Syagrus oleracea

Famille : Arecaceae


Texte © Pietro Puccio

 

claude.gif
Traduction en français par Claude Leray

 

Cette espèce est originaire de Bolivie, du Brésil (Bahia, Ceará, Espirito Santo, Goiás, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, Paraiba, Paraná, Rio de Janeiro et Sao Paulo) et du nord-est du Paraguay, où elle pousse dans les forêts semi-arides et dans la savane (cerrado) entre 400 et 1000 m d’altitude.

L’origine exacte du terme générique est inconnue, l’hypothèse la plus acceptée est qu’il viendrait du nom “syagrus” donné par Pline l’aîné (23/24 ap. J.C.-79) à une variété de palmiers dattiers ; le nom d’espèce est l’adjectif latin “oleraceus, a, um” = semblable aux légumes, en référence aux bourgeons végétatifs comestibles (“cœurs de palmier”).

Noms communs : catolé, coco-babão, coco-amargoso, guariroba, gueiroba, palmito-amargoso, paty-amargoso (portugais-brésilien).

Syagrus oleracea (Mart.) Becc. (1916) est une espèce monoïque non épineuse à stipe solitaire, dressé, en forme de colonne, légèrement élargi à la base, de 15-20 m de haut et de 20-30 cm de diamètre, de couleur blanc grisâtre, légèrement marqué par les cicatrices annulaires de la jonction des feuilles tombées, il est fissuré verticalement, recouvert légèrement sous le feuillage par les résidus des bases foliaires.

Syagrus oleracea, Arecaceae, palme

Syagrus oleracea est native d’Amérique tropicale. Le stipe atteint 20 m avec 20-30 cm de diamètre. Il est cultivé comme légume en raison des bourgeons végétatifs. Les fruits sont comestibles et donnent une huile alimentaire © Giuseppe Mazza

Les feuilles, de 2 à 3,5 m de long, sont pennées, légèrement arquées, avec 90 à 160 paires de folioles linéaires à sommet acuminé, rigides, disposées sur le rachis en groupes de 2 à 5 sous différents angles, de 30 à 60 cm de longueur et de 2,5-4 cm de large, de couleur vert foncé au dessus, vert glauque au dessous ; les bases foliaires et le pétiole ont de 0,5 à 1,5 m de long, à bords fibreux.

Les inflorescences, sur un pédoncule de 20-50 cm de long, prennent naissance parmi les feuilles, elles ont 40-90 cm de long, de couleur jaune, initialement enfermées dans une spathe ligneuse de couleur marron, les ramifications sont de premier ordre et les fleurs unisexuées sont disposées en triades (une fleur femelle entre deux fleurs mâles), sauf dans la partie terminale des rachillets où ne sont présentes que des fleurs mâles solitaires ou par deux.

Les fruits ovoïdes, de 4-6 cm de long et de 3-4 cm de diamètre, ont une couleur vert jaunâtre, ne contenant qu’une graine ovoïde de 3-5 cm de long et de 2-2,5 cm de diamètre.

Il se reproduit par graines, préalablement maintenues dans l’eau pendant 3 jours, dans un terreau drainant maintenu humide à une température de 26-28 °C, elles germent à partir de 2-3 mois.

Cette espèce figure parmi les plus ornementales du genre, largement utilisée dans les zones d’origine comme plante ornementale dans les parcs, les jardins et comme arbres d’alignement. Elle est également cultivée localement pour les bourgeons végétatifs, acidulés, prélevés sur des plantes âgées de 2 à 4 ans et consommés après ébullition. Ils sont très appréciés dans certaines cuisines régionales. Ces cultures à usage alimentaire protègent en nature les effectifs de l’espèce, car cette pratique cause la mort de la plante.

Les fruits sont également commercialisés, pour leur pulpe, peu fibreuse et douce, ainsi que pour l’endosperme huileux, blanc, de goût agréable. L’huile obtenue, d’excellente qualité pour un usage alimentaire, peut être utilisée dans l’industrie du savon. Les fruits sont également une source importante de nourriture pour la faune locale.

En dehors des lieux d’origine, il est rarement présent dans les jardins,  on lui préfère Syagrus romanzoffiana d’apparence similaire, mais avec un feuillage plus épais. De plus, sa culture est plus aisée, il est plus rustique et a une plus grande vitesse de croissance. Ce palmier est cultivable en plein soleil dans les régions climatiques tropicales, subtropicales et marginalement tempéré chaud où il peut résister pendant une courte période à des températures pouvant atteindre environ -3 °C. Il s’adapte à différents types de sols, sableux à pierreux, pourvu qu’ils soient profonds et drainants, de préférence acides à neutres, il peut supporter de courtes périodes sèches, mais il tire profit d’un arrosage régulier, en particulier pendant la phase juvénile.

Synonymes : Cocos oleracea Mart. (1826) ; Cocos oleracea var. platyphylla Drude (1881) ; Calappa oleracea (Mart.) Kuntze (1891) ; Syagrus oleracea var. platyphylla (Drude) Becc. (1916) ; Syagrus gomesii Glassman (1968).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!