Costus afer

Famille : Costaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

Costus afer, Costaceae

Costus afer est une espèce herbacée rhizomateuse, sempervirente et vivace, qui peut atteindre 4 m de haut en Afrique tropicale © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Afrique tropicale (Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Gabon, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Îles du Golfe de Guinée, Kenya, Liberia, Malawi, Mozambique, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, République du Congo, République Démocratique du Congo, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Togo et Zimbabwe), où elle vit dans les forêts humides entre le niveau de la mer et environ 1400 m d’altitude.

Le nom générique a été donné par Linné en référence à Dioscoride ; ce dernier avait décrit une plante, qu’on pensait similaire, et qu’il avait nommée «κόστος» (kóstos). Le nom de l’espèce est l’adjectif latin «afer, afra, afrum» = «africain», évocation claire de son origine.

Noms communs : bush cane, ginger lily, spiral ginger (anglais) ; gingembre spiralé (français) ; fia-ipoqueté, úcuêtê, úcueté-d’áua, úcueté-d’obô (portugais).

Costus afer Ker Gawl. (1823) est une espèce herbacée rhizomateuse, vivace, sempervirente, haute de 2,5 à 4 m, à la tige mince et aux feuilles en spirale, à gaine tubulaire fermée, vert tacheté de pourpre, et une ligule longue de 4 à 8 mm, coriace et glabre.

Sur un pétiole de 0,5 à 1 cm, les feuilles sont simples, obovales-elliptiques, à l’apex acuminé et à la marge entière. Elles sont longues de 15 à 30 cm et larges de 4 à 9 cm, plus petites à proximité des inflorescences, légèrement pileuses à la marge et à la face inférieure.

Costus afer, Costaceae

L’inflorescence terminale conique, compacte, longue 3-8 cm, est composée de bractées oblongues vertes, coriaces, imbriquées, qui abritent deux fleurs hermaphrodites © Giuseppe Mazza

L’inflorescence terminale est sessile, conique, compacte, longue de 3 à 8 cm. Elle est composée de bractées vertes oblongues, coriaces et imbriquées, longues de 3 à 4 cm, qui renferment deux fleurs hermaphrodites au calice tubulaire long d’environ 3 cm, vertes, dont les lobes triangulaires font 0,5 cm de longueur.

La corolle tubulaire est longue d’environ 2 cm ; translucides à blancs, les lobes oblong-ovales sont longs d’environ 3,5 cm ; une étamine pétaloïde fertile est libre, ovale, longue d’environ 3 cm et large de 1 cm, de couleur blanche ; 5 étamines stériles soudées forment un labelle petaloïde à marge ondulée, long et large d’environ 3 cm, blanc ou nuancé de rose à la marge et traversé par une bande centrale jaune-orange qui agit comme un « guide » pour les insectes pollinisateurs.

Le fruit est une capsule ellipsoïde d’environ 1 cm de longueur, qui contient de nombreuses graines noires à l’arille blanche.

L’espèce est reproduite par semis, le plus tôt possible en raison d’une capacité germinative qui baisse rapidement, dans un terreau très humique additionné de sable ou de perlite à raison de 30 %, maintenu humide. L’environnement doit être ombragé et à la température de 22 à 26 °C. La germination a lieu après 4 à 5 semaines. La multiplication est facile par division et portion de tige.

Cette plante est souvent présente dans les jardins familiaux africains : depuis des temps reculés, toutes les parties de la plante ont été utilisées pour traiter différentes pathologies, en particulier les problèmes respiratoires, les maladies de l’appareil digestif ou des yeux, l’hypertension, la tachycardie, l’artrite rhumatoïde, la malaria et les infections cutanées.

Costus afer, Costaceae

Sur la corolle, une bande centrale jaune-orange “guide” les insectes pollinisateurs. Toutes les parties de la plante possèdent des propriétés médicinales. © Giuseppe Mazza

Dans diverses parties de la plante, des analyses de laboratoire ont mis en évidence la présence de substances actives aux propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires, antioxydantes et anti-glycémiques.

Outre ses utilisations médicinales, l’espèce est souvent cultivée à des fins ornementales pour ses fleurs au labelle spectaculaire, éphémères mais produites en continu. Elle convient à cette fin dans les régions à climat tropical et subtropical humide, en plein soleil ou à la mi-ombre, dans les sols drainants, de préférence acides ou neutres et riches en matière organique.

Elle peut être cultivée dans de grands pots pour agrémenter terrasses et patios. Dans les régions où le climat ne lui permet pas de rester à l’extérieur durant les mois les plus froids, elle peut aussi être installée sous serre et jardins d’hiver lumineux, aux températures minimales de 15 °C, dans un substrat organique drainant. En été, on recommande des arrosage réguliers et abondants, plus espacés en hiver mais sans laisser le sol sécher complètement. Au printemps et en été, il est conseillé de fertiliser mensuellement, avec un produit équilibré contenant des oligo-éléments, au tiers de la dose conseillée sur l’emballage.

Synonymes : Costus sarmentosus Bojer (1835) ; Costus trachyphyllus K.Schum. (1892) ; Costus edulis De Wild. & T.Durand (1899) ; Costus anomocalyx K.Schum. (1904) ; Costus deistelii K.Schum. (1904) ; Costus megalobractea K.Schum. (1904) ; Costus oblitterans K.Schum. (1904) ; Costus pterometra K.Schum. (1904) ; Costus subbiflorus K.Schum. (1904) ; Costus ulugurensis K.Schum. (1904) ; Costus bingervillensis A.Chev. (1920) ; Costus insularis A.Chev. (1920).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COSTACEAE cliquez ici.