Renanthera histrionica

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Cette espèce est originaire de la péninsule Malaise et de la Thaïlande péninsulaire. Elle y vit dans les forêts humides, sur les branches des arbres ou sur des affleurements granitiques recouverts d’une fine couche de matière organique, entre le niveau de la mer et environ 400 mètres d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison des substantifs grecs “ῥήν” (ren) = rein, et “ανθηρά” (anthera) = anthère, en référence aux lobes réniformes des anthères ; le substantif spécifique est l’adjectif latin “histrionicus, a, um” = histrion, dans le sens de voyant, flashy, et qualifie les fleurs.

Nom commun : h̄wāy h̄elụ̄xng (thaïlandais).

Renanthera histrionica, Orchidaceae

Originaire des forêts péninsulaires de Malaisie et de Thaïlande, Renanthera histrionica est une espèce épiphyte ou lithophyte des roches granitiques. Tiges dressées ou semi-pendantes de 40-60 cm, parfois ramifiées, avec fortes racines aériennes et feuilles alternes semi-cylindriques, pointues et rainurées à la face supérieure. © Giuseppe Mazza

Renanthera histrionica Rchb.f. (1878) est une espèce épiphyte ou lithophyte monopodiale à tige dressée ou semi-pendante, parfois ramifiée, longue de 40 à 60 cm, d’où partent de robustes racines aériennes.

Alternes et distiques, les feuilles sont hémicylindriques à l’apex aigu ou acuminé, rainurées à la face supérieure, longues de 7 à 12 cm et larges de 0,5 à 0,7 cm, charnues, de couleur vert foncé.

Presque horizontales, les inflorescences sont axillaires, racémeuses, longues de 5 à 14 cm, portant jusqu’à 10 fleurs, sur un pédicelle et ovaire de 0,9 à 1,4 cm de longueur, non résupinées (au labelle en haut, au-dessus de la colonne), d’environ 2,5 cm de diamètre, charnues, à sépales et pétales jaune pâle à marges et taches rouge violacé, qui s’ouvrent successivement par 2 ou 3 à la fois.

Renanthera histrionica, Orchidaceae

Fleurs charnues petites mais voyantes d’environ 2,5 cm de diamètre, s’ouvrant successivement © Giuseppe Mazza

Le sépale dorsal est érigé, oblong, avec l’apex obtus, long de 1 à 1,3 cm et large de 0,3 à 0,4 cm ; les sépales latéraux sont spatulés à l’apex obtus, longs de 0,8 à 1 cm et larges de 0,3 à 0,5 cm, rétrofléchis ; les pétales sont oblongs, linéaires à apex obtus ou aigu, longs de 0,9 à 1 cm et larges de 0,2 à 0,3 cm.

Le labelle trilobé est long d’environ 0,5 cm et large de 0,7 cm ; les lobes latéraux oblongs sont redressés, de couleur jaune pâle, aux marges rouges pourprées et avec des taches ou des stries ; le lobe médian est rétrofléchi, jaune pâle avec deux crêtes blanchâtres à la base.

Incurvée et mince, la colonne est longue de 0,8 cm environ, de couleur jaune pâle avec des taches rouge violacé.

Cette espèce se reproduit par semis, in vitro, et par division de la tige, en veillant à ce que les deux sections soient pourvues d’un nombre suffisant de feuilles et de racines ; la partie inférieure produira une ou plusieurs plantes à partir des bourgeons dormants, elles pourront être séparées dès qu’elles auront formé leur propre système racinaire.

C‘est une Orchidée aux fleurs minuscules mais voyantes et de longue durée, qui demande des endroits particulièrement lumineux et même quelques heures de soleil direct, à l’exception des heures méridiennes, pour les serres chaudes à humidité élevée de 70 à 85 %, et un air doucement mais continûment en mouvement.

On peut l’installer sur des morceaux de tronc, des écorces ou des radeaux de divers matériaux ; on peut aussi la cultiver dans des pots ou des paniers à racines nues, ou dans un composé particulièrement aéré et drainant qui peut être constitué de fragments d’écorce et de charbon de bois de grande taille. Abondants et fréquents, les arrosages doivent même être quotidiens pour les plantes à racines nues, légèrement plus espacés en hiver, en utilisant de l’eau de pluie, déminéralisée ou osmosée.

S’ils sont absolument nécessaires, les rempotages doivent être effectués en essayant d’endommager le moins possible les racines, qui doivent être préalablement assouplies par trempage.

Cette espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Renantherella histrionica (Rchb.f.) Ridl. (1896).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!