Euplagia quadripunctaria

Famille : Arctiidae

GIANFRANCO.gif
Texte © Dr. Gianfranco Colombo

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Euplagia quadripunctaria, Arctiidae, Écaille chinée, Callimorphe

Les ailes repliées l’Euplagia quadripunctaria est extrêmement mimétique © Giuseppe Mazza

Ce papillon bien connu qu’est l’Écaille chinée ou Callimorphe (Euplagia quadripunctaria Poda von Neuhaus, 1761) appartient à l’ordre des Lepidoptera et la famille des Arctiidae, un groupe de phalènes qui rassemble les papillons les plus beaux et les plus colorés du monde nocturne.

Beaucoup d’espèces appartenant à cette famille, bien qu’hétérocères, volent indifféremment aussi le jour où l’on peut parfaitement les voir du fait des couleurs magnifiques qu’elles portent sur leurs ailes postérieures.

C’est un papillon très commun qu’il est facile de rencontrer dans la seconde moitié de l’été le long de sentiers humides dans les bois de feuillus, sur les rives des cours d’eau et aussi dans des anfractuosités rocheuses, souvent en grand nombre étant donné qu’il s’agit d’une espèce très sociale.

Il aime sucer le nectar de diverses essences mais est attiré de façon  irrésistible par l’Eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatoriun cannabinum), une habitude qui fait que lorsque cette espèce est présente on voit souvent pratiquement tous les individus vivant à proximité se rassembler sur ses inflorescences.

Il s’envole rapidement lorsqu’on s’approche de lui par inadvertance. Tandis qu’il est presque invisible quand il est posé au milieu de la végétation il offre alors subitement un spectacle tout-à-fait surprenant en faisant jaillir un éclair de couleur rouge vif qui s’éteint aussi vite qu’il est apparu dès que le papillon s’est de nouveau posé. Il vole aussi la nuit et est souvent attiré par la lumière artificielle. Il a un vol rapide et nerveux et effectue des changements de direction subits

et des arrêts très rapides au point qu’il est très difficile de repérer l’endroit où il s’est reposé.

Son comportement social a fait de lui l’un des papillons les plus connus du monde occidental. On connaît en Europe de très nombreux lieux de rassemblement de cette espèce et ces sites sont souvent devenus avec le temps l’objet d’itinéraires touristiques fréquentés. On peut citer parmi tous ces sites la très célèbre Vallée des Papillons à Rhodes qui est située entre les villages de Kremasti et de Paradissi dans un lieu appelé Petaloudes (ce qui veut dire précisément papillon en grec) où le petit fleuve Pelicano a créé une végétation dense formée de Platanus orientalis, de Liquidambar orientalis et de Styrax benzoin dont l’exsudat, la résine de styrax ou benjoin, semble attirer en été des dizaines de milliers de ces phalènes.

Euplagia quadripunctaria, Arctiidae, Écaille chinée, Callimorphe

Mais quand elle s’envole elle dévoile ses ailes postérieures rouges ce qui désoriente les importuns © Giuseppe Mazza

L’étymologie du nom scientifique se réfère aux caractéristiques morphologiques de cette phalène. Euplagia résulte de la fusion du terme grec « eu » = beau et de « plagia » du grec  « plagios » = oblique,  pour désigner précisément la belle bande transversale dessinée sur ses ailes antérieures. Quadripunctaria vient de « quadri » = quatre et de « punctum » = point, par référence aux quatre gros points noirs qui mâchurent  le rouge des ailes postérieures.

Les noms vulgaires donnés dans les différentes langues européennes sont très particuliers et folkloriques : Jersey Tiger en anglais, Russicher Bär ou Spanische Flagge en allemand, Spaanse Vlag en néerlandais, Calimorfa en espagnol et Falena dell’edera en italien.

Zoogéographie

L’Ecaille chinée est largement répandue dans toute l’Europe. Elle atteint au Nord la péninsule scandinave et à partir de l’Estonie toute la partie continentale de la Russie jusqu’à l’Oural pour parvenir ensuite à la Caspienne et à l’Iran. Au Sud elle atteint les côtes européennes du bassin méditerranéen et le Moyen-Orient.

Elle n’est pas présente en Sardaigne et est très localisée dans le Sud de l’Angleterre et sur l’île de Jersey d’où provient son nom vulgaire anglais. Il semblerait qu’elle soit également sujette à  des migrations vers le Nord à la fin de l’été.

Écologie-Habitat

Elle vit du niveau de la mer jusqu’à 1.500 m dans les vallées alpines. C’est une espèce qui a une préférence pour des lieux frais et humides où la végétation est abondante et des vastes zones ombragées. Dans certains secteurs elle est fortement menacée à cause de la disparition progressive de son habitat naturel. Cette espèce est protégée dans de nombreux pays européens.

Euplagia quadripunctaria, Arctiidae, Écaille chinée, Callimorphe

Souvent grégaire elle a une prédilection pour l’Eupatorium cannabinum © Giuseppe Mazza

Morphophysiologie

L’Euplagia quadripunctaria est une phalène d’assez grande taille dont l’envergure alaire atteint plus de 65 mm. Elle a des ailes antérieures de couleur noir/bleuâtre avec de grosses lignes blanches et obliques qui lui confèrent un aspect mimétique quand elle est au repos.

Ses ailes postérieures ont, quant à elles, une couleur rouge vif ponctuée par quatre grosses taches noires et une courte bande toujours noire qui concerne la côte de la zone sub et post/marginale. La couleur rouge se décolore fortement avec le temps et vire rapidement à l’orange rougeâtre.

Comme toutes les phalènes elle a un corps trapu et pubescent de couleur jaunâtre qui est parcouru sur toute sa longueur par une file de petits points noirs. Ce papillon garde au repos les ailes repliées en forme de toit, ce qui lui permet de dissimuler ses ailes postérieures et d’accentuer son mimétisme.

Elle a des pattes robustes dont elle se sert avec aisance pour se déplacer quand elle s’est posée afin de se nourrir et souvent aussi lorsqu’elle va à terre pour se cacher ou se soustraire aux dangers. Elle a des antennes très longues et filiformes qui la différencient immédiatement des papillons diurnes, comme l’indique la dénomination scientifique du sous-ordre Heterocera, du grec « heteros » = différent et « keras » = antenne.

Bien qu’étant une phalène elle vit et vole le jour tout en gardant une certaine activité pendant les heures de nuit.

Biologie reproductive

C’est une phalène monovoltine qui vole de juin à septembre au cours d’une seule génération.

Polyphage elle se nourrit de différentes essences et en particulier de celles qui appartiennent aux genres Urtica, Taraxacum, Glechoma, Senecio et Plantago mais a une nette préférence pour les Boraginaceae comme l’Echium et le Lithospermum ainsi naturellement que pour l’Eupatorium cannabinum.

Elle pond ses œufs à la fin de l’été sur les plantes-hôtes. L’hivernage a lieu alors qu’elle est une petite larve. Elle se cache alors parmi les broussailles de noisetiers, de framboisiers et de ronces qui  lui serviront souvent de nourriture après l’hibernation. La chenille, grosse et de couleur noirâtre, est  parcourue sur toute la longueur du dos par une bande jaune bien apparente. Tout son corps est  abondamment parsemé de rosettes épineuses de couleur blanchâtre. La nymphose s’effectue à terre sous la forme d’un cocon constitué de débris végétaux mêlés à de la  terre.

Synonymes

Phalaena quadripunctaria Poda, 1761; Callimorpha quadripunctaria Poda, 1761; Phalaena hera Linnaeus, 1767; Callimorpha hera Linnaeus, 1767.

 

→ Pour des notions générales sur les Lepidoptera voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des PAPILLONS cliquez ici.