Specklinia chontalensis

Famille : Orchidaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Cette espèce est originaire du Costa Rica et du Nicaragua où elle pousse sur les branches des arbres des forêts humides depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 650 m d’altitude, dans un climat caractérisé par une pluviosité élevée.

Le genre est dédié au graveur allemand Veit Rudolph Specklin (-1550), auteur des illustrations du traité de botanique “De historia stirpium commentarii insignes” de Leonhart Fuchs (1501-1566). Le nom latin de l’espèce fait référence au Département de Chontales au Nicaragua où l’espèce-type a été découverte et où elle est relativement répandue.

La Specklinia chontalensis (A. H. Heller & A. D. Hawkes) Luer (2004) est une espèce épiphyte cespiteuse  qui a un rhizome rampant et des tiges unifoliées, droites, minces, recouvertes de gaines tubulaires et longues de 0,5 à 0,7 cm.

Specklinia chontalensis; Orchidaceae

Espèce épiphyte cespiteuse du Costa Rica et du Nicaragua la Specklinia chontalensis est une orchidée miniature assez rare en culture. Ses petites fleurs s’ouvrent les unes après les autres sur un pédoncule filiforme de 3 à 4 cm © Giuseppe Mazza

Les feuilles sont droites, obovées à ovées-elliptiques avec un apex obtus légèrement tridenté, longues de 3 à 4,5 cm, larges de 0,6 à 1,3 cm, coriaces et de couleur vert intense. Les inflorescences, qui sont portées à partir de la base de la feuille sur un pédoncule filiforme long de 3 à 4 cm ont des fleurs de couleur jaune verdâtre à jaune ocré qui s’ouvrent individuellement les unes après les autres. Le pédicelle, qui porte des glandes microscopiques, est long de 0,4 à 0,8 cm. L’ovaire, qui se situe presque à angle droit, est de section triangulaire avec des bords ailés et long d’environ 3 mm.

Le sépale dorsal est ové-lancéolé avec un apex aigu, charnu, doté de glandes microscopiques sur ses deux faces, caréné à l’arrière et bullé à l’intérieur (c’est-à-dire comme recouvert de minuscules vésicules transparentes), long de 1 à 1,1 cm et large de 0,3 cm. Les sépales latéraux sont elliptiques avec un apex aigu, dotés sur leurs deux faces de glandes microscopiques, soudés presque jusqu’à l’apex, longs d’environ 1 cm et larges ensemble de 0,4 cm.

Les pétales, falciformes sur un plan oblique avec un apex aigu, sont longs d’environ 3 mm et larges de 1 mm. Le labelle est oblong avec un apex obtus, plissé, doté à sa base de deux petits lobes droits, papilleux, charnu, long d’environ 3 mm et large de 1 mm. La colonne est claviforme, dentelée à l’apex et longue d’environ 2,5 mm.

On reproduit cette plante au moyen de ses graines, in vitro et par division des touffes bien développées.

C’est un orchidée miniature relativement rare en culture qui forme des touffes épaisses hautes au maximum de 6 cm. Elle a besoin d’un emplacement à mi-ombre, de températures moyennes à hautes, d’une humidité élevée, de 75 à 85 %, et d’une ventilation légère et permanente.

On la dispose habituellement sur des branches, des morceaux d’écorce ou des radeaux de matériaux divers que l’on recouvre de sphaigne afin que ses fines racines restent humides. Les arrosages doivent être fréquents et réguliers, cette plante ne connaissant pas de période de repos précise, mais en évitant les rétentions d’eau et utilisant de l’eau de pluie, provenant d’osmose inversée ou déminéralisée. Elle est idéale pour des terrariums où l’on peut ajuster de façon appropriée tous les paramètres environnementaux.

Cette espèce est inscrite dans l’appendice II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Pleurothallis chontalensis A.H.Heller & A.D.Hawkes (1966) ; Sarcinula chontalensis (A.H.Heller & A.D.Hawkes) Luer (2006).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!