Licuala paludosa

Famille : Arecaceae


Texte © Alessandro Marini

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Licuala paludosa, Arecaceae

Originaire du Sud-Est asiatique Licuala paludosa est présente du niveau de la mer à 900 m d’altitude dans des forêts marécageuses, tourbières et sols périodiquement inondés. Elle ne supporte pas des températures inférieures à 16 °C © Giuseppe Mazza

Licuala paludosa Griff. est originaire d’une vaste région de la péninsule indochinoise comprenant le Cambodge, la Thaïlande, le Vietnam et la Malaisie et est également répandue à Bornéo. Elle vit dans les forêts marécageuses et de tourbières sur des sols inondés 6 mois ou plus au cours de l’année. À Bornéo elle est répandue dans les forêts de plaine et de montagne depuis le niveau de la mer jusqu’à une altitude d’environ 900 m.

Le nom du genre Licuala Wurmb est la latinisation du terme “Ikowalà” employé par les aborigènes des Moluques pour désigner l’espèce du type Licuala spinosa Wurmb (1780)

Le nom de l’espèce paludosa vient du latin “paludis” = du marais, par référence au milieu où elle pousse.

Elle est connue communément sous les noms de mangrove fan palm, swamp fan palm, golden licuala (anglais), ga-por (thaïlandais), cdy mat cat, na lat nan (vietnamien), palas (malais) et Strahlenpalme (allemand).

Licuala paludosa est une espèce monoïque et multicaule qui forme des buissons épais hauts jusqu’à 6 m et larges jusqu’à 9 m. Ces plantes ont des stipes minces d’un diamètre de 5 cm recouverts de fibres marron. Les stipes du même buisson sont normalement de la même hauteur.

Chaque stipe est surmonté d’une couronne de 9 à 10 feuilles palmées, circulaires et plates, larges jusqu’à 1,5 m et dont le limbe est entièrement divisé jusqu’à sa base en 7 à 20 segments de couleur verte et brillants, tous de la même taille, qui sont parcourus par des nervures très apparentes et ont un apex tronqué et denté.

Les pétioles sont très longs, jusqu’à 2,5 m, et présentent sur les bords de petites épines noires, longues de 0,5 cm et réparties depuis la base du pétiole jusqu’à la moitié de sa longueur. Chez les plantes exposées directement au soleil les pétioles prennent une couleur orange vif qui se change en jaune ou jaune/vert chez les spécimens exposés à l’ombre.

Les inflorescences, interfoliaires et droites,  émergent des feuilles. Elles sont ramifiées en 5 à 8 rachillas filiformes, droites, recouvertes de duvet et longues de 12 à 20 cm. Les petites fleurs hermaphrodites sont glabres et sessiles et ont des pétales courts de forme ovale et de couleur crème.

Les fruits sont sphériques ou ovoïdaux, d’un diamètre allant jusqu’à 1 cm, de couleur rouge orangé ou complètement rouges à maturité et contiennent une seule graine.

On reproduit cette plante par division des touffes ou en semant ses graines qui germent au bout de 2 mois environ sur un lit de semence chaud.

Licuala paludosa, Arecaceae

Ses feuilles sont tressées pour créer des chapeaux, des paniers et des récipients alimentaires pour un plat typique © Giuseppe Mazza

Licuala paludosa est très similaire à sa congénère Licuala spinosa mais elle est plus élégante à cause de ses feuilles plus grandes et minces et de ses pétioles colorés. Les deux espèces diffèrent en ce sens que Licuala paludosa a des fleurs glabres et des épines petites et fines, longues jusqu’à 0,5 cm et uniquement réparties dans la moitié basale du pétiole alors que Licuala spinosa a des fleurs recouvertes de duvet et des épines grandes et robustes, longues jusqu’à 1,2 cm et réparties  le long de la totalité du pétiole.

Licuala paludosa est très recherchée par les collectionneurs en raison de la coloration caractéristique de ses pétioles orange vif ou jaune or mais ce n’est pas une espèce dont la culture est très répandue en dehors des pays de la péninsule indochinoise si l’on excepte les jardins botaniques des pays tropicaux. On peut seulement la cultiver dans les climats tropicaux ou subtropicaux chauds  où les températures minimales se situent en hiver aux environs de 16° C. Dans les climats tempérés elle doit être mise à l’abri dans une serre chauffée pendant les mois froids.

Il est nécessaire de disposer d’eau en abondance et il faut que l’humidité du milieu soit supérieure à 70 %. Le sol doit être tourbeux, riche en humus et maintenu très humide. Quand elle est cultivée en pot elle doit être placée sur une soucoupe toujours remplie d’eau et dans un milieu chaud.

Les feuilles de Licuala paludosa sont utilisées dans la cuisine du Sud-Est asiatique pour un plat traditionnel appelé Ketupat, une sorte de boulette à base de riz préparée dans un sachet qui est précisément réalisé avec les feuilles tressées de cette espèce. Elles sont aussi employées pour  fabriquer des chapeaux et des paniers. Les stipes sont utilisés dans la construction des habitations indigènes.

Licuala paludosa est répertoriée “Not evaluated”, espèce non encore évaluée, par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Malheureusement la conversion de grandes zones de forêts et de tourbières à Bornéo constitue une grave menace pour cette espèce. D’après les données actuelles son aire de répartition à Bornéo a été réduite à environ 50 km2. Elle reste relativement répandue sur le territoire de la péninsule indochinoise.

Synonymes : Licuala amplifrons Miq., Fl. Ned. Ind. ; Licuala oxleyi H.Wendl. ; Licuala paniculata Ridl. ; Licuala aurantiaca Hodel ; Licuala spinosa var. brevidens Becc.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!