Justicia spicigera

Famille : Acanthaceae


Texte © Pietro Puccio

 


Traduction en français par Jean-Marc Linder

 

L’espèce est originaire du Belize, du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Baja California Sur, Campeche, Chiapas, Colima, Durango, Guanajuato, Guerrero, Hidalgo, Jalisco, Méssico, Michoacán, Morelos, Nayarit, Oaxaca, Puebla, Querétaro, Quintana Roo, San Luis Potosí, Sinaloa, Tabasco, Tamaulipas, Veracruz et Yucatan) et du Nicaragua. Elle y vit dans les forêts sempervirentes ou décidues tout comme dans les broussailles humides ou arides, entre le niveau de la mer et environ 2000 m d’altitude.

Le nom du genre rend hommage au botaniste écossais James Justice (1698-1763) ; l’épithète spécifique est la combinaison du substantif latin « spica, ae » = oreille et du verbe « gero » = porter, en référence aux inflorescences.

Noms communs : desert honeysucle, firecracker plant, Mexican honeysucle, Mexican indigo, orange jacobinia, orange justicia, orange plume (anglais) ; andichkaan, añil de piedra, chak lool, chak k’aanan, hierba añil, hierba azul, hierba tinta, limanin, me tzi ña, mohintli, mouitl, muicle, muite, muitle, trompetilla, ts’its’, yaxan (au Mexique).

Justicia spicigera, Acanthaceae

Originaire d’Amérique centrale, Justicia spicigera est un arbuste à feuillage persistant, très ramifié, au feuillage vert vif et à la floraison abondante durant plusieurs mois © Giuseppe Mazza

Justicia spicigera Schltdl. (1832) est un arbuste à feuillage persistant très ramifié, haut en général de 1 à 1,5 m, aux tiges cylindriques à presque tétragonales plus ou moins redressées, glabres ou légèrement pubescentes. Sur un pétiole long de 0,5 à 1 cm, les feuilles sont simples, opposées, lancéolées à ovales-oblongues, à l’apex aigu. Elles sont longues de 4 à 16 cm et larges de 3 à 6 cm, de couleur vert vif et recouverte d’un fin duvet.

Sur un pédoncule de 2 à 4 cm de long, les inflorescences, terminales et à l’aisselle des feuilles supérieures, sont opposées et longues de 3 à 7 cm. Fondamentalement en épi, elles sont généralement ramifiées 2 à 4 fois, unilatérales. Les fleurs sont sous-tendues par de minuscules bractées ; le calice vert fait environ 3 mm de long et présente 5 lobes ovales-lancéolés à l’apex pointu.

La corolle tubulaire bilabiée est rouge clair à rouge orangé, longue de 3 à 4,5 cm. La lèvre supérieure est érigée, à l’apex obtus, longue de 1,2 à 1,4 cm et large à la base d’environ 0,7 cm ; la lèvre inférieure est de la même longueur que la supérieure, large d’environ 0,4 cm de large, recourbée, avec un apex trilobé à lobes arrondis d’environ 2 mm de long. 2 étamines légèrement plus courtes que la corolle et un style filiforme plus long complètent la fleur. Les pollinisateurs sont les colibris.

Justicia spicigera, Acanthaceae

Les inflorescences voyantes, terminales ou à l’aisselle des feuilles supérieures, sont pollinisées par les colibris © Giuseppe Mazza

Le fruit est une capsule oblongue avec un apex aigu de 1,5-2 cm de long, d’abord de couleur verte, puis noir à maturité.

Cette espèce peut se multiplier par semis dans un sol organique drainant maintenu humide, mais sans stagnation de l’eau, à la température de 24 à 26 °C ; en général, c’est cependant le bouturage printanier qui est le plus facile.

C’est une espèce à croissance rapide, de culture facile et de floraison abondante qui dure plusieurs mois entre le printemps et l’automne, d’un effet certain comme spécimen isolé, comme couvre-sol ou en bordures, même en mélange.

On peut la cultiver dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes et douces, où elle peut supporter des températures voisines de -3 °C ; avec quelques degrés de moins, la partie aérienne est perdue, mais il y a repousse au printemps suivant à partir de la base si elle avait été bien paillée. Elle demande le plein soleil ou un ensoleillement partiel et n’est pas difficile quant au sol, à condition qu’il soit bien drainant et modérément humide ; bien enracinée, elle peut supporter de courtes périodes de sécheresse. A la fin de l’hiver, il est conseillé de la tailler légèrement pour en densifier le port, et de la fertiliser avec un produit équilibré en oligoéléments.

Justicia spicigera, Acanthaceae

Corolles tubulaires bilabiées rouge pâle ou orangé. Culture facile sous les tropiques, possible sous climats chauds tempérés. Branches et feuilles ont des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Après macération dans l’eau, les feuilles sont utilisées par les populations locales comme agent blanchissant pour le linge, auquel elles confèrent une teinte bleutée, et comme colorant pour articles artisanaux.

En décoctions, branches et feuilles sont utilisées en médecine traditionnelle, en particulier au Mexique, principalement comme dépuratif ou comme stimulant, et dans le traitement du diabète, de la diarrhée, de la dysenterie et de différents types de tumeurs. Des études en laboratoire ont établi la présence, dans les extraits de diverses parties de la plante, de composés à activité antibactérienne, antifongique et antioxydante.

Synonymes : Justicia atramentaria Benth. (1840) ; Drejera willdenowiana Nees (1847) ; Justicia mohintli Moc. & Sessé ex Nees (1847) ; Sericographis moctli Nees (1847) ; Sericographis mohintli Nees (1847) ; Sericographis neglecta Oerst. (1855) ; Jacobinia mohintli Benth. & Hook. f. (1876) ; Jacobinia neglecta (Oerst.) A. Gray (1878) ; Jacobinia mohintli Hemsl. (1882) ; Jacobinia spicigera (Schltdl.) L.H.Bailey (1915) ; Jacobinia atramentaria (Benth.) S.F.Blake (1917) ; Jacobinia scarlatina S.F.Blake (1917) ; Justicia liebmanii V.A.W. Graham (1988) ; Justicia scarlatina (S.F. Blake) V.A.W. Graham (1988).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ACANTHACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!