Phreatia micrantha

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Marc Longhi

 

Phreatia micrantha, Orchidaceae

L’orchidée Phreatia micrantha est une espèce épiphyte, parfois lithophyte, originaire d’Océanie © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de l’archipel de Bismarck, Australie (Queensland), des Îles Fidji, Marianne, Santa Cruz, Salomon, Niue, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Guinée, Tonga, Vanuatu et Wallis et Futuna, où elle vit sur les arbres ou bien, moins fréquemment, sur les rochers des forêts humides, souvent en bordure des cours d’eau, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2500 m d’altitude.

Le nom du genre provient du substantif grec “φρέαρ, φρέατος” (phréar, phréatos) = puits, probable référence à l’éperon (mentum) en forme de sac formé par les sépales latéraux ; le nom d’espèce est la combinaison de l’adjectif grec “μικρός” (mikrós) = petit et du substantif “ἄνθος” (anthos) = fleur, par référence évidente à la taille des fleurs.

Nom commun : native fan orchid (Australie).

L’orchidée Phreatia micrantha (A.Rich.) Lindl. (1859) est une espèce épiphyte et parfois lithophyte, au rhizome et racines filiformes, avec 5-10 feuilles alternes distiques, dressées ou arquées, linéaires à l’extrémité obtuse irrégulièrement bilobée, de 10-35 cm de long, et de 1,2-2,5 cm de large, coriaces, d’un vert intense, d’une longueur de 4-6 cm. Les bases foliaires sont imbriquées, et cachent une courte tige.

Elle possède des inflorescences axillaires racémeuses, d’une longueur de 12-30 cm, dressées ou recourbées, qui portent de nombreuses fleurs minuscules regroupées, de 2-3 mm de diamètre, blanches, le pédicelle et l’ovaire claviformes de 3-4 mm de long. Les sépales sont libres et ovales à l’extrémité aigüe ou obtuse, d’une longueur de 1,5 mm, les sépales latéraux sont soudés à la base de la colonne, les pétales sont libres obliquement ovales, d’environ 1 mm de long, le labelle est subromboïde à l’extrémité obtuse, d’une longueur d’environ 1,5 mm et de 1 mm de large, la colonne est d’environ 1 mm de long. Elle se  reproduit par semi, in vitro, mais généralement pour des amateurs par simple division.

C’est une espèce en forme caractéristique d’éventail largement répandue dans la nature, mais rarement cultivée. Elle exige une situation semi-ombragée, des températures fraîches à chaudes, avec des minima nocturnes hivernaux supérieurs à 15 °C, un taux d’humidité élevé de 70 à 85 % et une bonne aération. On peut la cultiver en pot en utilisant un substrat drainant et aéré qui peut être constitué de menus fragments d’écorce (bark) et de charbon de bois complété de sphaignes, ou bien disposée sur des branches, des morceaux d’écorce ou du liège ou des racines de fougères arborescentes, avec des sphaignes à la base pour maintenir les racines délicates à l’humidité. Prévoir des arrosages réguliers, mais sans stagnation d’eau pour éviter la pourriture des racines, avec de l’eau de pluie, déminéralisée, ou par osmose inverse.

Phreatia micrantha, Orchidaceae

On la rencontre fréquement dans la nature, mais rarement en culture. Elle a une forme caractéristique en éventail. Son inflorescence de 12 à 30 cm est constituée de nombreuses fleurs minuscules regroupées de 2 à 3 mm de diamètre. Elle se reproduit par semi, in vitro, mais généralement pour des amateurs par simple division © Giuseppe Mazza

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora – Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) qui précise les espèces pour lesquelles le commerce est réglementé au niveau international.

Synonymes : Oberonia micrantha A.Rich. (1834) ; Eria richardiana Rchb.f. (1868) ; Eria sphaerocarpa Rchb.f. (1868) ; Thelasis samoensis Kraenzl. (1898) ; Oberonia papuana F.M.Bailey (1900) ; Phreatia macrophylla Schltr. (1906) ; Phreatia samoensis (Kraenzl.) Schltr. (1907) ; Phreatia graeffei Kraenzl. (1911) ; Phreatia louisiadum Kraenzl. (1911) ; Phreatia richardiana (Rchb.f.) Kraenzl. (1911) ; Phreatia sarcothece Schltr. (1911) ; Phreatia collina Schltr. (1913) ; Phreatia collina var. linearis Schltr. (1913) ; Phreatia moluccana J.J.Sm. (1914) ; Phreatia macrophylloides Kraenzl. (1929) ; Phreatia robusta R.S.Rogersm (1930) ; Rhynchophreatia micrantha (A.Rich.) N.Hallé (1977) ; Phreatia clivicola W.Kittr. (1985) ; Rhipidorchis micrantha (A.Rich.) D.L.Jones & M.A.Clem. (2004).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.