Sabal domingensis

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Cette espèce est originaire de Cuba, de la République dominicaine et d’Haïti, où elle pousse dans les savanes et les forêts sèches secondaires jusqu’à environ 1000 m d’altitude.

L’étymologie du nom de genre est inconnue, n’ayant pas été précisée par l’auteur, le botaniste français Michel Adanson (1727-1806) ; le nom d’espèce en latin “domingensis” = de domingo, fait référence à la capitale de la République dominicaine, Santo Domingo, près de laquelle l’espèce type a été trouvée.

Noms communs : Hispaniola palm, Hispaniola palmetto (anglais) ; latanier-chapeau (Haïti) ; palma cana (République dominicaine).

Sabal domingensis, Arecaceae

Native des savanes et des forêts sèches de Cuba, Haïti et République dominicaine, l’imposant Sabal domingensis atteint une hauteur de 16 m avec un stipe lisse de 50 à 60 cm de diamètre. Bonne résistance au froid jusqu’à -8 °C © Giuseppe Mazza

Sabal domingensis Becc. (1908) est une espèce non épineuse, monoïque, à stipe solitaire, atteignant 16 m de haut et 50-60 cm de diamètre, en forme de colonne, de couleur grise, lisse, mais proche du sommet subsistent les restes des bases foliaires formant un tissage croisé typique.

Les feuilles, avec un pétiole de 1-1,6 m de long, sont costapalmées, divisées en 60-90 segments, atteignant 1,2 m de long, réunis à la base sur 1/2-1/3 de leur longueur et bifides à l’apex, disposés avec des angles légèrement différents, de couleur vert foncé avec des reflets bleuâtres ; des filaments blanchâtres partent de l’axe des segments.

Les inflorescences sont disposées entre les feuilles, de longueur égale ou supérieure, arquées, avec 3 ordres de ramifications et de minuscules fleurs blanches parfumées avec un calice tubulaire trilobé, une corolle tubulaire également trilobée, 6 étamines, l’ovaire et le stigmate sont trilobés.

Les fruits sont piriformes, de 1,1-1,4 cm de diamètre, noirs à maturité, ne contenant qu’une graine globuleuse, aplatie aux extrémités ou concave, de 0,8-1 cm de diamètre.

Ce palmier peut être reproduit par graines, préalablement maintenues dans l’eau pendant 3 jours, dans un terreau drainé et maintenu humide à une température de 26-28 °C, avec des temps de germination de 2 à 4 mois.

C’est une espèce imposante et facile à cultiver, souvent confondue avec Sabal causiarum, qui en diffère par de plus gros fruits, elle mériterait une diffusion plus importante grâce à sa croissance relativement rapide et à son adaptabilité aux diverses conditions de climat et de sol.

D’un remarquable effet paysager, en tant que spécimen isolé et en alignement le long des allées, ce palmier peut être utilisé dans les régions tropicales et subtropicales humides et dans les régions semi-arides, en raison de sa résistance à la sécheresse, ainsi que dans les zones tempérées, où, à l’âge adulte, il peut résister à des températures jusqu’à -8 °C environ, si elles sont exceptionnelles et de courte durée.

Il requiert le plein soleil et peut pousser dans une grande variété de sols, à condition qu’ils soient drainés, et il supporte les vents forts.

Les feuilles sont utilisées pour couvrir les habitations rurales et pour fabriquer des chapeaux, des nattes, des paniers, des balais et d’autres objets d’artisanat.

Synonyme: Sabal neglecta Becc. (1908).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!