Stereospermum fimbriatum

Famille : Bignoniaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Stereospermum fimbriatum est un arbre de 20-30 m originaire d'Asie du Sud-Est © Giuseppe Mazza

Stereospermum fimbriatum est un arbre de 20-30 m originaire d’Asie du Sud-Est © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Laos, de Malaisie péninsulaire, du Myanmar (ex Birmanie) et de Thaïlande où elle vit dans des forêts humides jusqu’à environ 1000 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison de l’adjectif grec « στερεός » (stéréos) = dur et du nom « σπέρμα » (sperma) ; le nom spécifique est l’adjectif latin « fimbriatus, a, um » = frangé, en référence aux lobes frangés de la fleur.

Noms communs : snake tree (anglais); paw-taw-yer, thakut-po, than-that (birman); khe foy (laotien); chi-a, chi-chah, cha-chah, lempoyan (malais); khae foi, khae sai (thaï); quao tràng xẻ (vietnamien).

Stereospermum fimbriatum (Wall, ex G.Don) DC (1838) est un arbre décidu droit haut de 20-30 m, au tronc de 40-120 cm de diamètre, à l’écorce grisâtre fissurée qui tend à s’exfolier et aux jeunes branches glanduleuses-visqueuses.

Les feuilles sont opposées, imparipennées, longues de 35-65 cm, à 5-9 folioles oblongues-lancéolées à apex longuement pointu et à bord légèrement denté, de 8-18 cm de longueur et 3-8 cm de largeur, de couleur vert clair ; les jeunes feuilles sont de couleur violacée.

Les inflorescences sont des panicules terminaux produits avant les feuilles ou en même temps, visqueux, portant de nombreuses fleurs hermaphrodites au calice tubulaire de couleur brunâtre, long de 1,5 cm, à cinq lobes courts et pointus, corolle infundibuliforme de couleur blanche à reflets roses, de 6-7 cm de longueur et 4-6 cm de diamètre, à 5 lobes à marge finement frangée, deux paires d’étamines de longueurs différentes, respectivement 1,3 et 1,7 cm, et style long d’environ 2,6 cm.

Racines, feuilles et bourgeons sont utilisés en médecine traditionnelle © Giuseppe Mazza

Racines, feuilles et bourgeons sont utilisés en médecine traditionnelle © Giuseppe Mazza

Les fleurs, qui dégagent un léger parfum, s’ouvrent le soir et tombent le matin en formant un tapis caractéristique sous l’arbre.

Les fruits sont des capsules pendantes déhiscentes à section presque quadrangulaire, de 35-70 cm de longueur et d’environ 1 cm de largeur, torsadées, contenant de nombreuses graines, longues de 2-3 cm et larges de 0,7 cm, pourvues d’une aile relativement épaisse qui favorise leur dispersion par le vent.

La multiplication se fait par semis dans un substrat organique drainant maintenu humide à une température de 24-26 °C.

Espèce relativement répandue dans la nature, mais peu présente en culture, parfois utilisée dans le reboisement des zones dégradées et dans la consolidation des sols et comme plante décorative dans les parcs et les jardins et comme arbres de bord de route, notamment dans les pays du sud-est asiatique.

Elle nécessite un climat tropical ou subtropical humide et une exposition en plein soleil ou légèrement ombragée et n’est pas particulièrement exigeante sur le sol, pourvu qu’il soit drainant.

Le bois, d’assez bonne qualité, a une utilisation limitée pour réaliser des outils et des objets d’usage courant ; les racines, les feuilles et les bourgeons sont utilisés en médecine traditionnelle par certaines populations locales contre différentes pathologies.

Synonymes : Bignonia fimbriata Wall. ex G.Don (1837); Stereospermum mekongense Dop (1930).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des BIGNONIACEAE et trouver d’autres espèces cliquez ici.