Palisota barteri

Famille : Commelinaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Rhizomateuse, presque acaule, Palisota barteri atteint 90 cm avec des baies rouges voyantes © Mazza

Rhizomateuse, presque acaule, Palisota barteri atteint 90 cm avec des baies rouges voyantes © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Cameroun, du Congo, de Côte d’Ivoire, du Gabon, de Guinée, de Guinée équatoriale, du Golfe de Guinée, du Liberia, du Nigeria, de Sierra Leone, du Togo et du Zaïre, où elle vit dans les sous-bois des forêts tropicales.

Le genre est dédié au botaniste et naturaliste français Ambroise Palisot de Beauvois (1752-1820), l’espèce au botaniste et collectionneur anglais Charles Barter (? – 1859).

Noms communs : frutinheira (portugais du Brésil).

Palisota barteri Hook.f. (1862) est une espèce herbacée pérenne à rhizome souterrain, sempervirente, presque acaule, haute de 30-90 cm, avec une rosette de feuilles, sur un pétiole atteignant jusqu’à 20 cm de longueur, oblongues à obovales-lancéolées à apex longuement pointu et marges entières velues, longues de 25-60 cm et larges jusqu’à 22 cm, de couleur verte intense.

Inflorescence cymeuse terminale, sur un pédoncule plus court que les pétioles, dressée, compacte, cylindrique, longue de 4-10 cm, portant une multitude de petites fleurs hermaphrodites à 3 sépales et 3 pétales presque identiques, de couleur blanche ou blanc teinté de pourpre, 3 étamines fertiles et ovaire supère. Les fruits sont des baies initialement vertes, puis de couleur rouge vif à maturité, très décoratives, contenant quelques graines.

La reproduction se fait par semis dans un substrat organique additionné de 30 % de sable siliceux ou d’agriperlite, maintenu humide à une température de 22-24 °C, et facilement par division.

Espèce plutôt rare en culture utilisable en groupes, pour les bordures et comme couvre-sol dans les régions au climat tropical et subtropical humide, à exposition partiellement ombragée à ombragée, sur des sols riches en matière organique, bien drainés, maintenu presque constamment humides.

Ailleurs, elle peut être cultivée en pots, en utilisant un substrat organique particulièrement drainant et aéré, pour pouvoir être abritée pendant les mois les plus froids dans des environnements, même peu lumineux, avec des températures diurnes de 20-24 °C et des minima nocturnes non inférieurs à 16 °C. Les arrosages doivent être réguliers en été, plus réduits en hiver, en laissant sécher partiellement le substrat avant d’arroser à nouveau, en prenant soin de nébuliser fréquemment, en présence d’air trop sec, avec de l’eau à température ambiante, non calcaire, afin d’éviter les taches disgracieuses sur les feuilles. Les fertilisations doivent être effectuées du printemps à l’automne, de préférence avec des produits hydrosolubles équilibrés contenant des oligoéléments à la moitié de la dose conseillée sur l’emballage.

Toutes les parties de la plante sont toxiques en raison de la présence d’oxalate de calcium.

Sinonimi: Palisota staudtii K.Schum. (1897); Palisota ombrophila K.Schum. ex C.B.Clarke (1901).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMMELINACEAE cliquez ici.

  

error: Content is protected !!