Clerodendrum quadriloculare

Famille : Lamiaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Le Clerodendrum quadriloculare est un arbuste de 5 m, très décoratif, mais destiné aux jardins tropicaux © Giuseppe Mazza

Le Clerodendrum quadriloculare est un arbuste de 5 m, très décoratif, mais destiné aux jardins tropicaux © G. Mazza

Cette espèce est originaire de la Nouvelle-Guinée et des Philippines où elle pousse dans les forêts et les zones dégradées en formant souvent un maquis dense, à basse et moyenne altitude.

Le nom du genre est la combinaison des mots grecs « kleros » = destinée et « dendron » = arbre, nom donné par Johannes Burman (1707-1780) et repris par Linné à une plante qui était appelée en cingalais « pinnacola » = malheureuse. Le nom de l’espèce vient de la combinaison des mots latins « quatuor » = quatre et « loculus » = loge, par référence à l’ovaire quadriloculaire.

Noms communs : fireworks, philippine glorybower, starbust bush, shooting star, winter starbust (anglais), bagawak-morado (espagnol-Philippines).

Le Clerodendrum quadriloculare (Blanco) Merr. (1905) est un arbuste sempervirent à feuilles caduques ou semi-caduques, à la croissance rapide, haut jusqu’à environ 5 m, aux branches de section presque quadrangulaire. Les feuilles, portées sur un pétiole long de 3 à 8 cm, sont opposées, simples, ovées à obovées avec un apex pointu et des bords ondulés, de 15 à 25 cm de long et d’environ 6 cm de large, de couleur vert foncé et mate en partie supérieure, pourpre et brillantes en partie basse.

Les inflorescences, qui apparaissent en hiver et au printemps, sont des cymes terminales sphériques de 15 à 30 cm de diamètre qui portent une multitude de fleurs dont la  corolle comporte cinq pétales recourbés, oblongs-elliptiques, longs d’environ 1,5 cm, blancs ou blancs rosés, placés au bout d’un tube mince  long de 5 à 8 cm et de couleur rose. Des variétés au feuillage moucheté de vert, de crème et de jaune ont été sélectionnées.

Les fruits sont des drupes ellipsoïdes quadrilobées longues de 1 à 1,5 cm, violacées, au calice persistant, de couleur rouge et long d’environ 1 cm qui contiennent quatre graines (une par lobe).

On reproduit facilement cette plante avec ses graines, par bouturage ligneux et au moyen de ses drageons racinaires grâce auxquels elle se répand rapidement. Pour cette raison elle est considérée comme fortement invasive dans certains pays tropicaux. Cette espèce présente une valeur ornementale incontestable tant à cause de son feuillage que de sa floraison spectaculaire mais elle a tendance à être envahissante si elle n’est pas placée sous contrôle. Elle peut être cultivée dans les zones aux climats tropicaux, subtropicaux et, de façon marginale, tempérés chauds dans des emplacements abrités en pouvant supporter pendant une très courte période des températures descendant jusqu’à environ -2°C, son feuillage toutefois subissant alors des dommages. Quelques degrés en moins entraînent la perte de sa partie aérienne mais, en général, elle repart à partir des racines le printemps suivant.

Elle a besoin d’une exposition en plein soleil pour pousser le mieux possible. Elle tolère cependant un ombrage partiel mais son port est alors plus étalé et sa floraison moins abondante et de moindre durée. Le sol doit être bien drainant, riche en substances organiques, acide ou neutre et maintenu humide même si les plantes bien enracinées peuvent supporter de courtes périodes de sécheresse. On peut l’employer sous forme de spécimen isolé ou pour créer des haies et des barrières ou encore la faire pousser  à la façon d’un arbre. Elle supporte bien en effet les tailles, celles-ci devant être effectuées au printemps après la floraison. On peut également la cultiver en pot en la plaçant à un emplacement le plus lumineux possible  et en employant un terreau ayant les caractéristiques indiquées plus haut. Les arrosages doivent être fréquents en été et plus espacés en hiver et être effectués en laissant le substrat s’assécher partiellement avant de remettre de l’eau, les températures minimales devant de préférence être supérieures à 14°C.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LAMIACEAE cliquez ici.