Pseudogynoxys chenopodioides

Famille : Compositae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Pseudogynoxys chenopodioides est une grimpante vénéneuse tropicale de 4-6 m aux tiges ligneuses à la base. Sous les climats froids, elle peut être cultivée comme annuelle © Giuseppe Mazza

Pseudogynoxys chenopodioides est une grimpante vénéneuse tropicale de 4-6 m aux tiges ligneuses à la base. Sous les climats froids, elle peut être cultivée comme annuelle © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Belize, de Colombie, du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Guyana, du Honduras, du Mexique (Tamaulipas et Veracruz), du Nicaragua, du Panama, du Suriname et du Venezuela, où elle pousse jusqu’à 2000 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison du préfixe grec “ψευδο-” = false et du genre Gynoxys ; le nom spécifique est la combinaison du nom du genre Chenopodium et du suffixe grec “-οειδής” (-oeidés), de “εἶδος” (êidos) = forme, aspect, donc similaire au genre Chenopodium.

Noms communs : orange glow vine, orange-flowered senecio, mexican flamevine (anglais); senecio orange, marguerite orange (français); flama-do-méxico, jalisco, senécio-confuso, trepadeira-mexicana (portugais du Brésil); margarita mejicana, orgullo de Mayagüez, San Rafael (espagnol); Mexikanischer Flammenwein (allemand).

Pseudogynoxys chenopodioides (Kunth) Cabrera (1952) est une plante grimpante pérenne sempervirente aux tiges volubiles ligneuses à la base, mesurant jusqu’à 4-6 m de longueur, aux feuilles, sur des pétioles longs de 1-3 cm, alternes, simples, ovales-lancéolées à apex pointu et marges dentelées, sérulées ou entières, parfois cordées à la base, épaisses, longues de 3-12 cm et larges de 1-7 cm, de couleur vert intense brillant. Les fleurs, de 2,5-4 cm de diamètre sur un pédoncule long de 3-9 cm, solitaires ou réunies en panicules dans la partie terminale de la tige, sont des capitules typiques des Compositae constitués d’une multitude de fleurs sessiles insérées sur une base arrondie, le réceptacle, entouré d’un involucre formé de nombreuses bractées linéaires lancéolées à apex pointu. Les fleurs de l’anneau externe, dites fleurs radiales, de 15 à 24, ont la corolle linéaire, tridentée à l’apex, longue de 1-2 cm et large de 0,6 cm, constituée de 5 pétales soudés ensemble de couleur orangé intense à rougeâtre. Les fleurs radiales sont femelles et ont également pour fonction d’attirer l’attention du pollinisateur, comme les pétales d’une fleur unique. À l’intérieur de l’anneau se trouvent les fleurs bisexuelles, appelées fleurs du disque, longues d’environ 1 cm, à la corolle tubulaire à 5 lobes courts, de couleur jaune tendant vers l’orangé et le rouge au fil du temps. Les fruits sont des akènes (ou plus correctement des cypsèles) presque cylindriques, hispides, longs de 0,4 cm, surmontés d’un pappus, le calice modifié de la fleur constitué de poils blancs, longs d’environ 0,8 cm, dont la fonction est de favoriser la dispersion par le vent. La multiplication se fait par les graines disposées en surface d’un substrat sableux maintenu humide, à exposition lumineuse, à une température de 20-22 °C, et facilement par bouturage et marcottage.

Espèce vigoureuse et facile à cultiver à la floraison spectaculaire cultivable en plein soleil dans les régions au climat tropical, subtropical et marginalement tempéré chaud, où elle peut résister à des températures de quelques degrés au-dessous de 0 °C avec perte de la partie aérienne, mais elle repart rapidement des racines au printemps ; un bon paillage est utile dans ces situations. Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol, même pauvre, de légèrement acide à légèrement alcalin, maintenu humide dans la phase initiale de croissance, puis, bien enracinée, elle a une bonne tolérance à la sécheresse, et présente en outre une bonne résistance aux vents et à la salinité ; d’effet décoratif remarquable à faire grimper sur les balustrades, les clôtures, les pergolas ou à utiliser comme couvre-sol.

Elle présente l’inconvénient de conserver longtemps les feuilles séchées sur la plante, qui peut être atténué par une taille appropriée, après la floraison, ce qui contribue également à maintenir un port plus compact. Sous les climats froids, grâce à sa rapidité de croissance, elle peut être traitée comme annuelle, en semant au printemps pour une floraison en fin d’été ou être cultivée en pots, afin de pouvoir être mise à l’abri dans un environnement particulièrement lumineux, en utilisant un substrat riche additionné de 30 % de sable grossier ou de perlite, avec des valeurs minimales de température nocturne de préférence non inférieures à 10 °C. Les arrosages doivent être réguliers et abondants en été, réduits en hiver, mais sans jamais permettre au substrat de sécher complètement.

Toutes les parties de la plante sont toxiques par ingestion, et peuvent provoquer des dermatites de contact chez les sujets les plus sensibles.

Synonymes : Senecio chenopodioides Kunth (1820); Gynoxys berlandieri DC. (1838); Gynoxys berlandieri var. cordifoliaDC. (1838); Gynoxys berlandieri var. cuneata DC. (1838); Senecio confusus Britten (1898).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

  

 

 

error: Content is protected !!