Strongylodon macrobotrys

Famille : Leguminosae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Strongylodon macrobotrys atteint 16 m de hauteur avec des tiges grimpantes ligneuses. Inflorescences spectaculaires pendantes vert jade de 1,5 m © Giuseppe Mazza

Strongylodon macrobotrys atteint 16 m de hauteur avec des tiges grimpantes ligneuses. Inflorescences spectaculaires pendantes vert jade de 1,5 m © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire des Philippines (Catanduanes, Luzon et Mindoro) où elle pousse dans les forêts tropicales le long des cours d’eau, grimpant aux arbres, à basse et moyenne altitude.

Le nom de genre est la combinaison de l’adjectif grec « στρογγύλος » (strogghilos) = rond et du nom « ὀδούς » (odus) = dent, en référence aux lobes arrondis du calice ; le nom spécifique est la combinaison de l’adjectif grec « μακρός » (macrόs) = long et du nom « βότρυς » (bόtrys) = grappe, en référence à la longue inflorescence.

Noms communs : blue jade vine, emerald creeper, Gray’s jade vine, jade climber, jade vine, turquoise jade vine (anglais); tayabak (philippin); cascade de jade, liane de jade (français); fiore di giada, liana di giada (italien); flor-de-jade, trepadeira-filipina, trepadeira-jade (portugais du Brésil); flor de jade, parra de jade, parra esmeralda, parra de jade turquesa (espagnol); jadewein (allemand).

Strongylodon macrobotrys A.Gray (1856) est une plante grimpante sempervirente ligneuse pouvant atteindre 12-16 m de longueur avec des tiges de 3 cm et plus de diamètre. Les feuilles sont alternes, trifoliées, à folioles coriaces oblongues-ovales à apex aminci et à marge entière, longues de 7-12 cm, de couleur brun foncé quand elles sont jeunes, puis vert foncé brillant. Inflorescences racémeuses à l’aisselle des feuilles des rameaux matures, pendantes, mesurant jusqu’à plus de 1,5 m de longueur, au pédoncule et au rachis de couleur pourpre foncé, portant de nombreuses fleurs hermaphrodites, jusqu’à 8 par nœud sur un pédicelle long de 2-4 cm, en forme de griffe tournées vers le haut, longues de 6-12 cm, de couleur vert jade bleuâtre, au calice campanulé, long d’environ 1 cm, à 5 lobes arrondis ; les fleurs, riches en nectar, sont pollinisées par les chauves-souris. Les fruits sont des gousses ovales-oblongues, de 10-13 cm de longueur et 6 cm de diamètre, contenant 6-12 graines réniformes de couleur brune de 3-4 cm de longueur.

La reproduction peut se faire à partir des graines, qui doivent être plantées dans les plus brefs délais car elles ont un pouvoir germinatif de courte durée, 1-2 semaines, dans un substrat organique avec ajout de 30 % de sable de silice maintenu humide à une température de 25-28 °C , avec une première floraison à partir de la troisième année ; elle peut également se reproduire par bouture semi-ligneuse avec chaleur de fond et par marcottage.

Grimpante vigoureuse et à croissance rapide, elle est considérée parmi les plus spectaculaires par sa couleur presque unique dans le monde végétal, sa floraison, presque continue sous les tropiques et ses inflorescences de longue durée, 3-4 semaines, cultivable dans les régions au climat tropical et subtropical humide où les températures inférieures à 10 °C sont des exceptions de courte durée. Elle exige le plein soleil et des sols fertiles drainants, acides ou neutres, et des arrosages réguliers et abondants, mais sans stagnation ; des tailles régulières aide à contenir la végétation exubérante et favorisent la floraison. Son emplacement idéal est sur des pergolas robustes, qu’elle recouvrira rapidement, où les inflorescences pendantes offriront l’effet maximal, mais on peut également la faire grimper sur des arbres, comme dans la nature.

Lorsque le climat ne permet pas le maintien en plein air de façon continue, elle peut être cultivée en serre et dans un jardin d’hiver particulièrement lumineux, avec des températures minimales hivernales non inférieures à 15 °C, dans de grands conteneurs utilisant un substrat riche en substance organique sableux, avec des arrosages réguliers en été, plus espacés en hiver, en permettant à la couche superficielle du sol de sécher avant d’arroser à nouveau, et des fertilisations au printemps et en été avec des produits équilibrés contenant des oligoéléments sous forme de chélates. Elle peut être sujette, notamment dans un environnement protégé, aux attaques d’acariens et de cochenilles, à traiter avec des produits spécifiques en cas d’infestations graves.

Synonymes : Strongylodon warburgii Perkins (1905); Strongylodon megaphyllus Merr. (1915).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LEGUMINOSAE cliquez ici.