Labrus mixtus

Famille : Labridae

PEPPINO.gif
Texte © Giuseppe Mazza

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Un mâle de Labrus mixtus en livrée nuptiale. On dirait la palette d'un peintre : difficile de faire mieux © G. Mazza

Un mâle de Labrus mixtus en livrée nuptiale. On dirait la palette d'un peintre : difficile de faire mieux © G. Mazza

La Coquette, connue également sous le nom de Vieille coquette (Labrus mixtus Linnaeus, 1758), appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et à la famille des Labridae.

Le nom du genre et de l’espèce vient du latin: « labre » = lèvre, en se référant aux lèvres épaisses, et « mixtus » = mêlé, mixte, par référence au mélange pour le moins étourdissant de ses couleurs qui provient une fois encore de l’hermaphrodisme protérogynique de cette espèce.

Zoogéographie

Ce poisson a une zone de répartition très vaste. Il est présent, avec une concentration plus ou moins forte, en Méditerranée où il se raréfie dans la partie orientale et du Sénégal au Nord de l’Europe jusqu’à la Norvège septen- trionale et à l’Islande. Il est abondant dans les eaux anglaises et aussi aux Açores, aux îles Canaries et à Madère.

Écologie-Habitat

Il vit en général, solitaire ou en couple, parmi les formations de gorgones, dans des grottes obscures entre 40 et 80 m de profondeur mais descend en automne jusqu’à 200 m alors qu’au printemps il remonte vers la surface jusqu’à une profondeur d’environ 15 m : un biotope menacé, ce qui constitue un danger pour l’espèce.

Morphophysiologie

C’est une espèce hermaphrodite proterogynique : les femelles, en vieillissant, se transforment en mâles et atteignent alors une longueur de 35 à 40 cm. Le corps et la tête sont allongés et comprimés latéralement., La bouche a de grosses lèvres charnues. Le maxillaire et la mandibule présentent une rangée de dents aigües en forme de canines d’où se détachent les 4 dents antérieures qui sont plus longues. Il n’y a pas de dents palatines, vomériennes ou linguales mais il existe de fortes dents pharyngiennes. La longue nageoire dorsale comporte de nombreux rayons épineux dans sa partie antérieure. La nageoire anale, plus courte, a deux épines alors que les nageoires ventrales n’en ont qu’une. Les nageoires pectorales sont spatulées; la nageoire caudale est large et arrondie.

Le Labrus mixtus vit parmi les gorgones. Les mâles construisent un nid et prennent soin de leur progéniture © Giuseppe Mazza

Le Labrus mixtus vit parmi les gorgones. Les mâles construisent un nid et prennent soin de leur progéniture © Giuseppe Mazza

La coloration change dans le temps en fonction de l’âge, du sexe (avec une certaine graduation) et à la période de reproduction quand les mâles arborent des livrées nuptiales spectaculaires.Les jeunes et les femelles ont une teinte jaune ou rougeâtre avec deux grosses taches noires sur le dos qui sont à l’origine du nom synonyme de l’espèce Labrus bimaculatus, sans parler des autres taches noires ou blanches. En grandissant la femelle a autour des yeux une zone bleue qui est également présente sur les bords de la nageoire caudale et sur les rayons non épineux des nageoires dorsale et anale. Le mâle a pour couleur dominante le bleu, ce qui fait que les Français le nomment « paon bleu » par opposition à la livrée juvénile désignée sous le nom de « paon rouge ». La livrée nuptiale du mâle semble née de la palette d’un peintre et je vous invite à regarder les photos ci-jointes.

Éthologie-Biologie reproductive

Le Labrus mixtus se nourrit principalement de crustacés et de mollusques mais aussi de vers et de petits poissons. La reproduction a lieu au printemps ou en été suivant les endroits.. Les mâles en livrée nuptiale ont alors un comportement territorial et deviennent agressifs envers les rivaux qui osent s’approcher de leur nid d’amour qu’ils tressent avec des algues. Les femelles peuvent pondre jusqu’à 1.000 œufs que les mâles se hâtent de féconder. Les petits nagent souvent en bancs avec leurs parents et ont une espérance de vie de 20 ans. L’indice de vulnérabilité de l’espèce est actuellement de 67 sur une échelle de 100.

Synonymes

Labrus bimaculatus Linnaeus, 1758; Labrus carneus Ascanius, 1772; Labrus coeruleus Ascanius, 1772; Labrus coquus Gmelin, 1789; Labrus larvatus Lowe, 1852; Labrus lineatus Bonnaterre, 1788; Labrus luvarus Rafinesque, 1810; Labrus ossifagus Linnaeus, 1758; Labrus quadrimaculatus Risso, 1827; Labrus trimaculatus Bonnaterre, 1788, Labrus variegatus Gmelin, 1789; Labrus varius Linnaeus, 1758; Labrus vetula Bloch, 1792; Sparus formosus Shaw, 1790.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.