Oudemansiella mucida

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Oudemansiella mucida pousse sur les branches de hêtre, avec un chapeau de 2-6 cm © Giuseppe Mazza

Oudemansiella mucida pousse sur les branches de hêtre, avec un chapeau de 2-6 cm © Giuseppe Mazza

Famille : Marasmaceae Roze ex Kühner, 1980.

Genre : Oudemansiella Persoon 1796.

Le nom de Oudemansiella mucida (Schrader) Höhnel, 1910 dérive du latin “mucidus” = moisi, morveux, à cause de sa surface entièrement couverte de mucilage.

Description du genre

Le genre Oudemansiella est caractérisé par des espèces gluantes et visqueuses, avec un pied ± mince avec anneau membraneux.

Les carpophores sont essentiellement rigides avec le pied qui peut être profondément ancré dans le sol, enraciné, ou alors ils sont lignicoles avec une base à peine étalée ou avec des rhizomorphes mycéliens denses.

Description de l’espèce

Chapeau : 2-6 (8) cm, initialement convexe puis plat, marge mince, presque rainurée; cuticule légèrement ridée, couverte d’un mucilage visqueux, de couleur gris-cendré clair, gris-olive au milieu, translucide.

Hyménium : lamelles espacées, larges, sinueuses, décurrentes, adnées, intercalées de lamellules, mucilagineuses, blanches.

Pied : 3-7 × 0,2-0,8 cm, mince, dur, rigide, sinueux, plein, élargi à la base, strié en haut, blanc, brunissant au toucher.

Oudemansiella mucida: basides, cystide et spores © Pierluigi Angeli

Oudemansiella mucida: basides, cystide et spores © Pierluigi Angeli

Anneau : pendant, mince, assez large, blanc.

Chair : mince, fine, molle. Odeur légèrement herbacée, saveur douce.

Habitat: pousse sur les troncs de hêtre peu vigoureux ou sur les rameaux morts, toujours de hêtre, en groupe ou isolé.

Comestibilité : sans valeur.

Microscopie

Spores : sphériques ou subglobuleuses, lisses, finement guttulées, parfois au contraire avec une guttule assez grande et d’autres plus fines autour, 15-18 × 13,5 à 17 microns. Q = 1,08.

Basides : en forme de massue, tétrasporiques, avec des joints d’anastomose, 76 – 87,5 × 16,25 – 17 µm.

Cystides : rares, fusiformes, ventrues, 92,5-100 × 18,75-30 µm.

Remarques : Il s’agit d’une espèce facile à déterminer sur le terrain. Il n’arrive pas très souvent d’être confronté à un champignon qui dans la pratique n’a pas d’espèces semblables: une espèce phare. Le lieu de croissance, des troncs ou des branches mortes de hêtres, la silhouette, la couleur blanche, le centre du chapeau légèrement ocre, la viscosité du carpophore et la texture de la chair gélatineuse le rendent impossible à confondre.

Synonymes : Mucidula mucida (Schrad. : Fr) Pat.; Collybia mucida Quél.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.