Pulmonaria officinalis

Famille : Boraginaceae

barbara.gif
Texte © Dr Barbara Barisani

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

La pulmonaria officinalis est une herbacée pérenne aux inflorescences hautes 20-40 cm © Giuseppe Mazza

La pulmonaria officinalis est une herbacée pérenne aux inflorescences hautes 20-40 cm © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire d’Europe (Albanie, Allemagne, Autriche, Belgique, Biélorussie, Bulgarie, Bosnie-Herzégovine, Danemark, Croatie, Estonie, France, Grèce, Lituanie, Italie, Macédoine, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Suisse et Ukraine) où elle pousse dans les régions de collines et de montagnes.

Elle préfère les milieux humides et ombragés aux terres riches en humus.. On la rencontre dans les bois et les fourrés près des ruisseaux et des sources, dans les prés et les pâturages et à l’orée des bois mais aussi dans des milieux anthropisés.

Le nom du genre vient du latin « pulmo, onis » = poumon, à cause de la présence sur le limbe foliaire de taches qui évoquent l’aspect d’un poumon; le nom de l’espèce est le terme latin « officinalis » = officinal, relatif à la pharmacie. D’après la théorie de la signature qui jouit d’une grande faveur au XVIe siècle et dont le principal représentant fut le médecin suisse Paracelse, Dieu a placé sur les plantes qu’il a créées un signe qui rappelle l’organe qu’elles sont en mesure de soigner.

Noms communs : lungwort (anglais), pulmonaire officinale (français), polmonaria officinale (italien).

La Pulmonaria officinalis L. (1753) est une plante herbacée pérenne, haute de 10 à 40 cm.

Elle possède un rhizome charnu, ramifié et rampant d’où sortent la rosette de feuilles basilaires et les tiges qui sont dressées et simples. La plante est plus ou moins poilue et glanduleuse dans toutes ses parties. Les feuilles ont un limbe ovale-elliptique dont l’apex est pointu et le bord entier et qui est large de 4 à 16 cm et long de 2.5 à 10 cm. Les feuilles basilaires ont un long pétiole parfois légèrement ailé alors que les feuilles du haut sont sessiles. La partie supérieure du limbe foliaire présente habituellement des taches blanches.

Les fleurs sont rassemblées dans une ou deux inflorescences longues de 20 à 40 cm. Le calice est tubuleux et possède 5 dents triangulaires. La corolle, longue de 12 à 20 mm, a des pétales soudés en partie basse et s’élargit en entonnoir en partie haute pour se terminer par 5 lobes ovales.

Les taches des feuilles rappellent les poumons et ont des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les taches des feuilles rappellent les poumons et ont des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

De couleur rougeâtre avant la floraison elle devient ensuite bleu azur ou violacée et enfin blanchâtre lors du flétrissement.

Le fruit se compose de 4 akènes ovales enfermés dans le calice qui s’allonge pendant la période de maturation.

La Pulmonaria est une plante appréciée depuis toujours dans la culture et la médecine populaires.

On récolte les feuilles jeunes avant la floraison et les sommités fleuries à qui l’on prête des propriétés sudorifiques, vitaminisantes et émollientes.

On l’utilise comme tussifuge et expectorant en cas de toux et comme émollient pour les inflammations de la bouche et de la gorge et aussi en cas de raucité et de faiblesse de la voix. L’usage en cuisine se limite à la consommation des feuilles jeunes, riches en minéraux, dans les soupes printanières.

Le genre Pulmonaria fait aujourd’hui encore l’objet d’études de la part des botanistes en raison des difficultés que présente l’identification des diverses espèces.

Synonimes : Pulmonaria maculosa Liebl. (1784); Pulmonaria officinalis subsp. maculosa (Hayne) Gams (1927).

 

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des BORAGINACEAE cliquez ici.