Terminalia muelleri

Famille : Combretaceae


Texte © Pietro Puccio

 

“serge.gif"
Traduction en français par Serge Forestier

 

Terminalia muelleri est un petit arbre australien, peu connu, à feuilles caduques © Giuseppe Mazza

Terminalia muelleri est un petit arbre australien, peu connu, à feuilles caduques © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland) où elle pousse principalement dans les forêts côtières ou sur les dunes au bord de la mer.

Le nom générique vient du latin tardif « terminalis » = terminal, dérivé à son tour du latin classique « terminus » = terme, limite, en référence aux feuilles rassemblées à l’extrémité des branches ; l’espèce est dédiée au botaniste allemand Ferdinand Jacob Heinrich von Mueller (1825-1896), qui a vécu en Australie de 1847 à sa mort.

Noms communs : “australian alm- ond”, “beach almond”, “beach damson”, “blue cherry”, “jam fruit”, “Mueller’s damson”, “Muellers terminalia”, “Queens- land blue almond”, “west indian almond” (anglais).

Terminalia muelleri Benth. (1864) est un petit arbre à feuilles caduques, mesurant jusqu’à 6-8 m de hauteur, à l’écorce rugueuse de couleur gris foncé et au houppier symétrique de 4-6 m de diamètre, aux branches tendant se placer horizontalement, sauf aux extrémités où elles sont dirigées vers le haut.

Il présente des feuilles alternes regroupées à l’apex des branches, coriaces, obovales, longues de 5-15 cm et larges de 3-8 cm, sur de courts pétioles, de couleur vert clair à nervures évidentes supérieurement et proéminentes en-dessous ; dans la face inférieure, à la base du limbe, sont présentes deux glandes disposées sur les côtés de la nervure centrale. En automne, les feuilles, avant de tomber, prennent une intense coloration rouge.

Petites fleurs parfumées, sans pétales, constituées uniquement du calice © Giuseppe Mazza

Petites fleurs parfumées, sans pétales, constituées uniquement du calice © Giuseppe Mazza

Au printemps apparaissent des inflorescences constituées d’épis axillaires, plus ou moins de même longueur que les feuilles, aux nombreuses petites (environ 6 mm de diamètre) fleurs blanc verdâtre, très parfumées, constituées uniquement d’un calice, donc sans pétales, à lobes triangulaires lisses à l’extérieur, tomenteux intérieurement, et à 10 étamines plus longues que les lobes.

Les fruits de couleur bleu foncé, ovoïdes, atteignent environ 2,5 cm de longueur, ne contiennent qu’une seule graine d’environ 8 mm de longueur et 2 mm de diamètre. Le fruit est comestible mais pas particulièrement appétissant. La reproduction se fait principalement par semis.

Espèce peu commune à cultiver en plein soleil dans les zones au climat tropical, subtropical et marginalement tempéré, où elle peut supporter des températures allant jusqu’à -3/-4 °C pendant une courte période ; elle n’est pas exigeante sur le sol pourvu qu’il soit très drainant.

Elle convient, en raison de sa taille relativement petite et de son houppier de forme régulière au feuillage décoratif, pour être utilisée comme arbre d’ombrage, comme arbre de route, dans les patios ou les petits jardins, même près de la mer, sur les sols sablonneux, car elle est résistante aux courtes périodes de sécheresse, au vent et aux aérosols marins.

Les feuilles contiennent des principes actifs aux propriétés antibactériennes et antioxydantes, en particulier les acides gallique et ellagique (également présents dans les fruits).

Synonymes : Myrobalanus muelleri(Bentham) Kuntze (1891).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMBRETACEAE cliquez ici.