Pseudophoenix sargentii

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Cette espèce est originaire des Bahamas, du Belize, de Cuba, de la République dominicaine, d’Haïti, du Mexique (Campeche, Quintana Roo et Yucatan), de Porto Rico, des îles Turks et Caicos, des États-Unis (Floride) et des îles du Vent, où elle vit dans des forêts sèches et ouvertes, principalement le long des côtes, sur des sols rocailleux calcaires ou sablonneux.

Le nom de genre est la combinaison du préfixe grec “ψευδο-” (pseudo-) = faux et du genre Phoenix, en raison de la supposée similitude des deux genres ; le nom d’espèce est dédiée au botaniste américain Charles Sprague Sargent (1841-1927), fondateur et directeur de l’Arnold Arboretum de l’Université de Harvard, ainsi que collectionneur de l’espèce type.

Noms communs : buccaneer palm, cherry palm, Florida cherry palm, hog palm, Sargent’s cherry palm (anglais) ; palma de guinée, palma de Santa Lucia (Cuba) ; kuká (Mexique) ; cacheo, catey (République dominicaine).

Pseudophoenix sargentii, Arecaceae

Originaire des Caraïbes, Pseudophoenix sargentii est une espèce solitaire, monoïque, non épineuse, de 1-9 m de haut. En voie de disparition en nature et peu diffusée en culture en raison de sa croissance relativement lente © Giuseppe Mazza

Pseudophoenix sargentii H.Wendl. ex Sarg. (1886) est une espèce solitaire, monoïque, non épineuse, à stipe dressé, de 1-9 m de haut et de 12-25 cm de diamètre, légèrement élargi à la base et parfois dans la partie centrale, grisâtre et recouvert d’une patine cireuse dans la partie la plus jeune sur laquelle se détachent les cicatrices foliaires brunâtres proéminentes.

Les feuilles, avec un pétiole de 0,3-1 m de long, sont pennées et incurvées, de 1,2-2,3 m de long, à folioles lancéolées et à apex acuminé, irrégulièrement disposées le long du rachis sous différents angles, elles ont de 30 à 50 cm de long et 2-4 cm de large dans la partie centrale, de couleur gris vert et recouvertes d’une patine cireuse glauque avec des écailles brunes (ramentum) le long de la nervure centrale sur la face inférieure ; la base foliaire, de 20 à 40 cm de long, fissurée du côté opposé au pétiole est recouverte d’une patine cireuse glauque, elle embrasse entièrement le stipe seulement sur une courte distance.

Les inflorescences sont situées entre les feuilles dressées ou courbes, avec des ramifications jusqu’au cinquième ordre, elles mesurent 0,9-1,7 m de long, de couleur vert jaunâtre, avec des fleurs hermaphrodites disposées en spirale, à 6 étamines et gynécée triloculaire à stigmate sessile, sauf dans la zone terminale où ne sont présentes que des fleurs mâles. Les fruits globuleux ou à 2-3 lobes ont un diamètre de 1,2-1,7 cm, de couleur rouge, ils sont brillants à maturité et contiennent 1-3 graines.

Ce palmier peut être multiplié par graines, préalablement maintenues dans l’eau pendant 3 jours, dans un terreau sableux maintenu légèrement humide à la température de 26-28 °C, avec des temps de germination de 2-3 mois. Les fruits doivent être manipulés avec soin en raison de la présence de fins cristaux (raphides) d’oxalate de calcium qui peuvent provoquer des dermatites chez les individus les plus sensibles.

C’est une espèce de valeur ornementale considérable, mais peu diffusée en culture en raison de sa croissance relativement lente, même dans les conditions les plus favorables.

En raison de ses dimensions relativement restreintes, ce palmier peut être avantageusement utilisé même dans des jardins de taille modeste dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées chaudes les plus douces, où il peut supporter des températures exceptionnelles à peine inférieures à 0 °C, mais il tolère peu les longues périodes de températures relativement basses pouvant être atteintes, par exemple, sous les climats méditerranéens. Il requiert le plein soleil et s’adapte à différents types de sols, à condition d’être parfaitement drainants, également modérément salés, il peut donc être employé à proximité de la mer, en outre, il résiste aux vents forts et, lorsqu’il est bien enraciné, aux périodes sèches.

Synonymes: Chamaephoenix sargentii (H.Wendl. ex Sarg.) Curtiss (1887) ; Cyclospathe northropii O.F.Cook (1902) ; Pseudophoenix linearis O.F.Cook (1923) ; Pseudophoenix saonae O.F.Cook (1923) ; Pseudophoenix gracilis Ekman ex Burret (1929) ; Pseudophoenix navassana Ekman ex Burret (1929) ; Pseudophoenix sargentii var. navassana (Ekman ex Burret) Read (1968) ; Pseudophoenix sargentii subsp. saonae (O.F.Cook) Read (1968).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!