Desmoncus chinantlensis

Famiglia : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

serge.gif
Traduction en français par Serge Forestier

 

Desmoncus chinantlensis est un palmier grimpant d'Amérique Centrale aux stipes flexibles atteignant les 20 m © Giuseppe Mazza

Desmoncus chinantlensis est un palmier grimpant d’Amérique Centrale aux stipes flexibles atteignant les 20 m © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Belize, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Campeche, Chiapas, Oaxaca, Quintana Roo, Tabasco et Veracruz) et du Nicaragua où elle vit dans les forêts pluviales, du niveau de la mer jusqu’à environ 600 m d’altitude généralement sur des sols calcaires.

Le nom de genre est la combinaison des noms grecs « δεσμός » (desmos) = corde, lien et « ὄγκος » (oncos) = ardillon de l’empennage d’une flèche, en référence au prolongement du rachis des feuilles (cirrhes) par les paires de folioles terminales aciculées (acanthophylles), rigides et rétrofléchies pour former une sorte de harpon avec lequel la plante s’accroche à la végétation environnante. Le nom spécifique latin fait référence à la région, Chinantla (Oaxaca), d’où provient l’espèce type.

Noms communs : basket tie-tie, basket whist, climbing picmocs, gri-gri vines (anglais) ; bayal (Belize) ; balaire, bayal (Honduras) ; ballí, ballil, bayal, bejuco, bejuco de canastos, carricillo, junco, junco de jaguay, matamba, matambilla, ua-ka (Mexique).

Desmoncus chinantlensis Liebm. ex Mart. (1853) est une espèce monoïque très variable, épineuse, grimpante, à un ou plusieurs stipes flexibles, mesurant jusqu’à 20 m de longueur et 1,5-3,5 cm de diamètre.

Les feuilles sur un pétiole épineux long de 0,5-4,5 cm, sont pennées, longues de 1-1,3 m, au rachis pourvu d’épines noires droites de longueur variable, jusqu’à environ 6 cm, et 18-30 paires de folioles disposées plus ou moins régulièrement, oblongues à apex acuminé, longues de 10-30 cm et larges de 1-3 cm, de couleur vert intense et parfois pourvues d’épines noires sur la face inférieure le long de la nervure centrale. Cirrhes sans épines à 5-10 paires d’acanthophylles de longueur décroissante, les inférieures longues de 7-12 cm.

La gaine foliaire tubulaire au-dessus de l’insertion de la feuille (ochréa), recouverte plus ou moins densément de courtes épines noires, enveloppe complètement la tige jusqu’au pétiole suivant. Inflorescences, sur un court pédoncule, solitaires à chaque nœud avec des ramifications de premier ordre, initialement enfermées dans une bractée, longue de 20-70 cm, plus ou moins densément recouverte d’épines, mesurant jusqu’à environ 1 cm de longueur, de couleur brun clair à brun noirâtre et diversement orientées. Fleurs unisexuelles disposées en triades (une fleur femelle au milieu de deux fleurs mâles), sauf dans la partie terminale où habituellement ne sont présentes que des fleurs mâles ; les inflorescences sont protogynes (les fleurs femelles mûrissent avant les fleurs mâles, ce qui favorise la fécondation croisée).

Épines de toutes tailles, même sur les feuilles, pour se défendre de la morsure des herbivores et détail des cirrhes, aux paires de feuilles modifiées, comme des harpons, pour escalader les arbres © Giuseppe Mazza

Épines de toutes tailles, même sur les feuilles, contre les herbivores et détail des cirrhes, aux paires de feuilles modifiées, comme des harpons, pour escalader les arbres © Giuseppe Mazza

Fruits obovales-globuleux, de 1,2-1,8 cm de longueur et de 1-1,6 cm de diamètre, de couleur rouge orangé à rouge foncé à maturité et irrégulièrement recouverts de courtes fibres, ne contenant qu’une seule graine de 0, 7-1 cm de diamètre.

Particulière et inhabituelle, comme les espèces congénères, non seulement en raison de son port grimpant, mais surtout pour la façon dont elle parvient à s’élever sur la végétation environnante pour la dépasser, en utilisant ces cirrhes particuliers dans lesquels les paires de feuilles se sont transformées en quelque chose de semblable à des harpons.

Particolare del fusto con l’insolita brattea spinosa, lunga anche 70 cm. Racchiude le infiorescenze con organi maschili e femminili che maturano in tempi diversi © Giuseppe Mazza

Détail du stipe à l’insolite bractée épineuse, mesurant jusqu’à 70 cm, qui entoure les inflorescences dont les organes mâles et femelles mûrissent à des moments différents © Giuseppe Mazza

Naturellement, malgré l’intérêt qu’elle peut susciter, en raison du danger des épines et plus encore des cirrhes, ce n’est pas une plante à cultiver dans les jardins des maisons ou dans les demeures publiques, mais elle est réservée, en plus des collections d’amateurs, aux jardins et institutions botaniques, et en tout cas toujours située loin des lieux de passage et de stationnement. Les robustes stipes sont utilisés localement pour fabriquer des paniers, des corbeilles, des planchers et autres objets artisanaux.

Synonymes : Atitara chinantlensis (Liebm. ex Mart.) Kuntze (1891) ; Desmoncus leiorhachis Burret (1934) ; Desmoncus schippii Burret (1934) ; Desmoncus schippii var. leiorhachis Burret (1934) ; Desmoncus anomalus Bartlett (1935); Desmoncus feroxBartlett (1935) ; Desmoncus lundellii Bartlett (1935) ; Desmoncus quasillarius Bartlett (1935) ; Desmoncus uaxactunensisBartlett (1935).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.