Brahea aculeata


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

L’espèce est originaire des zones arides de l’ouest du Mexique (Durango, Sinaloa et Sonora), où elle pousse dans des forêts ouvertes sur des sols rocheux, souvent à proximité de petits cours d’eau, jusqu’à environ 1300 m d’altitude.

Le genre est dédié à l’astronome danois Tycho Brahe (1546-1601), le nom spécifique est l’adjectif latin « aculeatus, a, um » = épineux, en référence aux épines présentes aux marges du pétiole.

Noms communs : aculeata fan palm, hesper palm, Sinaloa hesper palm (anglais) ; palmilla, ta’aco, tajcù (Mexique).

Menacée en raison de la pression anthropique dans les zones arides de l'ouest du Mexique, Brahea aculeata est une petite espèce, peu exigeante, qui mériterait une plus grande diffusion horticole © Giuseppe Mazza

Menacée en raison de la pression anthropique dans les zones arides de l’ouest du Mexique, Brahea aculeata est une petite espèce, peu exigeante, qui mériterait une plus grande diffusion horticole © Giuseppe Mazza

Brahea aculeata (Brandegee) H. E. Moore (1980) est une espèce à stipe unique, haut de 2-9 m, mais ne dépassant généralement pas 6 m, avec un diamètre de 15-25 cm, de couleur brun noirâtre généralement recouvert de feuilles sèches persistantes. Feuilles costopalmées, longues de 50-90 cm et larges de 0,6-1,2 m, de couleur vert glauque, parfois plus intense en-dessous, divisées sur les deux tiers de leur longueur en segments fins rigides, bifides à l’apex. Pétiole long de 0,5-1 m et large d’environ 2 cm dans la partie médiane, aux marges pourvues d’épines irrégulièrement espacées les unes des autres, longues de 1-5 mm, souvent réduites en nombre et en taille vers l’apex. Inflorescences entre les feuilles, plus courtes ou légèrement plus longues que celles-ci, à ramifications du second ordre, portant des fleurs hermaphrodites de couleur blanche et intensément odorantes à 6 étamines. Fruits globuleux, de 2-3 cm de diamètre, de couleur noir brillant à maturité, contenant une seule graine globuleuse de 1,5-2 cm de diamètre.

La reproduction se fait par les graines, placées dans un substrat drainant maintenu légèrement humide, qui germent avec une chaleur de fond en 1-3 mois.

Palmier de petite taille, assez rare en culture malgré des caractéristiques ornementales indubitables, particulièrement adapté aux jardins de rocailles de type désertique, cultivable dans les régions au climat tropical, subtropical et tempéré chaud, où il peut résister au sec à des températures allant jusqu’à -6 °C pendant une courte durée. Il nécessite le plein soleil et un excellent drainage, pour le reste il s’adapte aux sols pauvres, alcalins, et peut supporter de longues périodes de sécheresse, mais profite d’arrosages réguliers, surtout dans la phase juvénile, dans les zones caractérisées par de longs étés chauds et secs ; cependant, il n’aime pas les climats trop humides.

Les feuilles sont largement utilisées par les populations locales comme couverture des habitations rurales, résistant sans altération aux intempéries pendant plusieurs années, et pour réaliser des cordages, des objets artisanaux artistiques et d’usage courant, les fruits sont une ressource importante pour la faune locale.

En raison de la pression anthropique à laquelle il est soumis, en particulier par la récolte intensive des feuilles, qui cause souvent de graves dommages, parfois, à la coupe du méristème, avec la mort consécutive de la plante, l’espèce a été incluse dans la liste rouge de l’IUCN (International Union for the Conservation of Nature) comme “vulnerabile” (espèces menacées dans la nature).

Synonymes : Erythea aculeata Brandegee (1905); Glaucothea aculeata (Brandegee) I.M.Johnst. (1924).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.