Melitaea diamina

Famille : Nymphalidae

GIANFRANCO.gif
Texte © Dr. Gianfranco Colombo

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Melitaea diamina, Nymphalidae, Mélitée noirâtre

Dans l’herbe, les ailes repliées, la Melitaea diamina passe très souvent inaperçue © Gianfranco Colombo

La Mélitée noirâtre ou Damier noir (Melitaea diamina) Lang, 1789) appartient à l’ordre des Lepidoptera et à la famille des Nymphalidae.

Comme cela a déjà été indiqué, dans cette famille qui est considérée comme la plus importante de celles qui regroupent les lépidoptères diurnes on inclut habituellement plus de 6.000 espèces de papillons répandues dans le monde entier. Ce papillon d’autre part fait partie des fritillaires dont l’apparence est très variable, en particulier en ce qui concerne les motifs de leurs ailes antérieures, leurs nuances de couleur et leurs dimensions.

Il fait partie des plus petites des Melitaea de nos prairies et atteint souvent des dimensions si réduites qu’on le confond avec les plus petits papillons du genre Clossiana ou avec ses congénères Melitaea varia et Melitaea aurelia.

Grâce toutefois aux teintes très foncées qui recouvrent parfois presque totalement les motifs et les nervures de ses ailes ce papillon est d’ordinaire facile à identifier.

C’est un papillon commun là où il est présent mais son aire de distribution est assez réduite si on la compare à celle des autres fritillaires.

L’étymologie du nom scientifique de la Melitaea diamina est, comme tous les noms donnés par les premiers naturalistes, d’origine incertaine et sujette à diverses interprétations, notamment en ce qui concerne la première partie du binôme qui fait allusion au miel comme cela a été expliqué pour la Melitaea cinxia.

L’étymologie du nom de l’espèce diamina est supposée résulter de la combinaison de deux termes grecs : Dia est un autre nom de Hébé, la fille de Zeus et d’Héra. Son nom veut dire “la céleste”, la “la divine”. Mina était une ancienne monnaie grecque.

Les noms vernaculaires européens sont : en anglais False-Heath Fritillary (pour la distinguer de la Melitaea athalia qui souvent comporte elle aussi des dessins relativement foncés), en italien Diamina ou Fritillaria nera, en allemand Sumpfwiesen Scheckenfalter, en espagnol Doncella oscura et en néerlandais Woudparelmoervlinder.

Zoogéographie

La Melitaea diamina a une aire de distribution plus réduite que celle de ses congénères. Elle préfère  des milieux très humides et fréquente même souvent des tourbières mais elle aime également les prairies et les pentes et a une préférence pour les vallées alpines fraîches et boisées entrecoupées de grandes prairies fleuries. C’est un papillon qui vit à des altitudes moyennes et qui délaisse de ce fait les endroits extrêmement chauds et secs. Il est présent dans toutes les chaînes de montagne de l’Europe continentale et compte quelques colonies isolées en Norvège, en Suède et en Finlande. Il est absent dans les zones méditerranéennes côtières, insulaires et péninsulaires, en Grande-Bretagne et dans une large fraction de l’Europe occidentale. Il n’est pas présent en Afrique mais vit par contre le long de la bande tempérée fraîche de l’Asie jusqu’au Japon. Il vit jusqu’à 3000 m, l’altitude qu’il préfère se situant entre 3000 et 1500 m.

Morphophysiologie

La Melitaea diamina est un papillon de petite taille qui atteint au maximum une envergure alaire de  42 mm mais qui dépasse en moyenne à peine 30 mm. La femelle est d’ordinaire plus grosse et plus claire.

Il partage le même  territoire que toutes les fritillaires similaires de sorte qu’il est difficile de l’identifier avec certitude lorsqu’on se trouve en présence de plusieurs espèces et que ses couleurs sont peu vives. Il demeure cependant de toute manière le papillon le plus foncé de tous et cette caractéristique, quand elle est bien nette, permet de le classifier sans difficultés.

Melitaea diamina, Nymphalidae, Mélitée noirâtre

Bien que pouvant atteindre une envergure alaire de 42 cm elle dépasse en moyenne à peine 30 mm © Gianfranco Colombo

Sa couleur de fond est orange brunâtre, ce qui est typique de toutes les fritillaires, et comporte des nervures et des lignes noirâtres qui en s’entrecroisant forment des petits carrés de différentes tailles. Dans le cas de la Mélitée noirâtre ces motifs recouvrent d’ordinaire totalement des parties entières des ailes ce qui dissimule complètement la couleur de fond et rend le papillon presque totalement foncé en lui donnant une couleur uniforme marron foncé. Si sur l’aile antérieure quelques facettes qui ont la couleur orange de fond restent toujours visibles elles disparaissent par contre souvent en totalité sur l’aile postérieure, ce qui fait que celle-ci est totalement foncée et traversée uniquement par une très petite bande discale de petites lunules d’où ressort la couleur de fond.

Le net contraste entre la partie foncée qui prédomine et les quelques lunules orange est une caractéristique propre à ce papillon. Chez les individus où ces particularités ne sont pas très apparentes il est nécessaire de procéder à un examen minutieux de la face inférieure des ailes.

Il convient d’observer toutefois que la Melitaea diamina, même chez les variétés foncées, comporte au niveau des aires submarginales de la face supérieure des ailes et sur toute leur longueur des lunules blanches bien visibles.

Dans tous les cas la clé de lecture des fritillaires et la certitude d’une identification correcte ne peuvent être acquises qu’en interprétant les motifs situés sur le verso de l’aile postérieure. La Mélitée noirâtre présente dans cette zone une bande submarginale jaune avec une série de petites taches blanchâtres cerclées de noir et dans l’aire discale une série très nette de lunules blanches encadrées de rayures noires.

Melitaea diamina, Nymphalidae, Mélitée noirâtre

Sa couleur très variable est plus foncée que chez les autres fritillaires avec qui elle cohabite souvent entre 300 et 1500 m d’altitude © Giuseppe Mazza

Sur le revers de l’aile antérieure qui est en totalité teintée de couleur orange on trouve quelques taches noires bien nettes qui partent de la côte et traversent l’aire discale en la coupant. Les antennes, bien développées et robustes, sont hachurées de blanc et de noir et possèdent un vertex aplati et jaunâtre. Comme toutes les fritillaires elle vole pendant les périodes les plus chaudes de l’année, de mai à début octobre. Bien que de petite taille c’est un papillon qu’il est aisé de repérer étant donné qu’il passe beaucoup de temps à voler en passant de fleur en fleur et il est même facile de s’en approcher et de l’observer quand il se nourrit.

Éthologie-Biologie reproductive

La Melitaea diamina est bivoltine (elle a deux générations par an). Sa période de vol va de mai à septembre.

Les femelles pondent leurs oeufs directement au dos des feuilles des plantes-hôtes. Les chenilles y construisent un nid de soie où elles se rassemblent pendant les premiers temps de leur existence. Quand elles sont adultes elles se dispersent pour achever leur croissance et se nymphoser dans des lieux séparés. La seconde génération passe habituellement l’hiver à l’état de petite larve et parfois déjà à l’état de chrysalide. La chenille adulte,  longue d’environ 2,5 cm, est noirâtre et porte des taches orangées qui se succèdent sur des rangées parallèles tout le long du corps.

Plantes-hôtes : Melampyrum, Valeriana, Plantago, Veronica et Poligonium

Synonymes 

Melitaea dictynna Esper, 1779 ; Melitaea vernetensis Rondou, 1902 ; Melitaea codinai De Sagarra, 1932.

 

→ Pour des notions générales sur les Lepidoptera voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des PAPILLONS cliquez ici.

error: Content is protected !!