Acanthurus leucosternon

Famille : Acanthuridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

Celine.gif
Traduction en français de Céline Dimier-Hugueney – Docteur en biologie marine

 

L’élégant Poisson chirurgien à poitrine blanche (Acanthurus leucosternon Bennett, 1833), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons aux nageoires radiées, à l’ordre des Perciformes et à la pittoresque famille des Acanthuridae.

Le nom de genre “acanthurus”, vient du grec “akantha”, épine, et “ura” = queue, en raison de l’épine cornée, effilée comme une lame de rasoir, que ces poissons portent des deux côtés de la queue. Le nom de l’espèce “leucosternon” dérive du grec “leykos” = blanc et “sternon” = poitrine, comme l’indique le nom italien.

Acanthurus leucosternon, Poisson chirurgien à poitrine blanche, Acanthuridae

L’Acanthurus leucosternon porte sur le pédoncule caudal une lame effilée comme un rasoir © Giuseppe Mazza

Zoogéographie

L’ Acanthurus leucosternon est à la maison dans les eaux tropicales de l’Océan Indien, de l’Afrique du Sud à la Somalie, à Madagascar, en Inde, aux Maldives, au Sri Lanka, en Indonésie, jusqu’aux régions septentrionales de l’Australie Occidentale. Il est présent en petit nombre le long de la péninsule arabique mais est absent en Mer Rouge.

Écologie-Habitat

Il vit entre les formations madréporiques, de préférence dans les parties planes du récif, où prolifèrent les algues dont il se nourrit, mais il se trouve aussi dans les tombants, sans descendre sous les 25 m.

Morphophysiologie

Le corps, bleu avec la tête noire et le ventre blanc, est plat et peut dépasser les 50 cm, même si la taille moyenne est autour de 20 cm. Plus haut devant, il a une forme ovale avec les nageoires étendues. La longue nageoire dorsale jaune, bordée de blanc, avec une fine ligne noire entre les deux couleurs, compte 9 rayons épineux et 28-30 rayons mous ; et la nageoire anale, symétrique mais plus courte, est blanche avec 3 rayons épineux et 23-26 rayons non-armés. Les nageoires ventrales sont aussi blanches, de taille modeste, alors que les pectorales sont jaunes. La nageoire caudale, en forme de croissant, possède des dessins élégants qui reprennent les couleurs du poisson ; et du pédoncule caudale jaune part horizontalement une épine cornée coupante comme un rasoir qui sort d’un logement jaune, bien visible sur le bleu du corps ; un détail facilement mémorisable par les prédateurs qui en ont fait l’expérience. La bouche est petite avec une seule rangée de dents incisives en haut et en bas.

Acanthurus leucosternon, Poisson chirurgien à poitrine blanche, Acanthuridae

C’est une espèce monogame qui se nourrit d’algues © Giuseppe Mazza

Éthologie-Biologie reproductive

Le poisson chirurgien à poitrine blanche vit soit isolé soit en bancs nombreux durant les migrations à la recherche de nourriture constituée de petites algues benthiques qui poussent entre le corail. C’est un poisson monogame qui se reproduit à partir de 14 cm de longueur. Les larves passent à travers différents stades, en changeant plusieurs fois d’aspect avec de longues nageoires dorsales. Elles ne ressemblent en rien aux adultes, à tel point que dans le passé, on les prenait pour une autre espèce.

Inutile de dire que sa beauté en fait une proie enviée des aquariophiles mais il n’est pas du tout adapté à la vie en petit bassin où, territorial comme il est et incapable de rester immobile, il devient rapidement agressif. Son alimentation est aussi difficile : il faut lui fournir des algues fraîches ou lyophylisées et certains suggèrent un complément avec des larves d’Artemia salina et des moules mixées. Par ailleurs, il est très sensible à un protozoaire cilié, le Cryptocaryon irritans, qui provoque la maladie des points blancs.

Il vaut donc mieux le laisser dans son milieu naturel, ou bien l’accueillir dans de grands aquariums publics où, avec le temps, des algues comestibles se développent. Alors, il peut non seulement survivre mais aussi contribuer au nettoyage du bassin. Il ne s’est jamais reproduit en captivité, mais il peut vivre jusqu’à 15 ans. Cette espèce a un indice de vulnérabilité de 37 sur une échelle de 100.

En 1985, l’ Acanthurus leucosternon a eu l’honneur de figurer sur un timbre de la Principauté de Monaco.

Synonymes

Acanthurus delisiani Valenciennes, 1835; Acanthurus delisianus Valenciennes, 1835; Acanthurus leucosternum Day, 1889; Hepatus leucosternon Bennett, 1833; Rhombotides leucosternon Bennett, 1833.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.