Bignoniaceae


Texte © Prof. Pietro Pavone

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Famiglia Bignoniaceae, Radermachera sinica

Fleur coupée de Radermachera sinica. L’androcée a 5 étamines dont 4 didynames, c’est-à-dire ayant des filaments staminaux libres disposés en paires de longueurs différentes, alors que la cinquième est réduite et stérile. Les fleurs des Bignoniaceae ont une organisation pentamère avec des inflorescences cymeuses ou racémeuses © Giuseppe Mazza

Les Bignoniaceaeregroupent des espèces ligneuses telles que des arbres et des arbustes au port sarmenteux et grimpant et vivant essentiellement dans les sous-bois. Elles comprennent aussi des espèces herbacées et comptent trois genres exclusivement herbacés : Tourrettia, Argylia et Incarvillea dont on trouve les espèces dans des habitats situés en haute montagne.

Cette famille a une aire de répartition presque cosmopolite mais elle est principalement tropicale tout en comptant un petit nombre d’espèces originaires des régions tempérées. Sa diversification la plus grande est apparue dans la partie Nord de l’Amérique du Sud.

Famiglia Bignoniaceae, Campsis radicans

Campsis radicans est une plante grimpante ligneuse résistant au gel. Les fruits libèrent des graines ailées © Giuseppe Mazza

Les feuilles présentent une disposition opposée, parfois verticellée, rarement alterne. Le limbe foliaire est divisé en 2 ou 3 folioles pennées, palmées ou biternes. Il est rarement simple. Chez certaines espèces grimpantes les folioles apicales se terminent par une vrille. Celle-ci peut être simple, bifide, trifide ou multifide et comporter ou non des disques terminaux adhésifs.

Les fleurs, hermaphrodites ou zygomorphes, sont regroupées sous forme d’inflorescences cymeuses ou racémeuses et présentent une organisation pentamère avec un calice gamosépale  et une corolle gamopétale, un androcée avec 5 étamines dont 4 sont didynames, alors que la cinquième est réduite et stérile, et un ovaire supérieur formé de deux carpelles soudés et renfermant de nombreux ovules.

Le fruit est une capsule. Les graines sont dépourvues d’albumen et souvent dotées d’une aile servant à la dispersion anémochore.

Les Bignoniaceaesont appréciées comme plantes ornementales et largement cultivées dans les parcs et les jardins en raison de leur port grimpant ou arboré et de leur belle floraison.

Parmi les genres les plus connus on peut citer Bignonia avec l’espèce B. capreolata originaire du continent nord-américain et très répandue dans les jardins européens du fait de sa rusticité et de sa floraison abondante et de longue durée. Une autre espèce présente dans les jardins est B. magnifica.

Jacaranda est originaire de l’Amérique du Sud et de l’Amérique centrale. L’ espèce J. mimosifolia est un arbre imposant à la superbe floraison de couleur lilas/violette qui est souvent cultivé dans les parcs et les jardins et le long des avenues de nos villes et aussi pour son bois qui présente de bonnes qualités pour les travaux d’ébénisterie.

On peut également mentionner le genre Kigelia dont l’unique espèce (K. africana), est connue sous le nom de “arbre à saucisses” à cause de son fruit qui pend des branches et qui est une baie ligneuse d’environ 10 kg, longue d’environ un mètre et large de 20 cm. Une espèce grimpante assez répandue  dans les jardins est Campsis radicans originaire de l’Amérique du Nord qui a des fleurs éclatantes de couleur rouge orangé et enfin on citera le genre Radermachera dont l’espèce R. sinica est employée comme plante ornementale dans les jardins mais qui se prête aussi à la décoration des intérieurs et des parties extérieures des habitations.

Genres

Des études de phytogenèse moléculaire ont clarifié les relations entre les genres inclus dans cette famille et réduit leur nombre par rapport au passé de sorte qu’en 2020 cette famille comptait 86 genres et 852 espèces.

Famiglia Bignoniaceae, Kigelia africana

L’arbre à saucisses (Kigelia africana) atteint 18 m de haut et a des fruits de 12 kg. La fleur, large de 13 cm, est pollinisée par les chauves-souris © Giuseppe Mazza

Adenocalymma, Amphilophium, Amphitecna, Anemopaegma, Argylia, Arrabidaea, Astianthus, Bignonia, Callichlamys, Campsidium, Campsis, Catalpa, Catophractes, Chilopsis, Colea, Crescentia, Cuspidaria, Cybistax, Delostoma, Deplanchea, Digomphia, Dinklageodoxa, Distictella, Dolichandra, Dolichandrone, Eccremocarpus, Ekmanianthe, Ferdinanda, Fernandoa, Fridericia, Godmania, Handroanthus, Heterophragma, Hieris, Incarvillea, Jacaranda, Kigelia, Lamiodendron, Lundia, Manaosella, Mansoa, Markhamia, Martinella, Mayodendron, Millingtonia, Neojobertia, Neosepicaea, Newbouldia, Niedzwedzkia, Nyctocalos, Ophiocolea, Oroxylum, Pachyptera, Pajanelia, Pandorea, Paratecoma, Parmentiera, Pauldopia, Perianthomega, Perichlaena, Phyllarthron, Phylloctenium, Pleonotoma, Podranea, Pyrostegia, Radermachera, Rhigozum, Rhodocolea, Romeroa, Roseodendron, Santisukia, Sparattosperma, Spathodea, Sphingiphila, Spirotecoma, Stereospermum, Stizophyllum, Tabebuia, Tanaecium, Tecoma, Tecomanthe, Tecomella, Tourrettia, Tynanthus, Xylophragma, Zeyheria.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des BIGNONIACEAE cliquez ici.

 

error: Content is protected !!