Phaleria octandra

Famille : Thymelaeaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Phaleria octandra, Thymelaeaceae

Phaleria octandra est un arbuste ou petit arbre native d’Australie et d’Asie du Sud-Est, qui atteint 6 m de hauteur © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire d’Australie (Queensland et Territoire du Nord), de Java, de Nouvelle-Guinée, des Moluques, des Petites îles de la Sonde et de Célèbes. Elle y vit dans les sous-bois des forêts pluviales, entre le niveau de la mer et environ 800 m d’altitude.

Le nom du genre dérive du grec “φαληρος” (phaleros) = blanc lumineux, en référence à la couleur des fleurs ; l’épithète spécifique est la combinaison des substantifs grecs “ὀκτώ” (octό) = huit et “ἀνήρ, ἀνδρός” (aner, andrόs) = mâle, masculin, référence au nombre d’étamines.

Nom communs : cape daphne, dwarf phaleria (anglais).

Phaleria octandra (L.) Baill. (1875) est un arbuste ou un petit arbre érigé à feuillage persistant, aux branches parfois retombantes et à l’écorce rugueuse brune, qui peut atteindre 6 m de hauteur mais qui, en culture, reste généralement en-deçà des 2 m.

Les feuilles, sur un pétiole de 0,5 à 1,5 cm de long, sont alternes en bas de la tige, opposées en haut, simples, elliptiques à oblongues-lanceolées, à marge entière et apex acuminé, longues de 7 à 22 cm et larges de 3 à 8 cm, coriaces, de couleur vert brillant. Sur un pédoncule de 0,3 à 0,8 cm de long, les inflorescences, terminales et moins fréquemment sub-terminales, sont corymbiformes et portent 6 à 18 fleurs sessiles apétales de couleur blanche ou blanche nuancée de jaune, qui, avec le temps, ont tendance à s’assombrir.

Le calice hypocratériforme est légèrement pubescent à l’extérieur, avec un tube mince long de 0,8 à 2 cm, et 4 à 6 lobes ovoïdes à l’apex arrondi, rétrofléchi, long de 0,5 à 0,8 cm ; 8 étamines proéminentes réparties en deux verticilles et un peu plus courtes que le style, complètent la fleur.

Les fruits ovoïdes sont longs de 1 à 2 cm et font 1 à 1,8 cm de diamètre ; d’abord verts, puis rouge brillant à maturité, ils contiennent 1 à 2 graines immergées dans une pulpe fibreuse.

On reproduit cette espèce par semis des graines dans un sol organique et drainant, maintenu humide à la température de 25 à 28 °C ; elles germent après quelques jours, la première floraison survient à partir de l’âge de 4 ans.

Pour ses fleurs intensément parfumées réunies en inflorescences compactes, et ses fruits voyants, elle est parfois installée à l’ombre des grands arbres dans les jardins tropicaux et subtropicaux. Elle ne supporte pas les températures voisines de 0 °C, mais n’est pas exigeante quant au type de sol, dès l’instant où il est poreux et drainant, et maintenu presque constamment humide.

Phaleria octandra, Thymelaeaceae

En raison de son parfum et de ses fruits, il est souvent cultivé dans les jardins tropicaux où il atteint à peine 2 mètres de hauteur. Sous climats chauds et tempérés, il peut aussi pousser dans de grands pots qu’il faut toutefois abriter en hiver dans des endroits lumineux, où la température est toujours d’au moins 16 °C © Giuseppe Mazza

Ailleurs, elle peut être cultivée en pot, dans un terreau organique additionné de 30% de sable siliceux ou d’agri-perlite, de manière à pouvoir l’abriter pendant les mois les plus froids dans un endroit lumineux avec des températures d’au moins 16 °C. L’arrosage doit être régulier pendant la période végétative, plus réduit en hiver, mais sans jamais laisser le terreau sécher complètement ; au printemps et en été, on peut fertiliser avec un produit équilibré hydrosoluble comprenant des oligo-éléments.

Synonymes : Phaleria laurifolia (Decne.) Thwaites ex Hook. f. (1869) ; Phaleria blumei var. latifolia Benth. (1873) ; Phaleria neumannii (F. Muell.) Benth. (1873) ; Phaleria ambigua (Meisn.) Hook. f. (1896) ; Phaleria longifolia (Miq.) Boerl. (1900) ; Phaleria laurifolia var. javanica Valeton (1913) ; Phaleria pedunculata C.T. White (1919) ; Phaleria octandra var. laurifolia (Decne.) Warb. ex Malm (1934) ; Phaleria parvifolia Backer (1942).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des THYMELAEACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!