Corydalis panda

Famille : Papaveraceae


Texte © Dr. José Campos

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

La Corydalis panda M. Lidén et Y.W. Wang (2006) est une plante alpine aux extraordinaires fleurs bleues qui a été récemment découverte dans la province du Sichuan, au Sud-Est de la Chine, et qui est uniquement connue par son seul site, le mont Balang (Balang Shan).

Le nom du genre Corydalis vient du grec “Korudalos” qui est lui-même issu de “Korudos”, le Cochevis huppé (Galerida cristata), sans doute parce que l’éperon de ses fleurs rappelle la crête de cet oiseau. Le nom de l’espèce panda vient du latin “pandus” = recourbé, arqué à cause de la forme de l’éperon.

Le genre Corydalis appartient à la famille des Papaveraceae qui fait partie de l’ordre des Ranunculales et comprend environ 450 espèces qui sont principalement réparties dans les régions tempérées de l’hémisphère Nord avec un maximum de diversité en Chine qui compte 357 espèces dont 262 sont endémiques.

Ce sont des plantes annuelles, biennales ou pérennes, généralement glabres, dotées de bulbes ou de rhizomes et parfois recouvertes d’écailles foliaires.

Corydalis panda, Papaveraceae

Coralydis panda est une plante alpine aux extraordinaires fleurs bleues et brillantes récemment découverte dans la province du Sichuan au Sud-Est de la Chine © G. Mazza

Les feuilles sont alternes, en général ternées deux ou plusieurs fois.  Les fleurs sont disposées par grappes et peuvent, suivant  l’espèce, être de couleur violette, bleue, orange, jaune ou blanche. Elles ont deux petits sépales pétaloïdes, caducs ou persistants, au bord denté.

La corolle est zygomatique (à symétrie bilatérale) et composée de quatre pétales, deux extérieurs, plus grands, et deux intérieurs. Ceux qui sont extérieurs sont différents l’un de l’autre : celui du haut possède en général un éperon basal alors que celui du bas peut parfois être bombé mais est dépourvu d’éperon. Tous les deux ont ordinairement un bord distal ailé et présentent parfois une crête dorsale ou une carène. Les deux pétales internes sont soudés à leur extrémité en formant en général plusieurs plis et renferment deux étamines et le pistil. Les étamines ont trois anthères. Celle du centre a deux thèques et celles qui sont sur les côtés en ont une. Une au moins des étamines a un nectaire allongé à sa base et soudé à l’éperon du pétale supérieur.

Certains botanistes considèrent que ce motif floral particulier ainsi que ses étamines soudées et en nombre limité que l’on retrouve aussi dans d’autres genres tels que Fumaria et Sarcocapnos constituent des caractères suffisamment différents pour justifier le reclassement de cette plante dans une autre famille, celle des Fumariaceae.

Corydalis panda, Papaveraceae

Elle pousse à une altitude de 3900 à 4200 m. Les fleurs ont deux pétales extérieurs avec un éperon recourbé et deux à l’intérieur, plus petits, qui renferment des étamines et le pistil. Le fruit est une capsule oblongue au style persistant. Les fourmis dispersent les nombreuses graines avec éléosome, un appendice riche en graisses et en sucres © Giuseppe Mazza

Le fruit est une capsule oblongue à deux valves et au style persistant qui s’ouvre souvent suivant le  mode explosif en dispersant de nombreuses graines foncées dotées d’un éléosome, un petit appendice riche en substances grasses et en sucres qui attirent les fourmis et contribuent ainsi à la dispersion des graines (myrmécochorie).

La Corydalis panda appartient à un groupe d’espèces pérennes à fleur bleue dont la plupart sont  endémiques de la province du Sichuan et ont une aire de répartition très réduite.

Cette espèce étale des grappes denses de 8 à 15 fleurs bleues brillantes ou bleu violacé qui ont une tache blanche à l’extrémité des pétales internes. Le pétale du haut mesure de 18 à 20 mm. Il comporte une crête haute de 1 à 2 mm en partie centrale et un éperon de 11 à 13 mm dont l’extrémité recourbée est tournée vers le bas. Le pétale inférieur a un limbe arrondi large jusqu’à 7 mm et dont le bord irrégulier est sinué-denté. Les feuilles sont biternées et ont des segments qui se terminent parfois par un mucron foncé.

Elle pousse sur des terrains humides et détritiques et le long du bord des routes, entre 3.900 et 4.200 m d’altitude. Elle fleurit et fructifie de juillet à à septembre.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PEDALIACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!