Plectocomia elongata

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Plectocomia elongata, Arecaceae

Originaire de l’Asie du Sud-Est, Plectocomia elongata est un imposant palmier grimpant dont les tiges de 10-18 cm atteignent les 30-50 m de long, rampantes sur le sol comme des serpents jusqu’à ce qu’elles trouvent un support © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de Bornéo, du Cambodge, de Java, de Malaisie, du Myanmar, des Philippines, de Singapour, de Thaïlande et du Vietnam, où elle pousse dans les forêts humides, généralement à la lisière de clairières, du niveau de la mer jusqu’à environ 2000 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison de l’adjectif grec “πλεκτός” (plectós) = tordu et du substantif “κόμη” (kome) = couronne, faisant peut-être référence à l’inflorescence ; le nom d’espèce est l’adjectif latin «elongatus, a, um» = allongé.

Noms vulgaires : giant rattan palm (anglais); phdao dambang, phdao reussey (Cambodge) ; alas, kalaanan, paang dalaga, palasan, parasan, yantok (Philippines) ; bubuai (Java) ; kyein-ban, rotan, rotan dahan, rotan tikus, rotang unar (Malaisie) ; buar-buar (Sumatra) ; wai kam phot, wai pu chao, wai tong plong (Thaïlande) ; cây mây tuong, chanson voi (Vietnam).

Plectocomia elongata Mart. ex Blume (1830) est une espèce solitaire, dioïque, monocarpique, épineuse, grimpante, à stipe robuste, de 30 à 50 m de long et de 10 à 18 cm de diamètre, qui se fixe aux arbres par le biais de crampons (cirri).

Les feuilles presque distiques, sur un pétiole de 20-30 cm de long, sont pennées, de 3-6 m de long, avec 40-70 paires de folioles lancéolées à sommet acuminé, qui ont dans la partie médiane de 45-60 cm de long et de 3-6 cm de large , disposées irrégulièrement le long du rachis par groupes de 2 à 6, de couleur vert brillant dessus et de gris blanchâtre au-dessous.

Le rachis se prolonge à côté des folioles en crampons (cirri), jusqu’à 3 m de long, armés de groupes d’épines courbées comme des crochets. La gaine foliaire tubulaire, de couleur vert foncé et recouverte de tomentum blanchâtre, est munie de rangées obliques d’épines de 3-4 cm de long, de couleur brun doré. À la fin du cycle vital, les inflorescences sont produites simultanément sur l’aisselle des 7-10 feuilles terminales, elles sont de dimensions réduites, similaires chez les plantes mâles et femelles, atteignant 2 m de long, avec 10 à 12 ramifications primaires pendantes, atteignant 1 m de long, avec de nombreuses rachillets courts et rapprochés, portant chacun de nombreuses fleurs de couleur crème, recouvertes de bractées superposées concaves, de 5 à 7 cm de long, de couleur brun rougeâtre. Les fleurs mâles sessiles ont un calice et une corolle tubulaire à 3 lobes triangulaires et 6 étamines, les fleurs femelles sont semblables, généralement pédicellées, à 6 staminodes, le gynécée est globuleux, triloculaire et couvert de minuscules écailles et a 3 longs stigmates.

Les fruits sont globuleux de 1,5-2 cm de diamètre, recouverts d’écailles imbriquées rougeâtres à sommet pointu généralement dressé, contenant généralement une seule graine globuleuse de 1 cm de diamètre.

Plectocomia elongata, Arecaceae

Espèce solitaire, dioïque et monocarpique. Le rachis s’étend à côté des folioles lancéolées en crampons, atteignant jusqu’à 3 m de long, armés d’épines courbées comme des crochets pour s’ancrer sur les branches des arbres. A droite l’inflorescence inhabituelle, jusqu’à 2 m de long. Les fleurs des deux sexes sont couvertes de bractées concaves superposées, de 5 à 7 cm de long, de couleur brun-rougeâtre. La sève est parfois utilisée en médecine traditionnelle dans quelques populations pour diverses pathologies © Giuseppe Mazza

C’est un des palmiers grimpants les plus imposants, connu sous le nom de rotin, avec des inflorescences inhabituelles et particulièrement attrayantes, mais dont la culture se limite aux grands jardins des zones tropicales et subtropicales, en raison de ses dimensions et surtout de la grande dangerosité de ses épines, et dans tous les cas il doit être placé loin des zones de stationnement et de transit.

Les stipes, qui ne présentent pas de caractéristiques de résistance et de durée particulièrement élevées, sont utilisables pour divers types de meubles. La sève est utilisée en médecine traditionnelle dans quelques populations pour diverses pathologies.

Synonymes : Calamus maximus Reinw. ex Schult.f. (1830) ; Plectocomia sumatrana Miq. (1861) ; Plectocomia icthyospinusauct. (1876) ; Plectocomia hystrix Linden (1881) ; Plectocomia maxima Kuntze (1891) ; Plectocomia griffithii Becc. (1893) ; Rotang maximus Baill. (1895) ; Plectocomia elongata var. bangkana Becc. (1918) ; Plectocomia crinita Gentil ex Chitt. (1956).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

error: Content is protected !!