Dypsis procera

Famille : Arecaceae


Texte © Alessandro Marini

 


Traduction en français par Marc Longhi

 

Dypsis procera Jum. (1918), est une espèce de palmier monoïque de dimension moyenne, natif des sous-bois humides de la forêt tropicale du nord-est de Madagascar, et plus particulièrement des environs de la baie d’Antongil. On le trouve en général en plaine, mais il pousse aussi dans les collines jusqu’à 600 m d’altitude.

Le nom de genre Dypsis Noronha ex Mart. (1838) est d’étymologie inconnue. Pour David Gledhill (The Name of Plants, Cambridge University Press, 2002) il pourrait dériver du grec “dýpto”, au sens d’immerger, plonger, mais on n’en sait pas plus. Le nom d’espèce procera vient du latin procerus qui signifie de haute taille. Cette dénomination pourrait sembler inappropriée, compte tenu des dimensions de l’espèce, mais à l’époque le genre Dypsis ne comprenait pas les quelque 170 espèces actuelles, et celle-ci était une des plus hautes.

C’est un palmier multicaule, très rarement solitaire, de dimension modeste, qui a tendance à former des colonies qui se propagent par stolons souterrains. Les tiges sont dressées, jusqu’à 6 m de haut, pareilles aux chaumes des bambous, d’un diamètre compris entre 1 et 2,5 cm, vertes et recouvertes d’écailles d’un marron foncé. Elles présentent de longs entre-nœuds de 2 à 10 cm produits par les bases des feuilles tombées.

Asterogyne martiana, Arecaceae

Espèce monoïque et multicaule, Dypsis procera est originaire des forêts humides du nord–est de Madagascar, où elle peut atteindre les 6 m de hauteur, avec des tiges qui ressemblent à des chaumes de bambous. De culture facile, même en pot, convient très bien à la décoration des appartements, vérandas et jardins d’hiver © Giuseppe Mazza

La couronne foliaire est en général composée de 7-8 feuilles, longues de 40 à 60 cm, généralement entières ou plus rarement divisées en segments irréguliers. Dans ce cas les segments sont alors plus larges à la base du rachis et plus étroits au centre. Le limbe se termine par deux grands segments symétriques. La surface du limbe est parsemée de nombreuses écailles minuscules de couleur rouge marron le long des nervures principales et secondaires.

La largeur du pétiole est comprise entre 0,5 et 0,8 cm, et mesure en général entre 10 et 25 cm de long. Rarement plus court, jusqu’à 3-4 cm, il présente des écailles éparses colorées de rouge. Il se termine dans la gaine foliaire qui enveloppe complètement le tronc. Celle-ci fait de 17 à 31 cm de long, et un diamètre compris entre 1,5 et 2,5 cm, elle est vert pâle recouverte d’écailles de couleur rouge-marron et présente un bord irrégulier.

L’inflorescence émerge sous la gaine foliaire, elle est recouverte dans la phase initiale d’une bractée décidue à fonction protective. Le pédoncule est long de 35-46 cm, et d’un diamètre compris entre 0,5 et 0,7 cm, il est recouvert d’écailles marron.

L’inflorescence se développe en ramifications sur deux ordres, sur un rachis de 14-35 cm de long, écailleux comme le pédoncule qui atteint de 8 à 13 rameaux de premier ordre, chacun desquels porte à son tour de 2 à 6 rameaux de second ordre.

Les fleurs unisexuées sont disposées en triades composées d’une fleur femelle et de deux mâles. Ces derniers ont tendance à fleurir avant les fleurs femelles, ce qui favorise le phénomène de pollinisation croisée.

Le fruit mûr est vert sombre, ellipsoïde, de 7 mm de long et 3 mm de large. L’endosperme est homogène et contient une seule graine.

Dypsis procera est une espèce très connue et appréciée en culture, surtout pour sa forme à feuille entière et bifide, qui a une valeur ornementale indéniable.

Les graines sont souvent disponibles dans le commerce et germent rapidement avec facilité, même en moins d’un mois. Les plantes cultivées ont en général des dimensions inférieures à celles que l’on trouve dans la nature et se prêtent ainsi beaucoup mieux à la culture en pot pour la décoration des appartements, vérandas et jardins d’hiver.

Elle pousse bien en climats tropicaux et subtropicaux chauds, où les températures ne descendent jamais en dessous des 5 °C, mais il suffit de périodes prolongées sous les 10 °C pour tuer la plante. C’est surtout jeune, qu’elle a besoin d’une exposition à l’ombre ou mi-ombragée, mais à l’âge adulte, elle supporte aussi quelques heures de soleil par jour. Cette espèce n’est pas exigeante sur la nature du sol, mais exige un bon drainage. Pour sa culture en pot il vaut mieux un mélange composé de sable ou de perlite, au moins à 25%. Originaire de la forêt pluviale elle exige de fréquentes nébulisations et de hauts niveaux d’humidité atmosphérique. Il convient de ne pas laisser sécher le substrat entre deux arrosages.

Dypsis procera est actuellement inscrite comme une espèce vulnérable dans la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (The IUCN Red List of Threatened Species). Du fait de sa distribution très limitée, elle est menacée et sans protection face à la déforestation d’origine agricole.

Synonyme: Dypsis longipes Jum. (1918).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.