Sambucus ebulus

Famille : Adoxaceae


Texte © Prof. Pietro Pavone

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Sambucus ebulus, sureau yèble

Natif d’Europe méridionale et centrale, et d’Asie du sud-ouest, naturalisé en Amérique du Nord, Sambucus ebulus est une espèce herbacée pérenne au rhizome traçant, allongé et ramifié, qui atteint 2 m de hauteur © Giuseppe Mazza

Sambucus ebulus L., appelé communément Sureau yèble, Yèble, Petit sureau ou encore Hièble, est originaire d’Europe méridionale et centrale et d’Asie sud-occidentale, naturalisé dans une grande partie de l’Amérique du Nord.

On le trouve dans des habitats variés qui peuvent être proches de cités, de routes, de chemins de fer, de forêts et de rivières. Jusqu’à 1500 m d’altitude, il peut se comporter comme une plante invasive, en particulier dans des cultures abandonnées.

L’espèce relevait naguère de la famille des Caprifoliaceae mais des tests génétiques ont conduit à la placer finalement dans la nouvelle famille des Adoxaceae.

Le genre Sambucus est le nom du sureau utilisé par Pline l’Ancien et Lucius Junius Columella.

Il vient du grec σαμβύκη “sambúke” : sambuca, instrument à cordes fabriqué en bois de sureau ; l’épithète spécifique “ebulus” est le nom latin de cette plante rapporté par Virgile, Pline et d’autres auteurs.

S. ebulus est une espèce herbacée pérenne au rhizome long, traçant et ramifié. Elle peut atteindre 1 à 2 m de hauteur ; ses tiges herbacées érigées présentent des côtes pâles longitudinales, et sont habituellement non ramifiées et regroupées.

Les feuilles, d’où émane une odeur fétide, sont opposées, imparipennées, longues de 15-30 cm, formées de 5-9 (11) folioles à bord dentelé, vert foncé et glabres à la face supérieure, pubescentes et ciliées sur le dessous. Les stipules sont en forme de feuille, bien développées, ovales ou subarrondies.

Les inflorescences sont des corymbes de 10-15 cm de diamètre, tournés vers le haut même après la fructification, formés par de nombreuses fleurs (généralement 200-250).

Les fleurs sont pentamériques, actinomorphes et pédonculées ; le calice est réduit à un court tube à 5 denticules et une corolle blanche, parfois rose, formée d’un court tube conique et d’un rabat divisé en 5 lanières.

Sambucus ebulus

Les inflorescences sont des corymbes de 10-15 cm de diamètre, orientés vers le haut même après la fructification. Ils portent 200-250 fleurs © Giuseppe Mazza

Les étamines sont au nombre de 5, libres, aux anthères extrorses rougeâtres puis violettes. L’ovaire est syncarpique et infère.

Les fleurs peuvent s’auto-polliniser ou être allogames grâce aux insectes, généralement des abeilles, attirés par le pollen et le nectar.

La floraison a lieu de mai à août. Les fruits se forment d’août à septembre et sont des drupes piriformes de 5-6 mm de diamètre, noires et brillantes à maturité, avec trois noyaux. Ils contiennent des glycosides cyanogènes qui, en cas de consommation excessive, entraînent vomissements, douleurs abdominales et diarrhée.

Sambucus ebulus

La fleur a 5 étamines libres aux anthères extrorses rougeâtres puis violettes. L’ovaire est syncarpique et infère. En l’absence d’insectes, les fleurs peuvent s’auto-polliniser © Giuseppe Mazza

S. ebulus est une plante utilisée en médecine traditionnelle pour traiter de nombreuses maladies dans divers pays d’Europe et d’Asie occidentale.

En médecine traditionnelle bulgare, les fruits mûrs et les rhizomes sont utilisés pour leur action diurétique, antiseptique, tonique et laxative. En Turquie et dans d’autres pays d’Asie occidentale, ils sont utilisés pour leurs propriétés analgésiques. Ailleurs encore, les fruits de S. ebulus sont utilisés pour leurs propriétés laxatives-diurétiques et anti-œdémateuses, et l’écorce et les feuilles séchées servent d’antirhumatismaux.

Les fleurs séchées ont des propriétés sudoripares et expectorantes et sont donc employées pour soigner les maladies bronchiques.

Sambucus ebulus, sureau yèble

Les fruits noirs, de 5-6 mm de diamètre, sont des drupes piriformes, toxiques, mais diverses parties de la plante présentent des propriétés médicinales intéressantes © Giuseppe Mazza

Des études spécifiques ont suggéré un large éventail d’applications médicinales de cette plante. En effet, des résultats scientifiques récents en ont validé les propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires, anti-arthritiques, analgésiques et antimicrobiennes.

Les derniers travaux suggèrent enfin que S. ebulus agit sur les néoplasmes, ses extraits inhibant la synthèse protéique des cellules cancéreuses.

Enfin, les drupes sont utilisées pour la préparation de répulsifs, de colorants et d’encres.

Synonymes : Ebulum humile (Mill.) Garcke ; Sambucus humilis Mill.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ADOXACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!