Himantoglossum hircinum

Famille : Orchidaceae

giancarlo_finale_migliore.gif
Texte © Prof. Giancarlo Castello

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Himantoglossum hircinum, Orchidaceae, barbone di becco

L’Himantoglossum hircinum est une orchidée qui aime les sols calcaires et bien drainés : prairies maigres, arides et ensoleillées, talus sablonneux et caillouteux mais aussi clairières lumineuses des bois © Mazza

L’insolite Himantoglossum hircinum est une orchidée caractéristique mais, bien qu’elle soit relativement répandue, un promeneur peut s’estimer heureux s’il a la chance de la rencontrer en chemin.

Habitante des prairies maigres, arides et ensoleillées et des talus sablonneux et caillouteux elle aime aussi s’installer dans les espaces ouverts des bois. Son terrain d’élection est de type calcaire, de préférence drainant.

Elle s’est propagée depuis l’époque post-glaciaire et a atteint différentes zones de l’Europe où elle s’est répandue dans de nombreuses parties de la zone de l’Ouest de la Méditerranée, à l’exclusion de l’Europe orientale. Elle est en effet absente de la Hongrie, de la Croatie, de la République Tchèque de même que de la Slovénie où vit une espèce apparentée, Himantoglossum adriaticum, qui est plus petite d’aspect et a des fleurs parfumées.

Elle est de ce fait présente de l’Espagne aux Balkans et jusque dans la partie Nord-Ouest de l’Afrique. Dans la péninsule ibérique elle est assez répandue, en particulier en altitude, alors qu’en France on la trouve un peu partout sauf en Bretagne dans le département du Finistère. Elle n’existe pas non plus en Corse.

En Angleterre, dans le Kent et le Sussex, on peut étrangement la rencontrer sur les terrains de golf, au niveau de la mer. En Allemagne on la trouve de façon éparse dans la zone Sud où le climat est moins rude. En Italie on la rencontre principalement dans l’Ouest de la Ligurie et dans les régions du Midi.

À Paris, en 1753, Linné observa au Bois de Boulogne une orchidée insolite qui dégageait une odeur de bouc. Il l’appela de ce fait Satyrium hircinum, du grec “Satyros”, un qualificatif donné anciennement aux orchidées parce que, suivant des croyances populaires, elles seraient dotées de vertus aphrodisiaques.

Précédemment un personnage appelé “Satyrus” désignait une sorte de demi-dieu mi-homme mi-bouc.

Le mot “hircinum”, quant à lui, vient de “hircus” qui veut dire bouc en latin et s’explique de lui-même.

En 1826 le botaniste allemand Carl Ludwig Sprenger créa le genre Himantoglossum qui a été donné

à ce groupe qui comprend de nouvelles espèces répertoriées. Il veut dire “langue en forme de lanière”, du grec “himanthos” = lanière et “glossa” = langue.

satirion barbado, orquidea hedionda, lizard orchid

Elle atteint 70 à 90 cm de haut et a jusqu’à 40 fleurs à l’odeur fétide de bouc © Giuseppe Mazza

Voici quelques noms donnés en Europe à cette plante : barbone di becco (italien), orchis bouc, himantoglosse à odeur de bouc (français), lizard orchid (anglais), Bocksriemenzunge (allemand), satirion barbado, orquidea hedionda, orquidea lagarto, satirion barbado con olor a macho cabrio (espagnol castillan).

Himantoglossum hircinum (L.) Spreng, 1826, est une plante géophyte bulbeuse qui a deux classiques rhizomes tubéreux ovoïdes et relativement développés.

À sa base cette plante est entourée de nombreuses fibres. Son pied peut atteindre 90 cm de long bien qu’il ne dépasse pas en moyenne 70 cm. Ses feuilles sont nombreuses, très apparentes, allongées et d’une belle couleur vert clair.

L’épi florifère, allongé avec élégance, peut comprendre jusqu’à 40 fleurs qui ont une odeur fétide. En les voyant de près on peut admirer leur casque sphérique de couleur verte ainsi que leurs rayons et leur moucheture interne rouge vif.

Les deux sacs polliniques sont également verts et ont un aspect massif.

Le labelle, subdivisé en trois parties, dont deux normales, s’étire et s’enroule jusqu’à une longueur  de 6 cm et demi dans le lobe central, de manière spectaculaire, en forme de ruban rosé et marron-violacé, d’où, précisément, comme cela a déjà été expliqué, le nom de “himantoglossum”.

Tout cela a pour but d’attirer les pollinisateurs qui sont indispensables à la reproduction d’autant plus qu’il faut prendre en compte le fait que cette espèce fait partie de celles qui sont dépourvues de nectar.

De nombreuses espèces d’insectes, de fait, visitent ce chef-d’oeuvre de pouvoir de séduction.

Les plus fréquents sont des hyménoptères de la famille Andrenidae, les pollinisateurs les plus actifs des orchidées : Andrena nigroaenea, Andrena potentillae et Andrena haemorrhoea. Mais il y a aussi Apis mellifera et Colletes similis. Le capuchon attire les Coléoptères Oedemera nobilis et Valgus hemipterus qui sont polliniphages et aussi des scarabéidés et des cérambycidés.

Cette plante fleurit du mois de mai jusqu’à tout le mois de juillet.

satirion barbado, orquidea hedionda, lizard orchid

Le labelle insolite, subdivisé en trois parties dont deux normales, s’étire dans le lobe central en s’enroulant de façon spectaculaire. Il peut atteindre 6,5 cm en forme de ruban rosâtre et marron-violacé. À droite, sous un capuchon, le minois souriant et moqueur qui a depuis l’époque post-glaciaire conquis presque toute l’Europe © Mazza

Synonymes: Satyrium hircinum (L.), Loroglossum hircinum (L.) Rich; Orchis hircina (L.) Crautz; Aceras hircinum (L.) Lindl.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

  

error: Content is protected !!