Cyperus alternifolius

Famille : Cyperaceae


Texte © Pietro Puccio

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Cyperus alternifolius

Le Cyperus alternifolius est très apprécié pour la décoration d’ intérieurs © G. Mazza

Cette espèce est originaire de l’Afrique (Afrique du Sud, Angola, Burundi, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Madagascar, Malawi, île Maurice, Mozambique, Ouganda, République démocratique du Congo, île de la Réunion, Ruanda, Somalie, Soudan, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe) et de la péninsule arabique (Arabie saoudite et Yémen) où elle pousse dans des zones marécageuses en plaine ainsi qu’à moyenne altitude.

Le nom du genre vient du terme grec « Kypeiros » employé par Théocrite et Théophraste. Le nom de l’espèce est la combinaison des termes latins « alternus, a, um » = alterne et « folium » = feuille, l’explication étant évidente.

Noms communs : flat sedge, umbrella sedge, umbrella grass, umbrella plant (anglais), parasol chinois (français), erba ombrello, falso papiro (italien), palmeira-umbela, papiro-anao, planta-umbela,sombrinha-chinêsa (portugais), navajuela, paragüita chino, paragüitas, paraigüets (espagnol), Zyperngras (allemand).

Le Cyperus alternifolius L. (1767) est une plante herbacée pérenne, monocotylédone, cespiteuse, qui a des rhizomes horizontaux, courts et épais et des racines fibreuses. Elle a des tiges (les chaumes) dressées, longues de 0,5 à 1,8 m, de section presque triangulaire, lisses ou légèrement rugueuses et de couleur vert intense. Les feuilles basales sont alternes et réduites à des gaines dépourvues de limbe et de couleur brun rougeâtre. Les inflorescences sont composées ( des anthèles),  situées à l’apex de la tige, longues de 3 à 10 cm et comportent des grappes d’épillets de fleurs bisexuées de couleur blanc verdâtre portés par des pédoncules plus longs que les axes dont ils sont issus.

Les inflorescences sont soutenues par environ 20 bractées vertes ressemblant à des feuilles, plates, longues jusqu’à 30 cm et larges de 1,5 cm, dotées de bords assez aigus, presque horizontales, sauf les bractées apicales qui peuvent être filiformes et plus ou moins pendantes. Les fruits sont des akènes (des fruits secs qui ne s’ouvrent pas à maturité et contiennent une seule graine qui a une paroi mince, coriace et non soudée à la graine), ellipsoïdes, légèrement triangulaires, d’environ 1 x 0,5 mm et de couleur marron. On reproduit cette plante au moyen de ses graines qui doivent âtre semées en surface dans un substrat maintenu humide à une température de 18 à 20°C, par division des touffes ou en plongeant dans de l’eau un fragment apical de la tige.

Cette espèce, la plus cultivée du genre, est adaptée aux climats, tropicaux, subtropicaux et tempérés chauds et ne peut en fait résister que pendant une courte période à des températures de quelques degrés au-dessous de 0°C. Elle peut en ce cas perdre sa partie aérienne mais repousse au printemps à partir des rhizomes. La plante tout entière meurt à des températures de -6 ou -8°C. À l’extérieur, là où le climat le permet, on peut la cultiver en plein soleil ou sous un ombrage partiel sous forme d’ ensemble séparé, de massif ou de bordure en ayant soin de maintenir le sol humide bien que des plantes bien enracinées puissent supporter de courtes périodes de sécheresse. Son implantation idéale est cependant l’immersion dans des étangs ou des bassins jusqu’à une profondeur de 10 à15 cm ou sur leurs bords.

De croissance rapide elle forme de grosses touffes qu’il convient de remodeler périodiquement car elle tend à s’étendre radialement en laissant au centre une zone constituée des restes de l’ancienne végétation. Elle est aussi très appréciée en pot pour décorer des intérieurs, à condition de l’installer dans des emplacements très lumineux et d’utiliser un substrat complété par du sable ou autres matériaux inertes pour éviter qu’il ne devienne trop compact et empêche l’oxygénation des racines. Le substrat doit être maintenu constamment humide et le pot placé dans un récipient  dont le fond  doit contenir de l’eau en permanence, les températures ne devant pas de préférence descendre au-dessous de 10°C. Pendant la période végétative il est bon d’ajouter chaque mois des nutriments au moyen d’engrais liquides riches en azote en utilisant la moitié de la dose conseillée dans la notice.

Pour la reproduction au moyen de boutures on coupe l’extrémité de la tige à environ 10 cm de la couronne des bractées que l’on ramène à une longueur de quelques centimètres et on la place tête en bas dans un récipient  rempli d’eau de telle façon que les bractées soient à peine immergées et à une température d’environ 20°C. Des noeuds partiront une ou plusieurs plantes qui, une fois dotées de racines, pourront être entretenues comme les plantes adultes.

On a également sélectionné des variétés de dimensions réduites comme « Nana » et « Gracilis » qui conviennent aussi pour des terrariums et dont les bractées sont de plusieurs couleurs. Cette espèce est sujette à des attaques de parasites, en particulier d’acariens et de cochenilles, et doit donc être contrôlée périodiquement afin de pouvoir intervenir rapidement.

Synonymes : Cyperus involucratus Rottb. (1772); Cyperus racemosus Poir. (1806); Eucyperus alternifolius (L.) Rikli (1895).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CYPERACEAE cliquez ici.