Dypsis pinnatifrons

Famille : Arecaceae


Texte © Alessandro Marini

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Dypsis pinnatifrons, Arecaceae

Dypsis pinnatifrons est endémique de Madagascar. Son stipe droit et mince peut atteindre 12 m de haut © G. Mazza

Dypsis pinnatifrons Mart. est une plante endémique de l’Est de Madagascar où elle est abondamment répandue dans le sous-bois des forêts des hauts-plateaux du centre et de montagne jusqu’à 1000 m d’altitude.

L’étymologie du genre Dypsis est inconnue.

Le nom de l’espèce pinnatifrons est issu des mots latins “pinnatus” = penné et “frons, frondis” = feuillage, par allusion à la forme des feuilles.

Noms communs: Ambolo, Hova, Tsingovatrovatra, Ovatsiketry, Tsobolo, Tsingovatra, (Madagascar).

Dypsis pinnatifrons est une espèce monoïque et monocaule qui a un stipe droit et mince de couleur verte tendant vers le marron avec le temps et qui est haut de 2,5m à 12 m avec un diamètre de 4,5 à 15 cm. Le stipe se remarque par des anneaux de couleur claire qui correspondent aux feuilles qui sont tombées. Ils sont distants entre eux de 2 à 8 cm et sont plus rapprochés sous la couronne foliaire.

La couronne se compose de 8 à 16 feuilles pennées et recourbées qui sont longues jusqu’à 2 m mais souvent plus petites et portées par de courts pétioles longs jusqu’à 7 cm.

La forme des feuilles est très caractéristique. Les pinnules, vert foncé, au nombre de 20 à 45 de chaque côté du rachis, sont larges et courtes. Leurs bords et leur pointe sont fortement repliés vers l’intérieur. Elles sont réunies à leur base en formant des groupes de 3 à 7 séparés les uns des autres et disposés en éventail sur le rachis, ce qui donne à la feuille un aspect plumeux. Les nouvelles feuilles qui apparaissent sont rouges ou roses, brillantes et deviennent vertes après quelques jours. Le pétiole se termine par une gaine qui enveloppe le stipe et a une couleur vert blanchâtre avec des nuances rouges ou roses. Elle est longue de 25 à 48 cm et s’élargit à sa base.

L’inflorescence est interfoliaire, plus courte que les feuilles, et sort dessous la gaine. Elle se ramifie en 3 ou 4 ordres et comporte jusqu’à 200 rachéoles, minces et pendants de couleur vert jaunâtre qui portent de petites fleurs de couleur crème assemblées en triades composées d’une fleur femelle et de deux fleurs mâles. Les fruits sont petits, ovoïdaux, longs de 14 mm, larges de 6,5 mm et marron à maturité. Dypsis pinnatifrons ressemble beaucoup, une fois adulte, à sa congénère Dypsis nodifera dont elle se distingue par la structure de la fleur mâle qui possède seulement 3 étamines au lieu de 6 et de celle de l’endosperme qui est homogène et non pas ruminé.

Dypsis pinnatifrons, Arecaceae

Détail de l’inflorescence. Les pinnules des feuilles, larges et courtes, ont des bords et une pointe fortement repliée vers l’intérieur © Giuseppe Mazza

On reproduit cette plante au moyen de ses graines qui doivent être plongées dans de l’eau pendant quelques jours puis enterrées dans un compost humide et bien drainé maintenu à la température de 26 à 28 °C. Elles germent au bout de 1 à 2 mois. Les premières petites feuilles sont bifides.

Dypsis pinnatifrons est très appréciée en culture à cause de la forme particulière de ses feuilles et de la couleur inhabituelle, rouge ou rose, des nouvelles feuilles qui apparaissent. La forme habituellement cultivée ne convient que pour les climats tropicaux et subtropicaux car elle ne supporte pas les températures proches de 0 °C. mais vu l’ampleur de son aire de répartition à Madagascar depuis la plaine jusqu’à la montagne on procède actuellement à la sélection de cultivars pouvant s’adapter aussi à des climats tempérés chauds.

Cette espèce préfère une exposition à l’ombre, surtout quand elle est jeune, mais, une fois adulte, elle supporte aussi d’être exposée en plein soleil. Elle n’aime pas les terrains dont le pH est élevé et a besoin d’un substrat humide et bien drainé.

Dypsis pinnatifrons, Arecaceae

Les fruits sont petits, ovoïdaux, longs de 14 mm, larges de 6,5 mm et marron à maturité. Très recherchée en culture elle ne pousse bien que sous les tropiques © G. Mazza

Étant donné ses petites dimensions et ses caractéristiques esthétiques il est préférable de la disposer en petits groupes plutôt que sous forme de spécimen isolé.

Les populations indigènes de Madagascar se servent des jeunes stipes pour fabriquer des sarbacanes avec lesquelles ils lancent des dards empoisonnés. L’apex végétatif et la partie la plus tendre des bases foliaires sont d’autre parts utilisées comme aliment.

Dypsis pinnatifrons est classée “least concern”, c’est-à-dire espèce en danger minimal, par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), sa population dans son aire de répartition étant stable.

Synonymes : Areca gracilis Thou.; Adelodypsis gracilis (Bory ex Mart.) Becc.; Adelodypsis sambiranensis (Jum. & H.Perrier) H.P.Guerin; Chrysalidocarpus sambiranensis (Jum. & H.Perrier) Jum.; Dypsis gracilis Bory ex Mart.; Dypsis gracilis var. sambiranensis Jum.& H.Perrier; Dypsis sambiranensis (Jum. & H.Perrier) Jum.

 

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

error: Content is protected !!