Plumbago auriculata

Famille : Plumbaginaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Plumbago auriculata fleurit généreusement, presque sans relâche © Giuseppe Mazza

Plumbago auriculata fleurit généreusement, presque sans relâche © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire des savanes du Mozambique et de l’Afrique du Sud.

Le nom de genre est le nom latin utilisé dans l’Antiquité pour désigner Plumbago europaea ; le nom spécifique dérive du latin « auricula » = oreille, en référence à la forme de la base de la feuille.

Noms communs : Cape leadwort, Cape plumbago, plumbago, skyflower (anglais); dentelaire du Cape (français); gelsomino azzurro, plumbaggine, plumbago (italien); bela-emilia, dentelária-do-cabo, jasmim-do-cabo (portugais); azulina, celestina, jasmin azul, malacara (espagnol).

Plumbago auriculata Lam. (1786) est un arbuste sempervirent sarmenteux à tiges très ramifiées pouvant atteindre environ 4 m de longueur, qui présente des feuilles alternes sessiles ou sur un court pétiole, simples, entières, elliptiques, obovales ou oblancéolées à base épaisse auriculée (munie de deux oreillettes), longues de 2-8 cm et larges de 0,5-2,5 cm, de couleur vert clair.

Les inflorescences, sur un pédoncule long de 1-5 cm, poilu, sont des racèmes terminaux compacts, d’environ 6 cm de longueur et jusqu’à 15 cm de diamètre, portant de nombreuses fleurs hermaphrodites à calice tubulaire, long de 1-1,3 cm, pourvu de poils glandulaires courts poisseux, et corolle tubulaire longue de 3-4 cm à 5 lobes obovales, longs de 1-1,6 cm et larges de 0,5-1,5 cm, dans différentes nuances de bleu ; il existe également une variété à fleurs blanches.

Les fruits sont des capsules oblongues, d’environ 0,8 cm de longueur, enfermées dans le calice persistant, contenant une seule graine, d’environ 0,6 cm de longueur, de couleur brune ou noire. La multiplication se fait par semis, dans un substrat sableux riche en substance organique maintenu humide à une température de 20-22 °C, par division, à partir des drageons, qui sont produits en abondance et à partir desquels la plante s’étend rapidement au point de devenir, dans des situations favorables, envahissante et par boutures semi-ligneuses en été.

Espèce de culture facile et à la croissance rapide à la floraison abondante et presque continue au cours de l’année, à l’exception des mois les plus frais lorsque les températures descendent en dessous de 10-12 °C ; elle peut être cultivée dans les zones au climat tropical, subtropical et tempéré chaud, où les températures légèrement inférieures à 0 °C peuvent provoquer la destruction de la partie aérienne, mais la plante est capable de repousser à partir des racines au printemps si elle est bien paillée. Elle exige le plein soleil pour pousser au mieux et n’est pas particulièrement exigeante pour le sol, bien qu’elle préfère les sols sableux riches en substance organique, légèrement acides à légèrement alcalins, et bien enracinée elle résiste aux périodes de sécheresse.

Elle peut être utilisée comme couvre-sol, comme grimpante sur des supports ou retombante, en bordures, même formelles, et en haies, supportant bien, en effet, la taille, même drastique, à effectuer à la fin de l’hiver, qui favorise en outre une floraison abondante ; cultivable également en pot, dans un substrat sableux riche en substance organique, avec des arrosages réguliers et un apport d’engrais pendant l’été.

Toutes les parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle.

Synonymes : Plumbago capensis Thunb. (1794); Plumbagidium auriculatum (Lam.) Spach (1841); Plumbago alba Pasq. (1867); Plumbago auriculata f. alba (Pasq.) Z.X. Peng (1987).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PLUMBAGINACEAE cliquez ici.