Primula vialii

Famille : Primulaceae


Texte © Dr. José Campos

 


Traduction en français par Virginie Thiriaud

 

Primula viallii, Primulaceae

Endémique des montagnes du Sichuan et du Yunnan, en Chine, Primula vialii a une inflorescence incomparable © Giuseppe Mazza

Facilement identifiable par ses surprenantes inflorescences coniques à sommet rouge, la Primevère du Père Vial, Primula vialii Delavay ex Franch. (1891), est une plante alpine endémique du sud-ouest du Sichuan et du nord et nord-ouest du Yunnan (Chine), où elle pousse dans des prairies humides entre 2800 et 4000 m d’altitude.

Elle appartient à la famille des Primulaceae, qui compte, à proprement parler, environ 23 genres et près de 1000 espèces, présentes pour la plupart dans l’hémisphère nord, avec de nombreuses espèces provenant de zones montagneuses.

Cette famille est caractérisée par la présence de fleurs gamopétales (c’est-à-dire à pétales soudés), d’étamines épipétales (attachées à la base de la corolle et non pas au réceptacle), placées en nombre égal en face des lobes de la corolle, d’un ovaire supère à placentation centrale libre (les ovules sont fixés sur un axe central à l’intérieur de l’ovaire, qui est uniloculaire et donc sans loges) et de fruits en capsules.

Au sens large, elle comprendrait 68 genres et près de 2800 espèces (selon The Plant List, 2013) incluant trois autres familles de plantes des régions tempérées et tropicales (Myrsinaceae, Theophrastaceae et Maesaceae).

Selon le système de classification de l’Angiosperm Phylogeny Group (2016), cette famille fait partie de l’ordre des Ericales, dans le clade des Asteridi.

Le genre Primula comprend environ 500 espèces provenant des régions tempérées de l’hémisphère nord, bien que certaines espèces se trouvent dans des zones montagneuses tropicales. Ce sont généralement des plantes vivaces à feuilles simples, glabres à farineuses, formant une rosette et dont les fleurs sont rassemblées en ombelles, grappes ou épis au sommet de tiges sans feuilles (scapes).

Le calice est campanulé ou tubulaire, souvent anguleux, avec 5 dents. La corolle est formée d’un tube cylindrique et d’un limbe plat ou campanulé, avec 5 lobes, entiers ou émarginés, blancs, jaunes, roses, magenta ou violets. Les 5 étamines ne dépassent pas du tube de la corolle. Le fruit est une capsule globulaire à cylindrique, qui s’ouvre par des valves, ou dents, et porte de nombreuses petites graines.

Linné, un homme pratique, créa le genre Primula en simplifiant le nom générique Primula veris utilisé par Tournefort et en transformant ce dernier en nom scientifique pour son espèce-type, Primula veris L. Le nom vient du latin “primus” et “primulus” = premier, car c’est une des premières plantes à fleurir au début du printemps.

Primula vialii fut découverte dans les montagnes du Yunnan par le Français Pierre Jean Marie Delavay (1834-1895), missionnaire, botaniste et collectionneur infatigable de plantes en Chine. Delavay envoya environ 200 000 planches d’herbiers en France, à partir desquelles environ 1 500 nouvelles espèces de plantes furent décrites, beaucoup par le botaniste Adrien René Franchet (1834-1900). Franchet publia le nom de cette espèce en l’honneur de Paul Vial (1855-1917), également missionnaire dans le Yunnan.

Primula viallii, Primulaceae

Semblable à une orchidée européenne, elle pousse dans les prairies humides à 2800-4000 m d’altitude. Elle a donné naissance à diverses formes horticoles comme ‘Alison Holland’, avec des fleurs blanches et des calices verdâtres © Giuseppe Mazza

Environ 300 espèces du genre Primula sont connues en Chine, dont beaucoup sont endémiques des montagnes du sud-est de ce pays, une région considérée comme l’un des 36 “points chauds” de la biodiversité mondiale. Actuellement, de nouvelles espèces de ce genre (et bien d’autres) continuent d’être découvertes dans cette région.

Primula vialii a des feuilles dressées, elliptiques à oblancéolées, de 10 à 30 cm de long et 2 à 4 cm de large, de couleur vert clair, avec un pétiole ailé jusqu’à la moitié de la longueur du limbe. Elles sont pubescentes, avec une surface ridée et un apex arrondi.

Elle appartient à un groupe d’espèces à fleurs sessiles, à calice plus ou moins zygomorphe, dirigées vers le bas et disposées en spirale dans des inflorescences en forme d’épi.

On la reconnait facilement par la forme strictement pyramidale de ses denses épis, longs jusqu’à 5 cm, composés de nombreuses fleurs, et par le contraste chromatique entre la moitié inférieure, portant des fleurs ouvertes rose-violet et la moitié supérieure, avec des bourgeons de couleur grenat. La corolle est en forme d’entonnoir et est formée d’un tube pouvant atteindre 9 mm de long et d’une lame de 5 à 6 mm de diamètre, avec des lobes elliptiques à apex pointu. Le calice est large et de couleur grenat.

Le scape, robuste et glabre, légèrement farineux à l’extrémité supérieure, peut atteindre 60 cm de hauteur. Lorsque les capsules globulaires grandissent, l’épi peut s’étirer en longueur et atteindre plus du double de sa longueur initiale.

En raison de la similitude de son inflorescence avec celle de certaines orchidées européennes, comme Anacamptis pyramidalis, cette plante est également appelée Primevère orchidée (espagnol : Primula orquídea ; italien : Primula orchidea ; anglais : Orchid primrose ; allemand : Orchideenprimel).

Primula vialii, comme de nombreuses espèces du genre Primula, possède deux types de fleurs (morphes) avec des styles de longueurs différentes, de sorte que le stigmate se trouve en dessous (brachystyle ou thrum) ou au-dessus (longistyle ou pin) des anthères. Toutes les fleurs d’une plante sont du même morphe. En général, les stigmates et les anthères des morphes opposés sont à la même hauteur. Ce phénomène, appelé hétérostylie, favorise la pollinisation croisée entre des morphes opposés et est généralement associé à un mécanisme d’auto-incompatibilité qui empêche l’auto-fécondation.

Elle est considérée comme une plante rare dans son habitat naturel, bien qu’elle n’ait pas encore été évaluée selon les critères de l’UICN.

Grâce à ses inflorescences attrayantes et à la facilité avec laquelle elle est obtenue à partir des graines, Primula vialii est une plante très populaire parmi les amateurs d’espèces alpines. Elle doit être semée au début du printemps sur un substrat humide mais bien drainé et riche en matière organique. Elle peut pousser dans des endroits ombragés, le long des berges des cours d’eau ou des étangs, mais aussi dans des endroits ensoleillés tant que le sol reste humide. Elle fleurit de juin à août. Un cultivar célèbre est par exemple ‘Alison Holland‘, avec des fleurs blanches et des calices verdâtres.

Synonymes : Primula littoniana Forrest (1908) ; Primula littoniana var. robusta Forrest (1923) ; Aleuritia vialii (Delav. ex Franch.) Soják (1980).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PRIMULACEAE cliquez ici.

error: Content is protected !!