Licuala cordata

Famille : Arecaceae


Texte © Alessandro Marini

 

michel.gif
Traduction en français par Michel Olivié

 

Licuala cordata, Arecaceae

Originaire des forêts pluviales humides de Bornéo Licuala cordata fait incontestablement partie des plus beaux palmiers de petite taille © Giuseppe Mazza

Licuala cordata Becc. (1886) est une espèce naine originaire du sous-bois de la forêt pluviale tropicale de l’île de Bornéo et en particulier du centre du Sarawak.

Le nom du genre Licuala Wurmb est la latinisation du nom “ikowalà” utilisé par les indigènes des Moluques pour désigner l’espèce-type Licuala spinosa Wurmb. (1780). Le nom de l’espèce cordata fait référence à la forme des feuilles et vient du latin “cordatus” qui veut dire en forme de cœur.

Licuala cordata est considérée comme l’un des plus beaux palmiers parmi ceux de petite taille. Cette espèce atteint au maximum une hauteur totale de 1,2 m et une largeur maximum de 1,8 m.

Licuala cordata, Arecaceae

Feuilles en cours de croissance. Adaptée aux tropiques elle ne supporte pas hélas des minimas inférieurs à 20 °C © Giuseppe Mazza

Son stipe mince, recouvert de fibres marron, peut atteindre 30 cm de long. Sa croissance est très lente. Les pétioles sont verts, brillants, longs jusqu’à 30 cm et recouverts d’épines marron raides et pointues, longues jusqu’à 0,5 cm et de fibres marron dans leur partie basale. Il n’existe pas de gaine foliaire entre les pétioles et le stipe.

La beauté de cette espèce réside dans ses feuilles qui en font un des palmiers les plus recherchés par les amateurs et les collectionneurs.

Ces feuilles sont palmées, grandes, de couleur vert émeraude, brillantes et longues jusqu’à 60 cm. Le limbe est en général indivis. Les bords des segments foliaires basilaires se superposent en donnant à la plante un aspect circulaire. Le limbe est presque plat, plissé et entaillé en concordance avec les nervures. Son bord est denté ce qui correspond à un vestige des segments foliaires soudés entre eux. Les feuilles ont souvent la forme d’un coeur.

Certains spécimens très rares ont un limbe divisé en 3 ou 4 lobes distincts dont les bords sont presque superposés.

Les inflorescences apparaissent parmi les bases foliaires. Elles sont longues jusqu’à 45 cm et ramifiées sur deux rangées avec 10 à 14 ramifications secondaires. Aux fleurs, hermaphrodites, de couleur crème, succèdent des fruits de couleur marron qui contiennent les graines, celles-ci mettant beaucoup de temps à germer.

Licuata cordata a été classée en deux variétés : Licuala cordata var. cordata et Licuala cordata var. ashtonii Saw (2012). La seconde variété tire son nom du botaniste qui pour la première fois en 1963 en a récolté des spécimens dans la zone collinaire de Belaga, dans le centre du Sarawak, à 550 m d’altitude.

La variété ashtonii se différencie par la caractéristique qu’elle possède de comporter des divisions incomplètes du limbe foliaire, à partir de sa base jusqu’à environ le tiers de la distance depuis son bord, ce qui crée des “fenêtres” dans le limbe, au lieu de la diviser en plusieurs lobes entiers comme chez la Licuala cordata var. cordata. La fleur de la var. ashtonii se différencie aussi de celle de la var. cordata par sa corolle qui est divisée jusqu’au milieu des extrémités du calice.

C’est une espèce qui est rarement cultivée mais qui est un des palmiers les plus appréciés et les plus recherchés par les jardins botaniques et les collectionneurs en raison de la beauté de ses feuilles et de son port. Accoutumée à des zones tropicales ou subtropicales chaudes et humides elle est malheureusement difficile à cultiver là où la température moyenne descend au-dessous de 20 °C. Elle a besoin d’un sol fertile, riche en humus et légèrement acide. Le substrat doit être drainant et maintenu toujours humide. La plante doit être souvent arrosée et il ne faut jamais laisser le substrat s’assécher entre deux arrosages.

Elle provient du sous-bois des forêts tropicales et aime par conséquent les emplacements ombragés protégés par des arbres et des arbustes. Elle ne supporte pas d’être exposée en plein soleil ou au vent qui détruit ses feuilles irrémédiablement.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.