Wodyetia bifurcata

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Wodyetia bifurcata est très cultivé pour son élégance vaporeuse © G. Mazza

Wodyetia bifurcata est très cultivé pour son élégance vaporeuse © G. Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland), où elle croit dans les forêts ouvertes, sur des sols sableux, granitiques, dans une zone limitée de la péninsule du Cap York, Melville Range, à 400 m d’altitude, où le climat est caractérisé par une forte saisonnalité.

Le genre a été dédié au dernier aborigène, expert des traditions locales, Wodyeti. Le nom latin de l’espèce, ‘bifurcata’ ‘= bifurqué, divisé, désigne à la fois la subdivision des pinnules en plusieurs segments et la subdivision des fibres entourant la graine.

Noms communs : foxtail palm, wodyetia palm (anglais) ; rabo-de-raposa (portugais du Brésil).

Wodyetia bifurcata A.K. Irvine (1983) est une espèce monoïque, au tronc unique atteignant jusqu’à 20 m de hauteur et un diamètre de 20 à 25 cm, légèrement fuselé, lisse, de couleur gris clair, et sur lequel sont visibles les traces circulaires des cicatrices foliaires.

Les feuilles, de 2,5 à 3,2 m de longueur, pennées, portées par un pétiole long de 20 à 40 cm, avec des pinnules mesurant jusqu’à 70 cm dans la partie médiane, sont vert foncé sur la face supérieure et vert clair en dessous. Elles sont divisées en plusieurs segments parallèles, jusqu’à 17 pour les feuilles centrales, à l’extrémité tronquée et dentelée et enveloppant partiellement le rachis ce qui donne à la feuille un aspect particulièrement pelucheux ; pétiole et rachis ont la surface couverte d’écailles de couleur grise à brune.

La base de la feuille, de couleur verte, au fin duvet blanc grisâtre, enveloppe entièrement la tige sur une longueur de 0,8 à 1,2 m.

Les inflorescences qui apparaissent sous les feuilles, sont horizontales ou pendantes, très ramifiées, mesurant jusqu’à environ 1 m de long ; les fleurs de couleur crème sont disposées sur la branche (rachis) en triade typique (1 fleur femelle entre 2 fleurs mâles), sauf à l’extrémité où ne sont présentes que des fleurs mâles en paires ou uniques. Les fruits ovoïdes, mesurant de 5 à 6 cm de long, rouge orangé à maturité, contiennent une seule graine entourée par une couche de fibres coriaces, plates, noirâtres. La multiplication se fait par semis, les graines germant au bout de 2 à 3 mois ; la croissance est rapide si l’arrosage et l’apport d’engrais sont réguliers.

En raison de l’aspect particulier de ses feuilles, cette espèce présente une grande valeur ornementale et paysagère, en tant que spécimen isolé, en groupes ou dans une allée ; il s’agit d’une plante qui, quelques années après sa découverte, est devenue l’un des palmiers les plus populaires et les plus demandés, en raison également de sa rapidité de croissance et de son adaptabilité à diverses situations. Elle peut être cultivée, en plein soleil, dans des zones climatiques tropicales et subtropicales ; la culture peut également être tentée dans les zones tempérées chaudes aux hivers particulièrement doux, où les plantes adultes peuvent résister, de façon exceptionnelle et pendant une très courte période, à des températures allant jusqu’à - 2 °C.

L’espèce croit également bien dans les zones très venteuses et est assez résistante aux aérosols marins. Par conséquent, elle peut être utilisée à proximité du bord de mer. Elle n’a pas d’exigence particulière en termes de milieu de culture, à condition qu’il soit parfaitement drainant, et peut supporter, comme dans sa région d’origine, des périodes de sécheresse, mais sa croissance est plus lente et moins luxuriante, à moins que de l’eau souterraine ne soit disponible.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.