Cortinarius infractus

PIERLUIGI.gif
Texte © Pierluigi Angeli

 

epitalon.gif
Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

Le Cortinarius infractus est très commun, mais non comestible à cause de sa chair amère © Giuseppe Mazza

Le Cortinarius infractus est très commun, mais non comestible à cause de sa chair amère © Giuseppe Mazza

Famille : Cortinariaceae R. Heim ex Pouzar 1938.

Genre : Cortinarius (Persoon) Gray 1821.

Sous-genre : Phelgmacium (Fries) Trog 1844.

Section : Scauri (Fries) Hennings 1899.

Cortinarius infractus (Persoon : Fries) Fries 1838.

L’étymologie du nom dérive du latin « infractus » = brisé. De cette espèce, comme pour la plupart des immangeables, nous ne connaissons pas de nom commun en italien. En allemand, il s’appelle « Bitterer Schleimkopf », en anglais « Sooty-olive Cortinarius » ou « Bitter webcap », et en français « Cortinaire à marge brisée ».

Description du Genre, Sous-genre et Section

C’est sans doute le genre avec le plus grand nombre d’espèces parmi les Basidiomycètes.

Au genre Cortinarius sont affiliés des carpophores de petite taille à la chair très fine, ou de taille moyenne jusqu’à très grande et alors, charnus, homogènes. Le chapeau va de campanulé-mamelonné dans les plus petites espèces à convexe dans les plus grandes; la surface peut être sèche, visqueuse ou glutineuse, parfois elle peut présenter des plaques soyeuses qui sont des restes du voile général. Les lamelles sont adnées ou émarginées-adnées, d’abord blanchâtres, beiges, jaunes, olivâtres, brunes ou violettes, enfin elles brunissent toutes à cause de la maturation des spores. Le pied a toujours des restes du voile partiel (cortine), et les résidus du voile général sous forme de floccosité ou d’armille, il peut être sec ou glutineux, cylindroïde, ventru, obèse, à base radicante ou bulbeuse, bulbeuse-marginée. La chair peut être blanche ou colorée, avec parfois des odeurs et des saveurs distinctives.

Au sous-genre Phlegmacium sont attribuées des espèces dont les carpophores se présentent avec le chapeau visqueux par temps humide et la tige sèche, la tige ± cylindroïde, claviforme, avec la base épaissie ou variablement bulbeuse; chair douce, réactions macro-chimiques diverses; spores elliptiques-amygdaliformes.

A la section Scauri sont attribuées des espèces dont le chapeau et la tige sont souvent colorés de violet, les lamelles parfois violet sombre à la cassure ou à la manipulation, diverses réactions macrochimiques au KOH et au réactif de Lugol.

Basides et spores © Pierluigi Angeli

Basides et spores © Pierluigi Angeli

Description de l’espèce

Chapeau: 5-10 cm, initialement convexe, puis étalé-convexe, avec un large mamelon obtus; marge d’abord enroulée puis droite, ondulée ou même lobée, fibrilleuse; cuticule non séparable, légèrement collante par temps humide, brillante par temps sec, lisse, glabre, amère; la couleur est gris-argileux, brunâtre-olive, plus pâle au centre.

Hyménium: Lamelles épaisses, étroites, adnées ou émarginées-sinuées, entrecoupées de lamelles arrondies ou atténuées, de couleur brun-olive, puis brun-roux, arrêtes entières ou finement dentelées, d’abord claires puis de la même couleur que les lamelles.

Pied: 3-8 × 1-1,5 cm, en forme de cylindre ou de massue, épaissi vers la base où il est souvent bulbeux, ferme, plein puis farci, fibrilleux longitudinalement, gris-brunâtre, brun-olive sale. Une cortine fugace, abondante, grisâtre ou brun-olive.

Chair: Épaisse au centre, mince à la marge, ferme puis molle, blanchâtre, parfois gris-violet au sommet du pied, olive dans l’écorce du pied, presque pas d’odeur, goût amer.

Habitat: Pousse en fin d’été et en automne, dans les bois de feuillus ou de conifères.

Comestibilité: Non comestible.

Microscopie: Spores: subglobuleuses, en forme de goutte, verruqueuses, 6,05 – 8,8 × 5 – 7 μm. Basides: claviformes, tétrasporiques, à anses d’anastomose, 29,7 – 35 × 8 – 9 μm. Cuticule formée d’hyphes ± parallèles, gélifiées, avec un pigment jaune-olive.

Remarques: Il s’agit d’une espèce plutôt commune dans les forêts de feuillus et d’épineux, aussi bien sur les sols calcaires que siliceux. C’est une espèce facilement déterminable si l’on tient compte des traits distinctifs tels que la couleur brun foncé du chapeau aux nuances olive, les lamelles gris-olivacées, la partie supérieure du pied teintée de bleu et le goût amer de la chair et de la cuticule. Il peut être confondu avec le Cortinarius infractus var. obscurocyaneus, qui a cependant une coloration violette, à la fois sur la chair et sur les lamelles; et avec le Cortinarius infractus var. olivellus, qui a, par contre, des couleurs gris-vert presque partout. Tous, cependant, ont en commun le goût amer de leur chair.

Synonymes: Agaricus infractus Persoon 1880 (basionyme); Pholiota infracta (Persoon) P. Kummer, 1871; Phlegmacium infractum (Persoon) Wünsche 1877.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.