Podocarpus chinensis

Famille : Podocarpaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Podocarpus chinensis est un arbre dioïque persistant ne dépassant pas les 10 m © G. Mazza

Podocarpus chinensis est un arbre dioïque persistant ne dépassant pas les 10 m © G. Mazza

L’espèce est originaire de Chine (Anhui, Chongqing, Fujian, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Henan, Hong Kong, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Kin-Men, Macao, Ma-tsu-Pai-chuan, Shanghai, Sichuan, Zhejiang et Yunnan), du Japon, de Myanmar et de Taiwan, où elle pousse dans les forêts du niveau de la mer jusqu’à environ 1000 m d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison des termes grecs “pus, podόs » = pied et « karpόs » = fruit, en référence à la forme du fruit chez les premières espèces décrites ; le nom latin de l’espèce « chinensis » = de Chine, se réfère à l’un de ses lieux d’origine.

Noms communs: podocarpe chinois, maki podocarpus, if maki du Japon, if arbustif, yew plum pine (anglais); luo han chanson, jin qian song (chinois) ; podocarpe de Chine (français) ; inu-maki, kusa-maki (japonais) ; pinheiro-de-Buda, pinheiro-budista (portugais); thông la hán (vietnamien).

Le Podocarpus chinensis Wall. ex J.Forbes (1839) est un arbre ou un arbuste dioïque à feuilles persistantes (chaque individu porte des fleurs mâles ou femelles) qui ne dépasse généralement pas les 10 m de hauteur, avec une écorce gris à gris-brun qui s’exfolie en minces écailles, il a une grande couronne au sommet.

Les feuilles sont sessiles (sans pétiole), placées en spirale, coriaces, lancéolées obovales-lancéolées avec une nervure centrale proéminente et des bords légèrement incurvés, 3-7,5 cm de long et environ 0,6 cm de large, avec un apex émoussé ou légèrement pointu, de couleur vert foncé et brillant sur la face supérieure, plus pâle dessous.

Les cônes mâles axillaires ont un pédoncule court, par groupes de 3-5, 3-5 cm de long, et pourvus à la base de plusieurs bractées triangulaires, les cônes femelles sont fortement modifiés, solitaires à l’aisselle des feuilles, avec quelques bractées fusionnées à la base dont une, rarement deux, est fertile ; quand le cône est mûr il devient un réceptacle charnu, environ 2,5 cm de long, d’abord vert glauque, puis rougeâtre et finalement violet foncé surmonté par une, rarement deux, graines ovoïdes d’environ 1 cm de diamètre, recouvertes d’une couche mince charnue, appelé « epimatium « , de couleur vert glauque.

La plante se reproduit par graines qui peuvent prendre jusqu’à deux ans pour germer, et facilement par bouture semi-ligneuse et greffage.

Le fruit légèrement toxique, d'abord vert puis rouge et ensuite violet, est surmonté d'une graine ovoïde © Giuseppe Mazza

Le fruit légèrement toxique, d’abord vert puis rouge et ensuite violet, est surmonté d’une graine ovoïde © Giuseppe Mazza

C’est un conifère très ornemental surtout cultivé dans les zones climatiques subtropicales et tempérées chaudes, où il paraît supporter des températures aussi basses que -8 ° C, en plein soleil pour une meilleure croissance, mais supporte aussi l’ombre.

Il nécessite des sols fertiles, sablonneux et bien drainés, de préférence acides ; les plantes bien enracinées peuvent supporter des périodes de sécheresse mais il tire avantage d’arrosages réguliers.

Il offre un remarquable effet paysagé comme spécimen isolé, en rangées, pour des clôtures et en particulier le long des routes car il n’a pas de racines envahissantes ; il supporte bien les élagages et résiste à la salinité et peut donc être utilisé non loin de la mer.

Il s’adapte également bien à la culture en pot pour la décoration de patios, terrasses et vérandas, et est un excellent sujet pour les bonsaï.

Les “fruits” sont légèrement toxiques et il est préférable d’éviter leur consommation.

Synonymes : Taxus chinensis Roxb. (1814); Juniperus chinensis Roxb. (1832); Podocarpus macrophyllus var. maki Siebold & Zucc. (1846); Podocarpus japonicus Siebold ex Endl. (1847); Podocarpus makoyi Blume (1849); Podocarpus lanceolata Gordon (1858); Podocarpus corrugatus Gordon (1862); Podocarpus flagelliformis Carrière (1867); Podocarpus miquelia Parl. (1868); Podocarpus appressus Maxim. (1871); Nageia appressa (Maxim.) Kuntze (1891); Nageia chinensis (Wall. ex J.Forbes) Kuntze (1891); Nageia corrugata (Gordon) Kuntze (1891); Nageia flagelliformis (Carrière) Kuntze (1891); Nageia japonica (Siebold ex Endl.) Kuntze (1891); Podocarpus macrophyllus subsp. maki (Siebold & Zucc.) Pilg. (1903); Nageia macrophylla var. maki (Siebold & Zucc.) Voss (1907); Podocarpus maki (Siebold & Zucc.) Gaussen (1907); Podocarpus maki (Siebold & Zucc.) Gaussen (1976); Margbensonia chinensis (Wall. ex J.Forbes) A.V.Bobrov & Melikyan (1998); Margbensonia maki (Siebold & Zucc.) A.V.Bobrov & Melikyan (1998).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PODOCARPACEAE cliquez ici.