Amphisbaena fuliginosa

Famille : Amphisbaenidae

Giorgio_Venturini.gif
Texto © Prof. Giorgio Venturini

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

La Amphisbaena fuliginosa (Linné, 1758) ou Amphisbène demi-deuil fait partie de la famille des  Amphisbaenidae. Cette famille de reptiles appartient au sous-ordre des Amphisbenia (tous apodes  à l’exception des Bipebidae du Mexique) qui avec les Lacertilia et les Serpentes  forment l’ordre des Squamata.

Les Amphisbaenidae comprennent plus de 180 espèces subdivisées en 18 genres dont les membres sont caractérisés par l’absence de membres, un mode de vie fouisseur (c’est-à-dire qu’ils passent toute leur existence à creuser le sol) et leur alimentation carnée. Les Amphisbénidés occupent la totalité de  la ceinture équatoriale et tropicale. En Europe il n’existe qu’une seule espèce, le Blanus cinereus, qui vit dans la péninsule ibérique. Il existe d’autre part des restes fossiles remontant à environ 65 millions d’années d’Amphisbénidés qui vivaient en Allemagne, en Angleterre et en Belgique.

Amphisbaena fuliginosa est un reptile non venimeux qui a un corps cylindrique long de 30 à 70 cm et un poids atteignant 100 g. Il est recouvert d’une peau écailleuse dont les écailles sont disposées en anneaux ( ou segments) et qui est caractérisée par une coloration constituée d’une mosaïque blanche et noire. La disposition des écailles en anneaux donne à cet animal un aspect comparable à celui d’un gros annélide comme le lombric. La peau est fixée mollement aux couches musculaires sous-jacentes et rend de ce fait possible un déplacement en accordéon permettant à la fois de se mouvoir à l’extérieur et de creuser la terre. La tête est recouverte d’une épaisse couche épidermique fortement kératinisée qui sert de protection lors du fouissement du sol. Les écailles nasales sont plus grandes et plus épaisses que celles du reste du corps. Les yeux sont très réduits et recouverts d’une écaille translucide. La gueule, surmontée d’un museau arrondi qui est utilisé pour creuser le sol, est armée de dents robustes et effilées qui peuvent infliger de fortes morsures. Le crâne est rigide et compact et sert à percer le sol.

Amphisbaena fuliginosa, Amphisbène demi-deuil, Amphisbaenidae

L’Amphisbaena fuliginosa est un animal nocturne, à demi aveugle, très spécialisé pour une vie de fouisseur et passe la majeure partie du temps à creuser la terre comme un lombric © G. Mazza

La langue est bifide et utilisée, comme chez les serpents, pour recueillir les molécules odorantes du milieu et les transférer à l’épithélium olfactif de l’organe voméro-nasal. Il n’y a pas d’oreille externe.

À la base de la queue s’ouvre le cloaque, c’est-à-dire le débouché commun à l’intestin et aux voies urinaires et génitales. Avant le cloaque se trouvent les orifices des glandes pré-cloacales (ou pré-anales) au nombre de 6 à 10 qui produisent une sécrétion jouant un rôle dans la signalisation odorante.

Le nombre des orifices est une des caractéristiques utilisées pour l’identification des différentes espèces d’amphisbénes. Il n’ y a pas de dimorphisme sexuel.

Zoogéographie

Amphisbena fuliginosa vit dans les forêts pluviales de l’Amérique du Sud et des Caraïbes. Elle est en particulier présente en Colombie, au Venezuela, en Équateur, au  Guyana, au Surinam, en Guyane française, au Brésil, au Pérou,  à la Trinité ( mais non à Tobago), à Sainte-Lucie et à la Grenade.

Habitat et comportement

Amphisbaena fuliginosa est un animal nocturne, à demi aveugle, nettement spécialisé  pour un mode de vie  fouisseur et passe la majeure partie du temps à creuser la terre d’une manière semblable à ce que font  les lombrics.

L’amphisbéne peut se mouvoir en avant et en arrière en se servant des ondes de contraction musculaire qui se propagent le long de son corps d’une façon analogue à celle des mouvements péristaltiques intestinaux. Du fait que sa peau est fixée mollement aux tissus sous-jacents son tégument spécialisé forme un tube que l’animal peut déplacer dans les deux directions. Pendant la progression la partie antérieure (par rapport au déplacement) du  corps est poussée en avant et s’accroche au sol grâce aux écailles et  la contraction entraîne alors en avant le reste du corps. Il se produit ainsi un mouvement en accordéon. Le sol est percé au moyen de la tête.

Pendant son travail de creusement il capture et dévore les vers et les arthropodes dont il se nourrit pour l’essentiel. Plus rarement il chasse aussi à l’extérieur, de nuit, en attrapant également de petits mammifères.

Ce reptile passe la plus grande partie du temps sous terre et en sort en général seulement la nuit, surtout pour poursuivre des proies. On peut l’apercevoir en surface surtout à l ‘occasion de fortes pluies ou d’inondations. Son habitat est essentiellement constitué par les forêts pluviales et les savanes amazoniennes bien que de fréquentes observations dans le Cerrado brésilien prouvent qu’il habite aussi dans des milieux moins humides et des zones de pâturage.

On le trouve fréquemment dans des nids de fourmis, en particulier des coupeuses de feuilles du genre Atta où il se nourrit et où il s’accouple souvent et pond ses oeufs. Cette particularité est à l’origine du nom commun “mère des fourmis”, en espagnol “madre del curuhuinsi” (curuhuinsi est un des noms par lesquels on désigne les fourmis coupeuses de feuilles Atta dans l’Amazonie péruvienne).

C’est un animal nocturne doté d’une capacité visuelle extrêmement réduite et qui se base pour trouver tant ses proies qu’un partenaire pour la reproduction sur son ouïe très développée,  son aptitude à percevoir les vibrations sonores et la chimioréception. Il n’est pas doté de venin et se sert de ses puissantes mâchoires et de ses dents effilées pour tuer ses proies. Habituellement il prélève l’eau dont il a besoin dans les proies qu’il attrape. Il envahit souvent les nids des fourmis et se nourrit de ces insectes et de leurs larves.

Amphisbaena fuliginosa, Amphisbène demi-deuil, Amphisbaenidae

On peut le voir en surface surtout lors de fortes pluies ou d’inondations © Giuseppe Mazza

Prédateurs

Amphisbaena fuliginosa, comme on l’ a dit, passe la plus grande partie du temps à creuser la terre mais quand il en sort à la recherche de proies il devient vulnérable. Ses prédateurs sont surtout représentés par des serpents comme le serpent corail Micrurus et par des rapaces. En cas d’attaque il adopte un comportement défensif très particulier. Quand il se trouve en danger il soulève  verticalement à la fois sa tête et sa queue et agite sa queue en se déplaçant tant en avant qu’en arrière, ce qui surprend et intimide son adversaire. Si le prédateur attaque la queue il se fera mordre par la vraie tête alors que s’il attaque la tête il sera fouetté par la queue.  Celle-ci peut être perdue et avec elle une certaine autonomie comme c’est le cas chez les lézards mais au contraire de ces derniers l’amphisbène n’est pas en mesure de la régénérer.

Ce comportement ainsi que la forme de la queue qui est très semblable à celle de la tête et sa capacité réelle à se déplacer dans les deux directions sont à l’origine du nom Amphisbaena qui veut dire précisément “qui se déplace dans les deux directions” (du grec amphis “des deux côtés” et baino “je vais”) comme le légendaire serpent homonyme.

Amphisbaena fuliginosa est une espèce en général solitaire et ne se rencontre en couple que pendant la période d’accouplement. Bien qu’il puisse être abondant dans certaines zones de son habitat son mode de vie fouisseur et nocturne rend assez rares ses rencontres avec l’homme.

Biologie reproductive

À cause de son mode de vie fouisseur on connaît peu de choses sur sa reproduction mais on sait

que c’est une espèce ovipare qui s’accouple en général la nuit. La rencontre entre les deux partenaires se fait probablement par l’intermédiaire des signaux olfactifs produits par la sécrétion des glandes pré-cloacales que l’animal émet quand il rampe dans ses galeries en laissant une trace odorante qui est destinée à marquer son territoire et  peut aussi attirer un partenaire.

L’accouplement a lieu en général pendant la saison sèche. Les mâles sont dotés de deux hémipénis  qui, quand ils ne sont pas dressés, sont simplement logés à l’intérieur du cloaque. Les femelles pondent généralement leurs oeufs, au nombre de 8 à 16, sur des amas de feuilles à l’intérieur de leurs tunnels ou souvent dans les nids des fourmis ou des termites. Les nouveau-nés ont sur le museau une dent dite de l’oeuf qui leur permet de briser leur coquille lors de l’éclosion et présentent un géotropisme positif qui les incite aussitôt à creuser dans les profondeurs du sol. Dès la naissance ils sont capables d’avoir le comportement défensif décrit plus haut.

Conservation

Amphisbaena fuliginosa n’est pas considérée comme une espèce en danger et n’est pas répertoriée dans les listes de l’UICN bien que dans le futur il pourrait se produire des problèmes dûs à l’usage par certaines populations de l’Amérique du Sud de parties du corps de l’amphisbène en guise de remèdes contre la grippe, les diarrhées, les tumeurs, le sida et beaucoup d’autres maladies.

Ce reptile occupe souvent des zones fortement perturbées comme des fermes et des zones d’élevage de bétail, ce qui l’expose au risque d’être tué par suite d’une confusion avec des serpents dangereux.

L’Amphisbène serpent mythique monstrueux

Dans l’Antiquité les références à un serpent monstrueux et très venimeux à deux têtes sont très nombreuses. Selon Marcus Annaeus Lucain (Bellum civile) Persée, après avoir coupé la tête de la Gorgone Méduse, survola le désert de Libye et des gouttes de sang du monstre naquirent des serpents “des chélydres qui laissent un sillage de fumée, le cenchris qui rampe en ligne droite et la lourde amphisbène qui a une tête à chacune de ses extrémités”

Dante, dans le chant 24 de l’Enfer,  reproduit  cette liste presque mot pour mot pour citer les reptiles horribles qui supplicient les voleurs dans le Tartare “des chélydres, des jaculus volants et des pharées …et des cenchris avec l’amphibène”.

Claude Élien (Sur la nature des animaux) , aux environs de 200 avant J.C. , en s’inspirant également  d’auteurs antérieurs comme Nicandre de Colophon,  décrit l’amphisbène comme étant un serpent très venimeux doté d’une tête à chacune de ses extrémités. Selon lui il existerait réellement et ne serait pas un monstre fabuleux comme la Chimère ou l’Hydre. Sa peau, d’autre part, selon le même auteur, aurait des propriétés merveilleuses si elle était enfilée et enroulée autour d’un bâton d’olivier. Sans vouloir énumérer les très nombreux auteurs qui décrivent ce monstre on citera seulement Pline l’Ancien qui commente ainsi la présence des deux têtes : “…comme si le venin d’une seule tête ne suffisait pas”.

Amphisbaena fuliginosa, Amphisbène demi-deuil, Amphisbaenidae

Dans l’Antiquité on croyait que c’était un serpent à 2 têtes capable de se mouvoir tout à loisir dans les deux sens, ce qui est à l’origine de mythes et de légendes incroyables © Giuseppe Mazza

La légendaire amphisbène avait aussi d’autres propriétés intéressantes comme celle d’avoir des yeux lumineux comme des lampes ou le fait que quand une tête dormait l’autre restait éveillée.

On attribuait à l’amphisbène un autre don  qui était celui d’avoir un sang doté de pouvoirs agglutinants exceptionnels qui permettaient à cet animal, s’il était sectionné en deux morceaux ou plus, de ressouder  les tronçons sans que cela ait de conséquence.

La caractéristique la plus merveilleuse de l’amphisbène était peut-être sa capacité à mettre une tête dans la bouche de l’autre de façon à former un cercle et à rouler ainsi à toute vitesse.

Synonymes 

Amphisbaena fuliginosa fuliginosa Linnaeus,1758; Amphisbaena fuliginosa amazonica Vanzolini,1951; Amphisbaena fuliginosa bassleri Vanzolini, 1951; Amphisbaena fuliginosa wiedi Vanzolini 1951; Amphisbaena fuliginosa varia Laurenti, 1768; Amphisbaena vulgaris Laurenti 1768; Amphisbaena magnifica Laurenti 1768; Amphisbaena flava Laurenti 1768; Amphisbaena americana Gray, 1844; Amrayphisbaena amazonica Gans, 2005; Amphisbaena bassleri Gans, 2005; Amphisbaena wiedi Gans, 2005.

 

error: Content is protected !!