Acanthurus dussumieri

Famille : Acanthuridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Le Poisson chirurgien de Dussumier connu également sous les noms de Chirurgien couronné ou de Poisson chirurgien à œil rayé (Acanthurus dussumieri Valenciennes, 1835), appartient à la classe Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Acanthuridae.

Le nom de genre Acanthurus vient du grec “akantha”, épine, et “ura” = queue, en raison de l’épine tranchante comme une lame de rasoir que ces poissons portent de chaque côté de la queue. Le nom de l’espèce dussumieri = de Dussumier en latin, rappelle le naturaliste Jean-Jacques Dussumier (1792-1883) à qui plusieurs animaux ont été dédiés, tel que Nectarinia dussumieri des Seychelles, parce qu’il collectait des poissons de l’Océan Indien pour le compte du Museum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Zoogéographie

L’ Acanthurus dussumieri est largement diffusé dans les eaux tropicales de l’Océan Indien et du Pacifique, où il n’arrive pas cependant à atteindre la côte américaine et s’arrête à Hawaii.

Écologie-Habitat

Il vit habituellement dans la partie la plus externe des formations coralliennes, dans des eaux relativement profondes, entre 10 et 130 m.

Morphophysiologie

Le poisson chirurgien de Dussumier peut atteindre 54 cm de long, bien que la plupart des animaux capturés par les pêcheurs locaux dépassent rarement 35 cm. Comme chez tous les Acanthurus, le corps est plat, presque ovale, et présente une grande nageoire dorsale avec 9 épines et 25 à 27 rayons mous. L’anale, symétrique et plus courte, a 3 rayons épineux et 24 à 26 rayons inermes. La nageoire ventrale, avec un rayon épineux et 5 mous, est de taille modeste. Les pectorales ont 16 ou 17 rayons mous et la caudale est en forme de croissant.

Acanthurus dussumieri, Poisson chirurgien de Dussumier, Chirurgien couronné, Poisson chirurgien à œil rayé, Acanthuridae

Acanthurus dussumieri peut mesurer plus de 50 cm de long et descendre jusqu’à 130 m de profondeur © Giuseppe Mazza

A la base de son pédicule, protégée par une gaine blanche et entourée par une tache sombre pour une meilleure mise en évidence et un avertissement clair aux importuns, se trouve la lame érectile, typique du genre, qui n’est pas venimeuse. La bouche est relativement grande et solide, pour un poisson chirurgien. De nombreux arcs branchiaux sont présents.

Éthologie-Biologie reproductive

Le poisson chirurgien de Dussumier est actif principalement pendant la journée. Il se nourrit des pellicules de diatomées et d’algues microscopiques vertes et bleu-vert qui se déposent sur les fonds sableux, de phytoplancton, mais également de zooplancton, de débris organiques et de petits invertébrés.

Il vit en petits groupes, isolé ou en couple, en particulier pendant la saison de reproduction. Les œufs sont pélagiques et les populations ont besoin pour doubler de 4,5 à 14 ans. Mais même s’il est pêché pour la consommation humaine, en dépit du risque de ciguatera, une intoxication alimentaire liée à la présence d’organismes toxiques dans son alimentation, ce n’est certes pas une espèce en voie de disparition. L’indice de vulnérabilité est actuellement de 36 sur une échelle de 100.

Synonymes

Acanthurus lamarrii Valenciennes, 1835; Acanthurus undulatus Valenciennes, 1835; Hepatus dussumieri Valenciennes, 1835; Rhombotides dussumieri Valenciennes, 1835; Rhombotides lamarrii Valenciennes, 1835; Teuthis dussumieri Valenciennes, 1835.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.