Architectonica perspectiva

Famille : Architectonicidae


Texte © Dr. Domenico Pacifici

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Architectonica perspectiva

Surpêchée, Architectonica perspectiva est une espèce menacée de l’Indo-Pacifique tropical. Elle vit d’anémones de mer, de coraux et de cnidaires de l’ordre des Zoantharia © Rafi Amar

Le Cadran solaire (Architectonica perspectiva Linnaeus, 1758) doit son nom à l’instrument de mesure du temps à partir de la position du soleil, très en vogue en Égypte ancienne. Bien que la coquille de ce petit mollusque ne puisse être utilisée comme horloge solaire, sa forme et ses couleurs l’ont rendue populaire auprès des collectionneurs car elle évoque le soleil et la table d’un cadran solaire.

Architectonica perspectiva est un mollusque gastéropode de la famille des Architectonicidae, groupe qui contient environ 30 genres et 140 espèces répartis dans le monde entier, et qui est la seule famille de gastéropodes à avoir une conformation de coquille aussi particulière.

Le nom du genre Architectonica vient du latin architectonicus = art ou technique de construction, mais trouve son origine dans le mot grec “αρχιτεκτονικος” (architéktonikos). Pour sa part, l’épithète spécifique perspectiva vient du latin “perspectivus” qui évoque l’observation de quelque chose en perspective.

Architectonica perspectiva

La coquille peut atteindre jusqu’à 8 cm. Elle a l’aspect d’un cône aplati et présente sur la face inférieure un ombilic creux caractéristique qui rappelle un escalier en spirale © Giuseppe Mazza

Zoogéographie

Cette espèce est distribuée dans l’océan Indo-Pacifique : depuis l’est de l’Afrique, y compris Madagascar, la mer Rouge et le golfe Persique, jusqu’à l’est de la Polynésie ; vers le nord jusqu’au Japon et Hawaii ; et vers le sud jusqu’au sud-est de l’Australie méridionale.

Écologie-Habitat

Architectonica perspectiva préfère les eaux chaudes des côtes tropicales et subtropicales, où elle peut atteindre 120 m de profondeur.

La forme arrondie de sa coquille permet à ce mollusque de creuser facilement dans le sable et le sol mou pour s’y cacher des prédateurs, bien qu’on puisse le trouver aussi dans les coraux, où la disponibilité de la nourriture est plus élevée.

Il se nourrit d’anémones de mer, de coraux et de cnidaires de l’ordre des Zoantharia. Comme les cnidaires disposent, comme système de défense, de cellules piquantes contenant une substance urticante, la région buccale est recouverte d’un revêtement cuticulaire spécial qui la protège des piqûres.

Morphophysiologie

La coquille du Cadran solaire présente l’aspect d’un cône aplati doté de nervures noires en spirale lisses ou perlées, et peut atteindre un diamètre maximum de 8 cm.

Généralement, le corps et ses prolongements présentent eux aussi des rayures noires, en accord avec les ornements de la coquille.

Brillant et paré de couleurs allant du blanc au jaune-brun sur la face dorsale, les couleurs sont plus foncées sur la face ventrale et on peut remarquer un ombilic creux très large, caractéristique de cette espèce et de toute la famille.

Cet ombilic ressemble à un escalier en colimaçon vu en perspective, détail qui a valu son nom à l’espèce.

Éthologie-Biologie Reproductive

Ce sont des organismes hermaphrodites simultanés, c’est-à-dire que les individus présentent en même temps des gonades mâles et femelles. Ils déposent leurs œufs dans des capsules incorporées dans une masse gélatineuse fixée elle-même au substrat.

Lorsqu’elles éclosent, elles libèrent les larves planctoniques typiques des mollusques, appelées véligères, caractérisées par une vie pélagique intense qui peut durer plus de 6 mois, ce qui favorise la dispersion de l’espèce.

Architectonica perspectiva est une espèce classée “en voie d’extinction”. Cela est dû à la fois au ramassage effréné des coquillages et à l’aménagement anthropique toujours plus important des plages, qui entraîne une réduction progressive du littoral et, le cas échéant, du corail.

Synonymes

Architectonica perspectiva fressa Iredale, 1936 ; Solarium (Architectonica) hanleyi G. B. Sowerby II in Hanley, 1863 ; Solarium (Architectonica) trisulcatum Jousseaume, 1876 ; Solarium australe Philippi, 1849 ; Solarium cumingii Hanley, 1862 ; Solarium formosum Hinds, 1844 ; Solarium fuliginosum Hinds, 1844 ; Solarium hanleyi G. B. Sowerby II in Hanley, 1863 ; Solarium incisum Philippi, 1849 ; Solarium maculatum Reeve, 1848 ; Solarium perspectivum Linnaeus, 1758 ; Solarium perspectivum var. heurni Bayer, 1940 ; Solarium striatum J.E. Gray, 1850 ; Solarium trisulcatum Jousseaume, 1876 ; Solarium zonatum Philippi, 1849 ; Trochus perspectivus Linnaeus, 1758.

 

 

→ Pour apprécier la biodiversité des MOLLUSQUES cliquez ici.

error: Content is protected !!