Guihaia argyrata

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Guihaia argyrata, Arecaceae

Guihaia argyrata est une espèce dioïque cespiteuse, native de Chine et Vietnam, à stipe court, érigé ou retombant, de 3-5 cm de diamètre et atteignant rarement les 50 cm © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de Chine (Guangdong, Guangxi et Guizhou) et du nord-est du Vietnam où elle vit dans les forêts ouvertes sur les pentes abruptes et dans des crevasses des hauteurs de calcaire karstique à moyenne altitude.

Le nom de genre est l’ancien nom utilisé dans de la région de Guilin dans le Guangxi, celui de l’espèce est l’adjectif latin « argyratus, a, um » = argenté, provenant du grec « αργυροῦς » (argyrus), faisant référence à la couleur de la face inférieure de la feuille.

Noms communs : dainty lady palm, Guilin dwarf palm, silver back fan palm (en anglais) ; shi shan zong (chinois).

Guihaia argyrata (S.K.Lee & F.N.Wei) S.K.Lee, F.N.Wei & J.Dransf. (1985) est une espèce dioïque, cespiteuse, à stipes courts, droits ou allongés, de 3 à 5 cm de diamètre, atteignant rarement une longueur de 0,5 m. Les feuilles, avec un pétiole non épineux de 0,9 à 1,15 m de long et 1 cm de large, sont palmées, rédupliquées (avec la section des segments en forme de V inversé), presque circulaires, de 0,8-0,9 m de diamètre, divisées en 20-30 segments linéaires-lancéolés à sommet bifide, d’environ 4,5 cm de large et réunis à la base sur moins d’un tiers de leur longueur. Elles sont de couleur vert foncé lustré au-dessus, densément recouvertes en dessous par un duvet gris-argenté, parfois avec des reflets bronze pâle. La base foliaire est recouverte de nombreuses fibres rigides, droites, aciculaires, atteignant environ 15 cm de long et 1 mm de large, de couleur brun foncé.

Guihaia argyrata, Arecaceae

Les feuilles palmées, avec la section des segments en forme de V inversé, sont presque circulaires, larges de 80-90 cm, divisées en 20-30 segments linéaires-lancéolés avec un sommet à peine bifide. De couleur vert foncé lustré, elles sont recouvertes d’une épaisse pilosité gris-argenté sur la face inférieure, avec parfois des reflets bronze © Pietro Puccio

Les inflorescences mâles et femelles semblables sont disposées entre les feuilles (interfoliaires), dressées, de 40 à 80 cm de long, très ramifiées avec des ramifications de quatrième ordre, le rachis et les rachilles sont de couleur brun pâle et les minuscules fleurs, d’environ 1,5 mm de diamètre, de couleur verte sont disposées en spirale. Les fruits sont globuleux, d’environ 0,6 cm de diamètre, de couleur bleuâtre ne contenant qu’une seule graine globuleuse d’environ 0,4 cm de diamètre.

Ce palmier se reproduit généralement par graines dans un terreau bien drainé, alcalin, maintenu humide à une température de 26-28 °C avec des temps de germination de 3-4 mois ou même plus.

Il a une croissance particulièrement lente, cause possible de sa diffusion limitée, il est cespiteux, mais généralement avec une tige centrale qui prédomine longtemps sur les autres à peine visibles. C’est un ornement idéal, de par ses dimensions contenues, pour des petits jardins où il se distingue grâce à un contraste net entre le vert foncé de la face supérieure des feuilles et le gris argenté de la face inférieure. Il s’adapte à une grande variété de climats, des climats tropicaux aux climats tempérés, où il s’est révélé résistant aux températures avoisinant les -8 °C, dans des sols bien drainés, avec une préférence pour les alcalins. Même s’il résiste en plein soleil, une situation légèrement ombragée à ombragée est préférable pour avoir une coloration plus intense. Bien que provenant de zones caractérisées par un climat humide subtropical sans saison sèche marquée, il s’est avéré convenir également aux climats de type méditerranéen, supportant de courtes périodes de sécheresse sans présenter de souffrances particulières, il est toutefois préférable de lui assurer une bonne humidité avec des arrosages réguliers.

Synonyme : Trachycarpus argyratus S.K.Lee & F.N.Wei (1982).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!