne peut être distingué des autres qu’à courte distance et éventuellement en analysant la face inférieure des ailes.

Il a une envergure d’environ 4-5 cm avec un léger dimorphisme pour la femelle qui est légèrement plus grosse, avec un corps plus massif et une couleur moins prononcée. La face supérieure des ailes présente des caractéristiques communes à plusieurs Nymphalidae, notamment Melitaea diamina et Melitaea phoebe, également sujets à de fréquentes variations et avec lesquelles on le confond souvent. Il a une coloration brune / orange avec des motifs sombres qui se croisent pour former de petites zones carrées plus ou moins grandes, limitées verticalement par plusieurs lignes à partir du bord de l’aile. De plus, il présente une zone très sombre à la base des deux ailes, caractéristique moins accentuée que chez Melitaea diamina. Inversement, les caractéristiques des dessins de la face inférieure sont plus constantes, en particulier sur les ailes postérieures où sont facilement identifiables certaines caractéristiques qui restent pratiquement inchangées chez tous les spécimens.

Melitaea athalia, Nymphalidae, Damier Athalie

Les femelles, légèrement plus grosses, produisent un très grand nombre d’œufs © Giuseppe Mazza

Une série de croissants jaunâtres entoure le bord de l’aile postérieure, délimitée par une ligne noire fine mais bien définie, il y a des taches blanches amples et bien définies à la base de l’aile. Les antennes brunes sont bien développées et robustes, avec un sommet plat et jaunâtre.

Comme tous les Nymphalidae, il vole pendant les périodes les plus chaudes de l’année, de mai à début octobre.

C’est un papillon facile à voir car il passe beaucoup de temps à voler de fleur en fleur, avec des battements d’ailes rapides espacés par de courtes glissades. Il est également facile à approcher et à observer lorsqu’il s’arrête pour s’alimenter.

Éthologie-Biologie reproductive

Melitaea athalia est souvent bivoltin dans les zones les plus chaudes tandis qu’elle est monovoltin dans les zones les plus fraîches.

Comme le font généralement les Melitaea, ce papillon pond également un grand nombre d’œufs et, par conséquent, chaque génération voit une quantité remarquable de spécimens dans des zones même restreintes.

C’est un papillon vivant en colonies très concentrées et conservant de manière stable la zone occupée souvent sans coloniser les zones voisines, et pour cette raison on peut trouver des zones de concentration à proximité d’autres où il est inexplicablement absent.

Les œufs sont généralement pondus sur les plantes hôtes mais parfois aussi sur des essences proches et ont un temps d’éclosion d’environ trois semaines. À leur naissance, les chenilles restent en communauté dans un petit nid soyeux qui sera abandonné après environ 15 jours pour se disperser et achever leur croissance.

La dernière génération passe l’hiver au stade de petite larve, généralement isolée. La chenille adulte mesure environ 2,5 cm de long, elle est noire avec de petites protubérances jaunâtres placées sur diverses lignes parallèles le long de tout le corps et recouvertes de petites rosettes de poils noirâtres. La nymphe a un temps d’incubation d’environ 20 jours. Tous les Nymphalidae à ce stade sont soumis à une très forte prédation par les petits animaux et des insectes.

Certaines plantes hôtes sont Plantago, Veronica, Digitalis, Melampyrum, Linaria et Achillea.

Synonymes

Mellicta athalia Rottemburg 1775 ; Papilio athalia Linnaeus, 1758 ; Melitaea boris Fruhstorfer, 1917 ; Melitaea neglecta Pfau, 1962 ; Melitaea norvegica Aurivillius, 1888.

 

→ Pour des notions générales sur les Lepidoptera voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des PAPILLONS cliquez ici.

 

error: Content is protected !!